Archives

Publié par Le Cazals

Mais à Bouygues, il faut d'abord leur parler de leurs prisons qui en fait ne sont détenu qu'à 10 % par Bouygues et entre 40 à 60 % par la Royal Bank of Scotland (c'est-à-dire pour partie par la Reine d'Angleterrre), banque qui fut renflouée deux par la banque la plus libérale et la plus proche de s'effondrer la banque de Santander (dès que la crise grecque atteindra l'immobilier espagnol). On pourrait parler de la prison anti-émeute du Réau pas enconre construire dans la Prison Vallée de Mr Copé (cela fera la troisième prison dans deux communes qui se jouxtent . Je parle de prison anti-émeute car ce sera la première à accepter directement des car et non plus des fourgon de police si préventive ou des fourgon de la pénitentiaire une fois le jugement tombé). A quoi cela sert-il une prison qui acceptent des bus si aucune autre prison ne peut les recevoir, n'est adapté pour cela ? La prison du réau est à la base une prison pour l'observation et la

si vous voulez plus d'information il vous suffit de taper "Théia groupe Bouygues" et "Themis groupe Bouygues" sur votre moteur de recherche. Ces société sont détenues par Dexia et la RBS (dont je parlais plus haut) en grande partie mais dans toues leur prison ils ont des administratifs situé un étage en dessous du directeur et ce sont eux qui font travailler les détenus et qui possèdent la prisons que l'Etat leur loue et à obligation à remplir entre 80 et 120 % ou sinon il doit des indemnités au groupement Bouygues-Dexia-RBS. ceci concerne plus de 4000 détenus, en très grande partie des gens qui n'ont rien à faire en prison puisque ce sont des maisons d'arrêt et très de centre de détention, c'est-à-dire des délits (atteintes au biens, alcoolisme...) et non des crimes...

Plus d'infos : http://www.paris-philo.com/categorie-11448651.html

C'est la logique de la mise à l'écart mise ne avant par Michèle Alliot-Marie pour défendre les lois budgétaires sur les prisons alors que cette logique n'est même ps inscrite dans la loi (seuls la sanction et la réinsertion le sont). Mais cela va de pair avec le "ghetto français" sur lequel se penchent les sociologues actuellement. Il faut pouvoir stigmatiser une partie de la population pour pouvoir imposer la logique de l'excédence (une personne a l'idée et elle externalise la production là où c'est le moins cher), lire les bouquins de leur chantre Nassim Taleb, c'est simplement basé sur des modèles plus violents en ce que les fractales mènent à la fracture. A ce sujet intéressez-vous au petit entretien de Paul Virilio "L'administration de la Peur".

Intéressez-vous aussi aux deux types très différents de bracelets (à base immobile et les plus dangereux avec téléphone mobiles). Ces derniers font partie des mesures de sûreté dont la peine de rétention et le bracelet de sureté qui sont appliqués puisqu'on se dit qu'en prison le détenu n'a iren appris et ne s'est pas "amendé" selon la logique chrétienne, bref c'est une brebis égarée (qui a 75% de connaître la récédive tant il a accumulé une haine de la société, s'est encore plus marginalisé et enfin à certainement appris toutes les ficelles dz son futur "métier")..

Vous ne résoudrez le problème des sans-papiers que par la loi, c'est le tonneau des Danaïde du post-colonialisme...

Content qu'indymédia soit reparti un ami de Depravda.

Enfin je prépare une petite manif contre la banque société générale de la rue du temple qui n'aime pas que les mendiants aille sur "son" trottoir (qui est du domaine public que je sache). Si vous me suivez je suis sûr qu'un jour vous pourrez visiter avec moi la prison du Réau en bus première classe, tant il va devenir politiquement incorrect de se rebeller contre la logique de la mise à l'écart. C'était je le précise de l'ironie :), mais il faut attaquer le système des rentiers à la base, car les banquiers qui portent le système ont une peur bleue de la rue. Ah oui les rentiers, ce sont le "dernier homme", ceux qui trop cyniques sont fiers d'avoir tué Dieu et d'y avoir mis le nihilisme marchand à la place, l'argent comme équivalent valeur universelle. La fin de l'inflation (de l'Etat), c'est eux, la dette publique c'est eux, la dite crise alors que le PNB augmente depuis 30 ans c'est eux (Loi Giscard de 1973, article 104 du traité de Maastricht, article 123 du traité de Lisbonne qui fait que la politique spectacle est soumise à l'économie)...

Bonsoir et de beaux rêves à vous malgré tout

Et bonjour aux messieurs des RG, j'espère que je vous aurez appris quelque chose. Mais le véritable problème avec Bouygues me semble être là (je passe sur le fait que Bouygues est aussi le premier employeur de sans-papiers en France avec ses 80% de sous-traitance qui n'est que du travail au noir. Cela aussi est étouffé, mais c'est ne pas comprendre que ce sont ceux qui construisent les centres de rétentions qui y feront un séjour. Mes propos doivent paraître cynique, il visent simplement à dire que le système s'auto-entretient depuis la loi de 1973 dont on ne fait au fond que payer les intérêt de la dette qu'elle génère depuis 1974, parce que les rentiers veulent être sûr d'avoir leur revenus assurés et ne pas avoir d'inflation de la monnaie.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article