Archives

Publié par Le Cazals

Cher Georges Amar

Je voulais vous remercier pour votre Sens de la Terre. Vous ne savez peut-être pas ce que vous avez pointé là (j'entend l'autre nom que cela porte), mais Kenneth White le saurait existentiellement. Je voulais vous remercier pour le pont que vous m'avez permis de faire avec la Géopétique et ensuite aujourd'hui via un ami avec le nieztschéisme de White _13, comme il le qualifie lui-même. Vous ne vous rappelez peut-être pas de moi, ou plutôt de mon diplôme en 2005, je n'ai à vrai dire pas compris la distance que vous avez pris ensuite ou le malentendu de base. Peut-être avançais-je en cloisopnnant trop les choses ou trop mal à vrai dire. Vous avez su faire la synthèse de l'ingénieur et du poète (et même de l'homme de connaissance) et il y a parfois des non-rencontre qui s'opère. A l'époque, [...] j'y suis allé de l'invective habituelle marque d'incompréhension et d'incompétence de notre mileu contre les ingénieurs, sans doute les voit-on encore comme des cartésiens (ceux des ministère de l'équipement le sont), mais je sais votre "spinozisme et plus", à présent.
Si je reviens à la charge c'est peut-être pour que vous trnasmettiez à Kenneth White le livre d'Elisée Reclus, la Description de la Terre. C'est aussi pour que vous lui trnamettiez qu'il a très bien saisi la dynamique de la distance au travers de ses attracteurs (ce sont l'attraction du Dehors et la transgession de la limite chez Bataillle et chez Blanchot), par là il dépasse la pathétique de la distance propre à Nietzsche et donc la dialectique des forts et des faibles, et donc sa morale aristocratique. Il opère la synthèse de l'homme de connaissance (concepts) et du poète comme de votre côté vous opéré la synthèse de l'ingénieur et du poète.
Il a très bien saisi la porté et les effets de Goethe... ne cite-t-il pas la lttre de Schiller à Goethe que je recopie ici : " Des esprits de votre genre se rendent rarement compte de la distance qu'il ont parcourue et jusqu'où, dans quel lointain, ils sont allés. Ils n'ont rien à emprunter à la philosophie. _15 . Schiller parle ici de la philosophie spéculative de Kant, celle dont Goethe le fera sortir, comme il l'écrit dans ses conversations. Je passe. Si je vous parle de Goethe, c'est que Nietzsche disais qu'il n'avait pas produit ses effets, les mauvais comme Maxence Caron aujourd'hui et le plus souriant comme Mr White et vous par l'occasion. Nietzsche parlati de la grande synthèse, elle n'est pas de l'ordre d'un savoir encyclopédique ou d'un jugement . "réussir la synthèse du philosophe, du savant et de l'artiste disait Nietzsche. Goethe était la synthèse de lm'homme d'état, de l'homme de science et de l'homme de poésie.

Reprenant trop Deleuze, pour une fois il n'a pas saisi par contre l'impasse des "devenirs" et du "monde ouvert" (L'Ouvert n'est pas le Dehors répète Deleuze, voir trois de ses ouvrages). Nietzsche comme Deleuze finissent par concéder l'impasse du "devenir". Restent les transformations discrètes mais qui ont toujours lien avec notre part éternelle, votre complexité j'en suis sûr l'a saisi. J'espère que j'aurai l'occasion de vous parlez des dynamiques de vie et des transformations car ce sont des dimensions inhérente à la vie sur Terre. Je suis arrivé à la géopétique sur le tard, mais je sais que vous en avez saisi quant à vous au-delà. Le grand ennemi de Kenneth n'est-il pas Edgar Morin. Votre complexité, celle de vos complexes d'echanges urbains, va bien bien au-delà des systèmes complexes adaptatifs, elle n'est pas rétro-active parce que poétique et non perverse comme la compléixté retroactive de koolhaas ou de Paul Bourguine que je n'hésiterais pas à incendier (réduire le monde à un petit monde ou comme le dit Mr White "les démocratie sont bâties sur le consensus de l'opinion majoritaire (ce qui peut vite dégénerer en populisme), surtout avec Bourguine et Morin, quand le but du . Il ne s'agit en fait n'i d'un petit monde ni d'un monde ouvert mais d'un dehors, de la Terre avec ses différents mouvements, qui viennent de ce qu'elle se meut, que le mouvement est Désontologisé par Galilée et qu'il sera détranscandantalisé après Newton et . Kenneth White est un penseur du dehors, un penseur poète comme Goethe. Ce n'est pas un hasard si vous vous y êtes laissé attiré, ni si vous êtes venu à mon diplôme, ni votre amité avec feu Isaac Joseph, dont le lourd Mafesoli se veut malheureusement l'héritier (son dionysisme est du même type que le consensus mou de Bourguine, l'onde qui nous menace), là où Lahire avec son Kafka le désobligerait. C'est la grandeur écossaise et donc aussi française de White d'avopir saisi l'echtbritische Beschranktheit (l'"esprit borné britannique") _39. Ce n'est qu'aujourd'hui que je fais le pont entre le sens de la Terre et l'homme que vous êtes, qu'est tout géopoéticien, vous et White. "évoluer dans le vrai", c'est danser.

J'espère vous comptez vous et Monsieur White à ma soutenance de thèse, ce n'est au fond que redite de sa thèse d'Etat, mais en un sens moins nomadique et plus large quelque part. J'ai la chance qu'elle m'échappe déjà un peu.

Une décision a été prise par Obama celle d'abandonner l'exploration et la colonisation lunaire. Pour que la vie sur Tere soit possible il faut des vos COEUR, de votre sens de la Terre. "Restez fidèle à la Terre" _46, c'est faire la Terre dans sa dimension fini-illimité (présente explicitement chez Nietzsche, Deleuze, Einstein, Hawking et bien d'autres même les néo-leibniziens y viennent).

Les forces me manquent pour faire des liens avec votre sens de la Terre (toutes citation sont poru faire vite issu du Dialogue avec Deleuze, White a été très rapide si bien que je me sens tortue géophilosophique et non nomade géopétique, je réitère l'essai) mais sachez que depuis 2007, il est sur l'un de mes sites et en définitive est-ce un hasard. Je suis frappé de cela, grosse commotion, et me tais.

Je dois vous laisser, je ne peux me disperser davantage.

Clignement

Anthony LC

PS : peut-être se rencontrera-t-on sur un quai de la Seine, je n'en espère pas moins, cette fois.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article