Archives

Publié par Mathieu Oui

L'université Paris 8, d'une autonomie à l'autre

Jeune quadragénaire à l’histoire déjà riche et mouvementée, Paris 8 commence sa cinquième décennie sous le signe d’une nouvelle autonomie. Le passage aux RCE (responsabilités et compétences élargies) au 1er janvier 2012 signera-t-il la fin d’une époque pour l’ancien centre universitaire expérimental créé dans la foulée de Mai 68 ? L’avenir le dira. Mais, en matière de finances comme de gouvernance, l’université a connu ces dernières années quelques bouleversements. Succédant à la présidence de Pierre Lunel qui s’est soldée par une série d’actions en justice, l’équipe de Pascal Binczak a géré de front des dossiers majeurs. Outre l’assainissement des finances, la modernisation rapide de la gouvernance a été engagée dans la perspective de l’application de la loi LRU.

Si la recherche et la pluridisciplinarité sont les points forts de cet établissement à dominante de lettres et sciences humaines, d’autres points restent encore en suspens. Paris 8 souffre d’un certain isolement dans le territoire de Seine-Saint-Denis, tant d’un point de vue géographique que stratégique avec son absence dans la constitution des PRES franciliens.

Un dossier réalisé par Mathieu Oui
Avril 2011

Paris 8 : points forts, points faibles

Installée depuis 1980 en Seine-Saint-Denis dans le nord de la capitale, Paris 8 est une université un peu atypique. De par son histoire d’abord : elle a été créée à Vincennes après Mai 1968 avec le statut de centre universitaire expérimental. Elle a accueilli quelques-uns des grands intellectuels du XXe siècle comme Michel Foucault, Gilles Deleuze ou Jacques Lacan. Atypique aussi par sa population, plus diversifiée que dans la plupart des autres universités, avec notamment 40 % d’étudiants salariés et 35 % d’étrangers. Une université à dominante de lettres et sciences humaines qui compte aujourd’hui quelque 22.000 étudiants.

 

Les points forts

Une tradition interdisciplinaire et d’innovation
Depuis sa création en 1970, l’université a toujours favorisé une approche pluridisciplinaire. Les programmes associent par exemple les mathématiques et la philosophie, ou la danse et l’économie. Paris 8 a également innové avec l’ouverture d’un centre d’études féministes ou d’un département de psychanalyse. Enfin, l’université est l’une des seules en France à offrir toute la gamme des disciplines artistiques (danse, théâtre, cinéma…).

Une tradition d’ouverture
Des étrangers aux travailleurs salariés, Paris 8 a toujours eu une forte tradition d’accueil, celle d’un public diversifié. Elle a en outre fait un effort particulier en matière d’accueil des étudiants handicapés. Un bémol sur les relations internationales marquées par un déséquilibre : si l’université compte 35 % d’étrangers, les étudiants de Paris 8 sont quant à eux assez peu mobiles.

Une recherche reconnue et de haut niveau
La dernière évaluation de l’AERES (Agence d’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur), en 2008, souligne la qualité scientifique de plusieurs laboratoires en lettres et sciences humaines, arts et sciences sociales, avec 50 % d’unités de recherche classées A ou A+. Autre tradition forte à Paris 8, dans la plupart des filières, les étudiants de premier cycle sont régulièrement confrontés aux travaux des chercheurs.

L’arrivée prochaine des Archives nationales
En cours de construction, l’imposant bâtiment des Archives nationales se trouve à cinq minutes de l’université. Ce nouvel équipement devrait fonctionner en 2012 et déboucher sur des collaborations avec les chercheurs de Paris 8.

Les points faibles

Des finances fragiles
"La situation financière de l’université est préoccupante", écrit la Cour des comptes dans son rapport de novembre 2010. "Certes, Paris 8 apparaît dégager des résultats en excédent, mais elle ne dispose pas de séries financières solides […]", poursuit le rapport. Par ailleurs, les "défaillances comptables relevées lors de la présidence de Pierre Lunel fragilisent la situation financière de l’université". Malgré les efforts de l’actuelle présidence, le redressement des comptes devrait prendre du temps.

Une université sans PRES
Paris 8 est, avec Paris-Dauphine et Paris-Ouest, l’un des trois établissements universitaires franciliens à n’être pas rattachés à un PRES (pôle de recherche et d’enseignement supérieur). Plusieurs projets envisagés, d’abord avec Paris 13 puis avec Paris-Ouest, n’ont pas abouti.

Une image à travailler
L’université est marquée par son implantation dans le département de Seine-Saint-Denis, avec de nombreux problèmes sociaux associés. Elle a aussi connue une baisse importante (18 % des effectifs étudiants) entre 2002 et 2008, chute qui semble "actuellement enrayée" selon le rapport de la Cour des comptes.

Un campus isolé
Sans commerces ni cafés, le quartier qui jouxte l’université manque de convivialité et n’incite pas les étudiants à rester sur place après les cours.

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article