Archives

Publié par Paris8philo

D'un côté la décision incompréhensible selon leaquelle citer Twitter ou Facebook à la télévision revient désormais à faire leur publicité, de l'autre, la mort à 62 ans de Gil Scott-Heron... "The Révolution will not be televised", chantait le pionnier du rap américain. La revolution 2.0 non plus. Tristan Berteloot

Gil Scott heron

 

Parfois, l'actualité a de quoi faire sourire, même lorsque les nouvelles ne sont pas follement réjouissantes. Ironie du sort : on apprend à la fois, ce week-end, la mort du rappeur poète Gil Scott-Heron et l'annonce par le CSA de l'interdiction faite aux chaînes de TV de parler des marques Twitter ou Facebook à l'antenne.

 

Bien sûr, les deux sujets font le buzz sur les réseaux sociaux. D'une part, tout le monde rend hommage au légendaire auteur-compositeur de "The Revolution Will Not be Televised", chanson rebelle qui pointait l'omniprésence et le pouvoir néfaste de la télévision sur les masses. D'autre part, les internautes s'enflamment évidemment contre la ridicule tentative du CSA d'interdire toute "publicité" pour les services de Facebook et Twitter à... la télévision.

 

Interdit-on aux animateurs de citer leurs sources lorsqu'il s'agit d'un titre de la presse étrangère ? Ou d'une autre chaîne ? "Une information révélée par nos confrères de Canal+..." ou "Selon le quotidien espagnol El Pais...", ce n'est pas de la publicité ? Les réseaux sociaux seraient-ils considérés comme de simples marques lambda, et non pas comme des organes d'information à part entière ?

 

La conclusion s'impose alors naturellement : non seulement Gil Scott-Heron était de son vivant un artiste surdoué qui a bien mérité son immense notoriété, mais en plus sa disparition donne une nouvelle occasion de crier haut et fort que, décidément : les révolutions ne sont pas télévisées. 

 

Ou du moins pas toutes. Car justement, si le climat mondial est sans conteste aux révolutions en série - du monde arabe à l'Espagne en passant par la Grèce, pour aller vite - c'est justement grâce aux nouveaux médias et aux réseaux sociaux qu'elles ont pu être aussi bien "couvertes" par la télévision et les journaux. Il n'y a qu'à constater sur Twitter le succès des #spanishrevolution ou autres #arabrevolution, et même la tentative de #frenchrevolution.

 

La véritable révolution médiatique qui permet aujourd'hui de relayer, voire d'organiser toutes les autres, mérite-t-elle une interdiction de publicité à la télévision ? Du point de vue des pouvoirs traditionnels, qui se sont si longtemps appuyés sur ce média à sens unique pour parler aux foules (de cul et de foot, de préférence, merci M. Berlusconi), la réponse est évidemment positive.

 

Ne reste plus, alors, qu'à espérer une hypothétique révolution de la télévision, qui se rebellerait contre l'organisme chargé de lui dicter son code de bonne conduite. Ou bien on peut encore imaginer un boycott de toutes les marques de chaînes de télévision par les utilisateurs des réseaux sociaux : Sur Facebook comme sur Twitter, plus aucune mention de TF1, France 24, i-Télé ou BFM TV ? On peut rêver.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

ritoyenne 04/06/2011 18:08



Si les RG n'ont rien d'autre à foutre que traquer les révolutionnaires du net 2.0, ils manquent vraiment d'activité sérieuse.



Anthony Le Cazals 04/06/2011 22:39



C'est marrant que tu confondes révolutionnaires et réformistes. Ce que j'essaye de te suggérer à mi-mots... En plus tu sous-estimes la perplexité du pouvoir... Bon thé à toi.


Non seulement tu es devenu réactionnaire avec le temps, mais en plus tu ne veux pas reconnare tes accointances nihilistes et soraliennes (ta propagande pour la liste anti-sionniste). Le nihilisme
se dépasse difficilement sauf à croire en la vie. J'avoue petre pour un tiers décadent sinon je ne comprendrai pas tous ces philosophes qui depuis Platon ne croient en rien sinon qu'ils nient la
vie sous leurs jugements dépréciateurs. Pour que tu le comprennes clairement #Frenchrevolution = #Frenchreformism (j'y oui simplement pour dire oui à tout) et si cela s'arrête ce sera en août car
ce sont avant tout de jeunes travailleurs, précaires et chômeurs davantage que des étudiants (sinon pourquoi les AG ne sont pas à 11h mais à 19h). C'est bien la preuve que tu n'as rien compris.
OPui je me fais un peu dur, mais c'est juste pur te suggérer combien tu juges hâtivement sans analyser.


Quant à Heidegger il est surtout celui qui a dit "seul un Dieu peut nous sauver" en 1945, le seul truc c'est que je ne sais pas si c'était avant ou après son séjour en hôpital psychatrique.
Finalement Céine, avec sa petite mécanique était moins décadent (il savait même se faire plaindre à propos de son séjour dannois). Mais ne mettons pas tous les anti-sémites dans le même sac.
Goldsmith qui est quelqu'un d'affable garde tout de même une répulsion pour lui. De mon côté je ne tiens compte que de son repentir de 1964 fait à la Sorbonne.


Quant au salariat, il y a de multiples manières de le dépasser, devenir entrepreneur, rentier, pensionnaire, percevant des honoraires, les droits d'auteurs, restent encore la prositution et la
mendicité qui sont moralement réprouvées... Mais il ne fallait pas suivre des études de philosophie. Peut-être que tu penseras à te bouger les fesses, à trouver un métier toi qui ne veut pas être
fonctionnaire, parce que de droite. Assume ce que tu es tu ne t'en porteras que mieux et comme cela tu ne seras plus à répondre sur mon site. Ne pas vivre sa vie par procuration on en a qu'une.



ritoyenne 02/06/2011 23:59



Ouais ! Heidegger nazi ! c'est bien connu :)


 


Et quant à tes révolutionnaires en mousse, on en reparle d'ii fin juin, quand ils seront partis avec papa et maman en vacances à la Martinique. Grâce aux bienfaits de la technologie ils pourront
continuer leur #révolution sur internet. On est bien mal barrés tiens.



Anthony Le Cazals 04/06/2011 17:24



Le truc c'est que cene sont pas des étudiants mais de juenes profesisonnels qui connaissent la précarité. Mais c'est une révolution de velours, un simple réajustement de la base. Quand on voit ce
que ça a donné en Ukraine on ne peut qu'être très précautionneux... ce qui est intéressant c'est qu'on peut y voir l'expression de tout ce qui s lit sur internet. Mais le symptôme le plus
marquant reste quand un sdf les a interpeler en leur disant.


Je ne crois pas aux révolution surtout quand elles partent d'une pseudo-indignation. Mais tout cela va dance le sens d'un nivellement démocratique. La question est de savoir si cela permettra ou
non une nouvelle aristocratie (qui ne peut correspondre à la définition classique en ce qu'elle est liée aux métiers car il ny'a que les gens compétents qui peuvent s'en sortir face au dit
"capitalisme cognitif".


Pour reprendre le balcon de Genet, le pouvoir sait qu'il est nu et il est marrant de voir la réaction des renseignements généraux surtout à l'égard de la Sorbonne. Ils sont sur le qui vive. Maiss
le pouvoir n'est pas la puissance.



ritoyenne 30/05/2011 13:15



La campagne ou la ville, tant que je n'arrive pas à m'extraire totalement des processus de domination, ça ne change rien : internet (twitter, facebook, notamment), télévision, marketing,
cybernétique, opiniologie, .. tout l'enjeu de mon existence est d'y échapper. Ca commence par des problèmes très concrets : comment échaper au salariat, par exemple ? Et c'est d'autant plus
passionnant que cette problématique semble laissée de côté par tous les penseurs bien en place (qui sont tous fonctionnaires par ailleurs).


Tu me conseilles la campagne en ermite. C'est le reflexe typique qu'ont les gens : s'extraire du système reviendrait à s'isoler (ermite) et à se priver de la compagnie des hommes. Moi je pense
exactement le contraire. Le problème de la campagne française est que pour y vivre dans des conditions convenables, il faut beaucoup d'argent. Or, sans salaire, point d'argent. 


Il existe des solutions alternatives auxquelles je travaille activement, Auroville par exemple (mais il y fait très chaud, et j'ai des problèmes de santé me rendant de telles chaleurs très
pénibles), ou la campagne de nombreux pays d'Asie où il est possible de vivre de peu (par ex: Laos, Thaïlande).


 


Je ne connais pas ton Benjamin Bayart et Heidegger n'a jamais été un
ermite : il travaillait dans son chalet, qui constituait sa seule propriété foncière au début de sa vie universitaire, mais il a toujours vécu parmi les hommes, et a toujours été au fait des
actualités et des avancées technologiques. A chaque invention technique, il était le premier à la penser vraiment (par ex : le Telstar, qui voit le jour en 1962, Heidegger en parle dès
1962)



Anthony Le Cazals 02/06/2011 23:34



http://www.youtube.com/watch?v=oVv8zBZGTHo


 


Tout ce que ton commentaire dit c'est que Paul Langevin était un très grand philosophe. Mais c'est vrai que Heidegger se tenait au courant des dernières découvertes pensons à sa correspondance
avec un assistant de Menguele, médecin dans les camps de concentration. J'espère que tu sortiras de ton essouflement, l'important est de trouver son autonomie, je l'ai pour ma part trouvé dans le
métier.



ritoyenne 30/05/2011 01:32



Tu vois, quand tu veux. Je crois à la France et à sa capacité de sursaut, par exemple (ici, à confondre avec : le peuple de France). Et sinon, tu me demandes qu'est-ce que je propose ? Je ne
propose rien. Je n'ai aucune solution à apporter aux autres, ni d'enseignement à professer. Je me paye le luxe de critiquer à tout va sans rien proposer aux autres, que je considère soit assez
grands pour penser par eux-mêmes, soit trop cons. 


Ma seule proposition prendra toute une vie à être réalisée : sortir, pieds et poings, du système. En même temps que la plus simple des réactions de lutte, c'est aussi la seule possible. C'est
pour cela que les #révolution-facebook sont vraiment hilarantes. 


Inventer un système plus pervers que ça, c'est impossible.



Anthony Le Cazals 30/05/2011 09:17



Mais sais-tu que la littérature, je veux dire les "lettres" et les idées révolutionnaire qui même si elles sont un affaissement de la pensée (opérant la confusion idée et vérité, rêve et
prescription) ont circulr grâce au système qui s'est croulé pour plusieurs raisons notamment la catration de la noblesse, le pic de réchauffement climatique qui a conduit à un regroupement des
indigents en ville (on pourra y voir la troupe des sans-culottes), etc... Donc comment être diplomatique pour te dire que tout le contenu de ton blog ne t'appartient pas (même s'il est des
possibilités de le faire basculer vers une autre plateforme) tu critiques TF1 mais TF1 a des part dans over-blog, de même toutes les vidéos . Sans doute pensais-tu à Benjamin Bayart (voir ses
vidéos sur google rhaaaa encore une marque) quand tu parlais de tout cela. J'ai eu des discussions à ce sujet avec lui...Pour l'instant je n'ai pas concrétisé sa venue et sa conférence à Paris 8.


Je te conseille de partir ermite à la campagne ;))) Comment il l'appelait déjà son chalet isolé Heidegger avec ses chemins qui ne mènent nulle part ?



Ritoyenne 30/05/2011 01:02



J'accepte de discuter avec toi si tu cesses tes jugements ridicules, fondés sur rien d'autres que de vagues impressions. "Tu es soralien", "tu es nihiliste", je ne sais quoi encore. Je ne suis
pas plus soralien que toi.



Anthony Le Cazals 30/05/2011 01:26



Ce n'est pas moi qui vais interviewé Soral ou fait de la propagande pour sa liste anti-sionniste... Nihiliste tu l'es, car pour mettre des vidéos "bouddhistes" ou soralienne, c'est avoir perdu
foi dans le combat. ce n'est pas une injure ou un "jugement ridicule". Je le suis presque sauf que je crois en une procession tentatrice qui se nomme délibération et à son résultat l'importance.
Couillon de Platon qui avait pourtant vu l'alternative entre l'importance de la puissance et la vérité du pouvoir (Justice), il a préféré la seconde pour mieux dénoncer la corruption de la
société plutôt qu'insuffler sa génération. posture décdente. Oui tu n'es pas nihiliste, parce que tu es nationaliste, croire en la nation c'est déjà croire en quelque chose même si depuis 1973
elle ne repose plus sur aucun Etat s'octroyant sa propre inflation.



le journal de personne 29/05/2011 22:09



Indignés, unissez-vous !

Sais-tu ce que c’est qu’une force réactionnaire ?
Non ! - C’est la force du faible…
Sais-tu ce que c’est qu’une force révolutionnaire ?
Non ! - C’est la force du fort…
Et il me cite Carthage, Le Caire, Barcelone et Athènes…
Tous ces jeunes résolus qui sont à la rue
Pour manifester qu’il y a dans la force
Quelque chose qui ne meurt jamais :
LA LUMIERE …
J’ai fini par l’épouser
Et je ne l’ai jamais regretté
Comment il s’appelle mon doux rêveur ?

http://www.lejournaldepersonne.com/2011/05/indignes-unissez-vous/



Anthony Le Cazals 30/05/2011 01:02



Sauf que les ndignés sont dans le ressenti (donc dans la réaction) et qu'Hessel diait bien qu'il fallait dépasser ce stade. Pour mon cas je reste indifférent, j'aime simplement l'"idée" que ça
remue hors de la sphère de création.



Ritoyenne 29/05/2011 16:43



Penser que les "révolutions" à venir pourront être organisées via Twitter ou Facebook, c'est vraiment stupide, et ça prouve bien l'incohérence de ces jeunes qui se disent révoltés : confier ses
petites pensées personnelles à une organisation privée, Twitter, ou Facebook, qui engendrent des milliards de $ de bénéf., ce n'est pas plus digne à mes yeux que se branler devant les émissions
d'Arthur sur TF1. C'est la même merde.


 


Qui plus est : à qui appartient le contrôle d'internet ? Penses-tu sincèrement qu'en cas de réel danger révolutionnaire, le pouvoir en place se laisserait mener par le bout du nez par une bonne
d'internautes non violents ? Il suffit d'appuyer sur quelques boutons pour couper toute cette merde. Et les Etats en ont depuis quelques années les moyens, chacun se dote de ses petits outils
pour controler le réseau. 


 


Non, décidément, le seul moyen de lutter, c'est de 1/ refuser toute entrée télévisuelle dans son domicile et dans son esprit, 2/ refuser de participer à cet internet 3.0 qui n'est que le reflet
du nihilisme mondial et qui ne participe pas moins à l'abrutissement des masses : 140 caractères ne suffiront pas pour le dire.


 


Niquer le système, puisqu'il semble que ce soit la finalité de tout ça, n'est possible qu'en se désengageant totalement de lui. Twitter y compris.



Anthony Le Cazals 30/05/2011 00:59



Mais les gens qui sont sur twitter ne sont pas des subjectivités ressentimenteuses (= contre le système). Twitter ne génère pas du consensus et permet au contraire de renvoyer à des article plus
longs que 140 caractères. Oh rien n'est parfait sauf la réalité. Mais parfois je me demande à quel moment tu t'arrêtes de penser. De toute manière comme tu es soralien tu n'est pas démocrate (il
est platonicien comme De Botton et pense que le pouvoir doit être mis entre les mains non de la majorité mais des plus intelligents, avec une variante toute soralienne, en fait, le pouvoir doit
être en tre les mains de ceux qui ont le plus de charisme d'où son attrait pour


 


Bon si tu veux vivre en ermite. Je vois simplement des forces dominantes qui font tout pour rester en place en freinant des deux pieds quant l'inventivité et l'innovation crée une effervescence
qui ne leur convient pas. Là est la jalousie des cultures de basse définition pour les culture de haute définition.


PS : le pouvoir a peur je suis déjà surveillé par deux agents des RG. Par ailleurs, sans rentrer dans la paranoïa, la consigne du CSA est la même que la tienne, censure les marques facebook et
twitter que les journalistes employaient à tue-tête plutôt que de parler de réseau sociaux. Cette semaine je mettrai les vidéos de Gene Sharpe, il fait mieux Hakim Bey, même si ses révolutions
sont de velours.


 


toi qui est nihiliste comme Soral, Badiou et Lacan (voir ici), que proposes-tu comme avenir ?


 


Salutations des plus ensoleillées.