Archives

Publié par Anthony

Les trois âges du capitalisme entreprenarial ou industriel sont fonction de la gestion croissante du capital.


Le capitalisme familial. Mode paternaliste, tout tourne autour du patron qui apporte ses propre fonds mais l'expansion de l'entreprise reste limitée à ses mêmes fonds ce qui limùite la croissance.
Le capitalisme actionarial. Ce sera la manière trouvée d'augmenter le capital de l'entreprise avec une intervention souvent limité des entreprise dont la stabilisation du capital et la menace d'une OPA par un concurrent sont écartés par la possession récipoques au sein d'un secteur d'activité du capital d'une société les unes par les autres.
Le capitalisme financier. Dans les années 70 commence une série de déréglementation On parle de de déréglementation et non de dérégulation, cettte dernière ne concerne que les systèmes thermodynamiques style les chaudières. L'équilibre des entreprises permis par la participation mutuelle des unes au capital des autres est rompu, chacunes des petites grenouiles se sentant plus grosse que le bopeuf. Ce sera l'ère des fusions-acquisitions.

A chacune de ces époques correspond un mode de production, le Fordimse et le Taylorisme pour la première moiotié du XXe siècle et le Toyotisme pour la seconde moitié, où l'on voit l'ouvrier participer de lui-même à l'amélioration de son propre poste et donc à l'augmentation des rendements qui par là même le rendent moins indispensable. L'ouvrier travaille de lui-même à la suppression de son propre poste. Sur le Toyotisme, voir Toyota l'usine du désespoir, 1973. Cette méthode est utlisié par les fond de pension style KKR (créé par Kravis) sous la forme de levée de fond (LBO Leverage by out) qui perrmettent de sortir les entreprises du marché de la bourse et donc de la menace d'une OPA mais qui en contre partie réclame la hausse des rendements.

Enfin le management naît théoriquement au début des années 80 avec ce livre : Thomas Peters et Robert Waterman, Le prix de l'excellence. 

 

voir Patrick Fridenson, « Les trois âges de l’entreprise selon André Courtaigne (1965) », Entreprises et Histoire, juin 2009, p. 124-133.

 

08/02/2010 11:39

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article