Archives

Publié par Anthony Le Cazals

Vous pouvez cliquez ici pour avoir le passage sur les reculs/avancées succesifs des critères de décès clinique qui n'est pas le décès traumatique comme dans un accident ou sur un champ de bataille. Ces critère cliniques, c'est-à-dire auprès du chevet du malade ont été successivement le comas aréactif, puis l'apné (test du miroir pour voir s'il y aou non de la buée), puis l'arrêt cardiaque (Pouls ou Electrocardiogramme - ECG), puis l'inactivité cérébrale par mesure Electroencéphalogramme (EEG), la définition du décès clinique évolue en fonction des outils de mesure et de réanimation. Ce qui va évoluer, c'est la clinique et non pas la « mort », laquelle n'existe pas sauf comme abus de langage et par là « substance » de de toutes les appréhensions. Non n'allons plus appréhender le monde au sens où la socialité par intérêts et passions va se substituer à la mondanité par seul intérêt d'ordre héirarchique, c'est-à-dire de survie. L'abondance d'information va créer à terme une abondance d'énergie en ce que chacun connaîtra les nouveaux leviers et sources d'énergie personnels.

 

Cet anesthésiste-réanimateur pose la question d'une conscience qui sera ancré de notre corps mais possèderait une fois détaché de lui des pouvoirs omniscients. La question de percevoir pas des sens autre que les organes auxquels ils sont affectés est déjà posé dans les cas de schizophérine (voir Deleuze et Gauttari, Mille Plateaux, la notion de Corps sans organes). Cetle question a été reposée au niveau de la vue par le peintre turc Ezref (vidéo calée sur le premier extrait se rapportant à lui), il ne possède pas d'yeux depuis sa naissance mais peint en couleur. On peut voir malgré ce qu'en pense l'universitaire que sa façon de reconstruire la perspective est une reconstruction mentale (peut-être lui a-t-elle été apprise) en tout cas, dans l'épreuve à laquelle il fut soumis, il fait figurer cinq côtés du baptistère de Florence alors que l'on ne peut jamais en percevoir plus de quatre et si, comme lui, on se trouve en face plus de trois, il s'agit bien d'un travail mental d'appréhension de la perspective qui est instinctive dans la composition des tableaux alors qu'avant la renaissance les personnages étaient conjugués ensemble à différentes échelles.

 

La question de l'utilisation des sens est peut-être secondaire pire l'inactivité des neurones ne veut pas dire que le cerveau reste inactif. La multiplicité des cellules gliales qui constituent la « matière blanche » et  alimentent en énergie les neurones restent en activité, sans elles le cerveau ne pourrait repartir. L'évocation de la puissance des cellules (« conscience » cellulaire) est déjà faite par Sri Aurobindo et est d'autant plus d'actualité avec le problème des cellules cancéreuses qui rentrent dans une prolifération sans frein. Quelque chose de non mesuralbe se joue, à la manière du souffle pulmonaire de Deleuze réputé indétectable par les médecins (cf. L'abécédaire). Les fréquence magnétique peuvent communiquer notamment celle de la dite « conscience » qui serait le fil de notre réfexion qui faut bien décrire comme conditionné. Ce à quoi ouvrent les Near Death Experiences ou expérience de mort clinique provisoire.

 

http://www.eveildelaconscience.ca/Image31.gif

Champ magnétique du coeur en liaison avec ce que Nietzsche nomme le génie du coeur (et que l'on fait passé pour irrationnel pensant qu'il s'agit d'une dissonance cognitive). On lui prète la forme d'un tore.

 

Champ du cerveau humain mesuré à la surface du crâne : B \ \simeq \ 10^{-15} \ \mathrm{T}

 

http://www.toujourspret.com/techniques/orientation/topographie/aimant_champ_magnetique.gif http://www.toujourspret.com/techniques/orientation/topographie/champ_magnetique.gif

 

http://blog.science-infuse.fr/public/Magnet0873.png

 

On ne connaît l'existence des champ magnétiques que depuis 1821, soit moins de deux siècles. [Wiki] En 1821, Hans Christian Ørsted montre qu'un courant électrique parcourant un fil influence l'aiguille d'une boussole située près de celle-ci. Il fut cependant incapable d'expliquer ce phénomène à la lumière des connaissances de l'époque. La même année, Michael Faraday énonce la loi de Faraday, qui trace un premier lien entre électricité et magnétisme. [/Wiki]. Pourtant lesphilsophes physicien s'étaient déjà penchés à l'antiquité sur les minerai issu de la ville de Magnésie. En décembre 1765, l'encyclopédie mentionne que « le magnétisme est le nom général qu’on donne aux différentes propriétés de l’aimant ». Ils attribuent ses effets à une « matière subtile, différente de l’air » (parce que ces phénomènes ont également lieu dans le vide) qu’ils appellent magnétique. Plus loin ils affirment que « c’est encore une question non moins difficile que de savoir s’il y a quelque rapport entre la cause du magnétisme & celle de l’électricité, car on ne connoît guère mieux l’une que l’autre. »

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article