Archives

Publié par Anthony Le Cazals

Le style français
Si la vérité comme dévoilement de l'être fut grecque et la volonté allemande (dans son début de négation), il n'en reste pas moins cette chose mineure et étrange qui est le style français. Là où les leibniziens reviendraient volontiers au principe et se donneraient le cadre institutionnel d'un protectionnisme étatique et d'une immortalité de l'âme et de l'esprit créateur, les inventions et les découvertes mirifiquement extatiques du début finissent par se figer. On en finit même par pleurer la perte du grand génie pas si immortel que cela (puisqu'une fois mort il n'engendre pkus de transcendance) et mais plus grave les leibniziens se mettent à décrier la dépense immorale de l'énergie qu'ils avaient conduit de manière si morale à capitaliser. Il y a aussi cette invetion qui pour faire suite à ce premier idéalisme, en vint à mélanger l'empirisme (so british, réjetté par Leibinz le principiel) et le transcendantal (que Kant metra en avant) en monstre deleuzien. L'empirisme transcendantal plus théorique qu'efficient était l'autre nom de ce que Deleuze découvrait sous la littéralité. Mais cette littéralité qui n'est en rien la volonté a ses limites, même si elle procède dans la variation de l'infititésimal, la transformation des choses et l'invention perpétuelle du temps, c'est qu' oeuvrer dans son coin la transformation même du système n'opère pas. Non il faut une dimension de contingence bien plus radiale pour créer de nouveaux types d'hommes, même Bergson et Sartre n'auront pas eu l'énergie et la prise de risque suffisante pour rompre avec l'ego transcendantal:

Cette chose, ce style proprement français s'est joué sur une constellation affective de penseurs épars qui aujourd'hui encore résiste au délitement des sociét fascistes comme on a pu le voir en Italie, en Allemagne et en Espagne. Délitement d'activité et d'audace que l'on retrouve dans les pays n'ayant pas pas de protection sociale plutôt qu'économique. Les Anglais quant à eux ne pourront jamais connaître cette distinction toute en finesse entre l'amour libre et l'amour gratuit revendiqué par Sartre et Solers comme haute forme de subversion. Les Allemands concentrés dans leur idéalisme et la mise en système de l'expérienc e du monde au nom d'un principe non de transformation mais de connaissance (principe de raison suffisante), n'auront pas vu ce que la volonté induisait comme travers, menant dans le goulot d'étranglement si sérieux et si surplombant qu'est lesprit de vengeance. Quand la spiritualité se retourne contre le corporel et lascère d'idée la société. La volonté vient non se nier mais nier la vie plus que le monde au nom d'une connaissance idéaliste. Se trouner vers l'audace d'une prise de risque plutôt qu'un retour aux principes éculés, dissocier le pouvoir (Kraft) de la puissance (Macht), ce qu'encore les Anglais ne savent faire, faire que la volonté ne se fige pas sur une maîtrise sclérosée de type gouvernance de l'homme supérieur, etc... c'est cela que Nietsche nommait non plus bolonté mais volonté tournée vers la puissance, la première volonté trop jusqu'au boutiste en venant à se nier elle-même. Le pouvoir est osutenu par le principe de réalité ou de choix d'urgence, la science par le principe de moindre action, la pensée idéaliste ou philosophie dogmatique par le principe de raison suffisante, toute loi énoncée par l'une de ces instance repose sur le principe de raison suffisante masquant ainsi qu'une loi n'est qu'une relation constante moralement admise.

Suites
Le scepticime français comme manque de volonté
Le style britannique comme introduction facheuses des idées modernes
La décadence du style français avec Badiou
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Dominique Giraudet 01/06/2010 11:04



http://penser.over-blog.org/


Bonjour et merci pour votre site toujours aussi riche et documenté sur ce domaine qui nous est si cher : la philosophie . Je pense qu 'en ce domaine il ne faut pas non plus négliger les pistes
sérieuses que sont la biophilosophie et la bioéthique . Hélas , j'ai récemment fait des recherches à Paris pour trouver quelques ouvrages du Dr Philippe Meyer chez différents libraires , sans
succès ! La philosophie nous aide à creuser ce mystère sans fin qu 'est la vie , l'univers ,le monde et nous-mèmes au sein de tout cela . La vie est un mystère biologique , auquel nous pouvons
rajouter l 'énigme du sentiment religieux , du sacré , du "nouménal " (terme forgé par Rudolf Otto) . Certainement comme semble le préciser les recherches bioéthiques , la philosophie a
négligé la force de l'affectif , de l 'émotionnel à la racine de nos pensées , de nos actions , néanmoins je suis tenté de retrouver un certain esprit philosophique authentique chez les
philosophes chinois anciens tel Confucius et Wang Fuzhi , qui retiennent mon attention actuellement . Car il nous faut trouver , face à une crise planétaire sans précédent historique , un
fond ,une base de réflexion commune pour faire face à ce qui pourrait ètre au final une extinction réelle du vivant sur cette planète suite à une politique  humaine planétaire
destructrice . Il est possible que la vie organique  "se récupère" aprés cette destruction du vivant , mais notre espèce ,elle, risque fort de disparaitre dans les annales  lointaines
de l 'histoire darwinienne du vivant terrestre .


 


Bien amicalement ,


Dominique Giraudet



Anthony Le Cazals 04/06/2010 18:40



Merci Dominoque pour ce long commentaire :). J'espère avoir le temps d'y donner une suite ce soir c'est la Nuit de la philo à l'ENS :))))


 


Anthony