Archives

Publié par Anthony Le Cazals

"Les hommes estiment leur valeur seulement en rélation à autrui en l'état de société" *. Si vous supprimer autrui, que vous admettez dès lors vous cogner, vous frotter sans gène aux gens, c'est dès lors la société que vous faîtes s'effondrer, cette latinité impérieuse. Indifférent à autrui et non aux personnes qui valent et aux gens plu humbles, bref négligent cela, c'est la société que l'on tue. C'est la cité dans ses délibérations et non la société d'opinions qui ressurgit, dans ses combats et ses rebonds, dans ce que la virtù est la capacité d’imposer sa propre loi (autonomie) à la fortune, de produire des coups de chance, des courts-cricuits.

 

 

A-t-on liquidé ces latinités que sont la subjectivité, issue de la réforme et de la critique, bref de l'invention de l'impremerie et de la république des lettres, de la lecture de la Bible et de la critique des indulgences... A-t-on déjoué l'emprise du monde (mundus) et de la société (socii), bref atteint ce niveau de dissocation magnifique qui va contre tous les arts grégaires, qui vise à imposer par les manuels, par l'internet une politique industrielle de la technologie des "esprits". C'est pourtant bien l'esclave qui se saisit du discours du maître en professionnel de la profession et nous parle encore de ce qui n'est plus le corps, la matière, les esprits, les âmes. Ah ces ouvriers de la philosophie qui n'ont rien compris au métier, qui pense encore que le métier alors que c'est en le mettantsous son joug (la jurande, la corporation) que la "société" avance, solutionne ses problèmes davantage que par les théories et leur casse-têtes.

 

Que peut on lire dans la société industrielle : "La philosophie s'articule en se démarquant de ce qu'elle surnomme la technè, dont s'inspirent les sophistes. Ce dehors est supposé ne contribuer en rien au savoir plein du dedans, et n'a par conséquent de statut que comme auxiliaire. Ce schéma dehors-dedans (auquel se lie l'opposition de la vie et de la mort) forme une grille qui fait que la philosophie ne peut que rater la technique au moment même où la techné s'indique comme question. La technique, ce n'est rien. Il n'y a pas — et il ne peut y avoir — de philosophie de la technique, pour autant que le logos ne laisse aucune originalité à la technique. Toute « pensée » de la technique excède nécessairement les limites de la philosophie. Une approche « pensante » de la technique ne peut que toucher aux bords de la pensée, ne peut que mettre en péril les schémas philosophiques." Encore une confusion entre la technique et le métier, que tous les philosophes de profession, c'est-à-dire rémunérés en tant que tel commetent. Ne savent-ils inventer d'autres types ?Tous ces types pour la politique industrielle qui vise la reconstitution morale d'une société par l'homme de bien, l'omme de service, vise à écarter les anormaux comme anomalies, encore une fois à éviter les coups de chance et les courts-circuits. Peut-on s'enferrer dans cette politique d'esclave.

 

* Kant - Remarques touchant les observations sur le sentiment du beau et du sublime, éd. Vrin, _183.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article