Archives

Publié par Anthony Le Cazals

Suite à la série  La perte du genre, Un ivdéo arrêt sur images.

 

L'explication réactionnaire trouvée sur le ring... "On peut certes trouver, au détour d’une lecture, un facteur explicatif partiel mais génial. Par exemple, on peut considérer que les peuples arabes, en écrivant une page de La raison dans l’histoire, donnent raison à…Emmanuel Todd. Cet observateur de longue date du monde arabo-musulman pronostiquait déjà en 2002 les convulsions qui secoueraient le Moyen-Orient avant son entrée dans une modernité supposée garantie par les progrès conjoints du contrôle des naissances et de l’alphabétisation. Dans Après l’Empire (2), le démographe écrivait : « de nombreux pays musulmans sont en train d’effectuer le grand passage. Ils quittent la routine mentale paisible d’un monde analphabète et marchent vers cet autre monde défini par l’alphabétisation universelle. Entre les deux, il y a les souffrances, et les troubles du déracinement ». En somme, si l’on suit Emmanuel Todd, la révolution dite « du Jasmin », celle « du Papyrus », et toutes celles dont on attend l’issue avant de les affubler d’un sobriquet écolo-compatible (3), ne seraient que les inévitables et ultimes convulsions qui accompagnent l’avènement prévisible et définitif de la démocratie. Cette fulgurance de Todd apporte un éclairage judicieux sur les révolutions arabes. Mais l’on en saisit néanmoins le caractère monocausal, tant il est vrai que l’exégèse des pyramides des âges ne peut constituer à elle seule une explication suffisante. En Chine, la politique de l’enfant unique a favorisé la transition démographique. Pour autant, on imagine mal ce pays aborder une révolution dès aujourd’hui."

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article