Archives

Publié par Paris - philo

Les scientifiques communiquent bien souvent de façon erronée. Fascinés par leurs idées, il ne distinguent pas une théorie établie d'une théorie spéculative : une théorie n'est établie qu'après de très nombreuses confirmations expérimentales de prédictions spécifiques.

La distinction, quelque fois une peu floue, entre théories établies et spéculatives évolue continuellement, mais n'en est pas moins essentielle : la mécanique quantique (avec la théorie quantiques des champs, qui en est l'application aux champs physiques [dynamiques]), le modèle standard des particules élémentaires, la relativité générale d'Einstein sont les théories aujourd'hui établies. Ajoutons à cette liste les théories plus anciennes comme la mécanique classique [Newton] ou l'électroùagnétisme [Maxwell]. Ces théories ont fait leurs preuves, elles sont le fondement de la technique contemporaine. Sur leurs prédictions (dans leur domaine de validité), vous pouvez jouer votre argent ou votre vie. Tout ce qui est au-delà, comme la gravité quantique, la théorie des cordes, la géométrie non commutative, les modèles d'unification des forces fondamentales, la supersymétrie, les univers des dimensions supplémentaires, le multi-univers etc. est spéculatif. Rien ne nous assure que ces hypothèses décrivent correctement notre monde : elles n'ont aucune confirmation expérimentale, n'ont jamais été utilisées concrètement, et seul un fou se risquerait à parier sur la validité de leur prédictions. Et pourtant sur certaines théories spéculatives, comme la théorie des cordes, des milliers de chercheurs travaillent depuis des décennies. [...] Toutefois nous ne saurons pas si les théories aujourd'hui explorées seront les bonnes : ce ne serait pas la première fois qu'une théorie pratiquée par un grand nombre de scientifiques et qui mobilise passions loyauté et ressources, se révèle, à l'épreuve des faits une fausse piste (pensons à la phlogistique, à l'éther...). [...] c'est l'expérience et non pas le nombre ou la dialectique qui tranche. [Ce qu'oublie certains philosophes trop limités dans leur a priori... NDLR] La théorie des cordes a été quelque fois présentée comme si elle était avérée. En deuxième lieu j'ai le sentiment que la confusion entre théories établies et théories spéculatives se répand à l'intérieur même de la communauté scientifique. L'effet de cette très grave dérive est néfaste pour les jeunes chercheurs. A une récente conférence internationale je parlais à un jeune chercheur techniquement très brillant. la discussion concernait deux théories : la théorie de la relativité générale et une certaine théorie de " Yang-Mills supersymétrique N = 4 ". Quand j'ai mentionné le fait qu'une des deux théories était vérifiée en tant que théorie physique, le jeune brillant m'a demandé, très candide : « laquelle ? » Il ne plaisantait pas car il ne comprenait pas la différence entre la relativité générale qui a donné un très grand nombre de prédictions nouvelles toutes vérifiées par l'expérience, est une théorie qui n'en a donnée aucune. Cette confusion introduit un malaise en physique fondamentale [mais c'est la même chose avec la métaphysique toujours inféconde en philosophie NDLR]. La clarté sur la théoire des boucles, sur la théorie des cordes, ou surtout sur ce qui est appelé « au-delà du modèle standard », est essentielle pour une science saine et une communication claire avec le public.

 

Carlo Rovelli, professeur à l'Université de la méditerranée à Marseille, Les théories physiques sint invérifiables, Pour la Science n°332, juin 2005, pp. 16-17

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Fabien Besnard 18/06/2007 09:58

Je pense qu'il s'agit de Carlo Rovelli, avec un v. Carlo Rosselli, c'est quelqu'un d'autre...