Archives

Publié par Paris 8 philo

D'après "le cantique des quantiques" (Sven Ortoli et Jean-Pierre Pharabod) La découverte.

Non commutativité des matrices d'Heisenberg.
Ainsi si on a deux matrices A et B AxB est différent de BxA. Ce qui veut dire que si on mesure d'abord la vitesse d'un quanton (nom plus exact pour une "particule") et ensuite sa position on n'aura pas la même valeur de cette dernière si on commence par la mesurer elle.

Le principe d'incertitude (du même Heisenberg)
Vitesse et position d'un quanton ne peuvent être exprimés que par des concepts mathématiques et avec un certain "flou"... plus on connaît l'un et moins l'on connaît l'autre. Soit la formule : pq-qp = hi/2pi (p=quantité de mouvement et q = position)

Les ondes de De Broglie et de Schrödinger correspondent à la probabilité de trouver un quanton à un endroit donné. La particule n'est pas un point matériel mais un "paquet d'ondes probabilistes".

Le principe de complémentarité de Bohr.
L'aspect corpusculaire et l'aspect ondulatoire sont deux représentations complémentaires d'une même réalité.

Le principe de correspondance.
Quand le nombre de quantons atteint un certain seuil, la théorie quantique conduit aux mêmes résultats que la physique classique.

Principe d'exclusion de Pauli.
Deux fermions ne peuvent occuper le même état quantique (par exemple une même orbitale ne peut contenir que deux électrons de spin opposés). C'est ce principe qui permet tout simplement à la matière d'exister et de ne pas être de la pure énergie.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article