Archives

Publié par Paris 8 philo

Nous vous donnons ici une retranscription très partielle d'un entretien de bruno Latour. (Emission, le bateau-livre, France 5, 25 février 2006).

Voir la vidéo (à partir de la 27e minute)

Pascal Ferney : Vous dites "on imagine souvent qu'on parvient avec les sciences, et seulement elles seules, à obtenir enfin la plus grande distance entre les passions sujectives et les faits objectifs or, dites-vous, c'est exactement l'inverse". Autrement dit, pour vous, Il n'y a pas d'un côté la science qui serait pure et l'innovation scientifique et d'autre part la société... / Bruno Latour : Le paradoxe que c'est grâce aux sciences et aux techniques que les intersections, les mélanges, et les hybrides, et les imbroglios entre l'objectif et le subjectif est la plus grande, beaucoup plus qu'en art par exemple. Le paradoxe c'est qu'on traite les objets qui nous entoure en croyant qu'il faut les tenir à distance alors que ce sont eux qui nous passionnent... Un chercheur qui serait distant, désintéressé, ferait de la très mauvaise recherche. / "On pourra distinguer un boulanger matinal les bras recouverts de farine d'un mathématicien noctambule aux mains recouvertes de craies, mais les petites différences de métiers ne sont pas si grandes que les épistémologues nous faseent toute une histoire et aillent jusqu'à séparer les connaissances explicites et les pauvres savoir-faire implicites." Vous semblez dire qu'aujourd'hui les savoirs sont avant tout des savoir-faire / C'est une idée qui date Diderot, les savoir-faire sont la clé des sciences, les sciences sont des pratiques, ce sont des pratiques qu'il faut estimer... on tire des sciences magnifiques et intéressantes le seul argument c'est la possiblité qui permettent de fermer la bouches aux autres de dire qu'elle sont exactes et de taper sur la table, il y a énormément d'autres choses intéressantes dans les sicences notamment les objets et les savoir-faire. ... On oublie toujours les passions qui sont liées aux objets à l'objectivité [pour Latour les objets ne sont pas de simples outils, ils nous passionnent, on ne peut les résumer à leur ustensilité, exemples : les gadgets du Gaston Lagaffe de Franklin, ou la porte.] Les objets sont notre existence on est surtout mélangé en eux. On est passioné par eux, quand on parle d'objectivité on oublie qu'on est passioné par eux. C'est pour cela que j'ai recours à un grand philosophe des sciences, assez mal connu, Franklin [le dessinateur de bd]... Il y a plus de choses intéressante dans le Lagaffe de Franklin que dans Heidegger, Heidegger n'est un grand penseur des techniques. ...Les sciences méritent mieux que la défintion usuelle de l'objectivité ce qui est intéressant dans les sciences c'est qu'elles sont objectives au sens où elles ont des objets et ces objets font des choses intéressantes. Ce sont les objets qui sont int"ressants, ce n'est pas la froideur de l' esprit qui les pense qui compte d'une épistémologie, car ça c'est l'artéfact d'une épistémologie à but politique.

 

 

C'est vrai que jadis Pierre Bourdieu vous avait accusé d'être un "constructiviste radical" c'est-à-dire en fait un penseur convaincu du caractère artificiel de la réalité. Dans un certain Les rapports de pouvoir, de domination, ce qui fait 80% de la sociologie, en gros, ce n'est pas vraiment ça qui vous intéresse... / Ca m'intérese, mais c'est précisément pourquoi il y a des rapports d'inégalité. Il y a des rapports d'inégalité dans nos sociérés depuis peut-être environ 500 000 ans qui passent par des dispositifs matériels et techniques, matériels au sens très large du terme qui peut être aussi des techniques intellectuelles, naturellement, alors ceux qui parlent de pouvoir sans parler de techniques au fond ils se font plaisir mais ils ne nous disent pas comment le changer et donc la grande différence c'est que moi et l'école que je représente nous nous intéressons aux moyens de changer aussi. Or pour changer il faut savoir de quoi est fait le pouvoir. Et le pouvoir est fait aussi de dispositifs techniques. Si on les laisse laisse de côté en disant "cela est de la technique ou de la matière, on ne s'intéresse qu'aux humains", on se laisse désarmer pour essayer de faire quelque chose. / Est-ce que chez vous tout est réseau, connexion, rhizome ? On a l'impression que rien est vertical que tout est horizontal / On sait maintenant que pour faire un effet de distances ou de hauteur... même pour produire des effets de distance, des effets de hauteurs, il faut des techniques. C'est même des techniques que nous avons appris les effets de ditance, je l'ai montré dans Paris, ville invisible. Ce sont des technique Ce qui est paradoxal c'est que les sociologues prennent comme résultats ce dont il fevrait étudier la construction.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article