Archives

Publié par Paris 8 philo

Le titre de ce post est utopique, tant de l'avis de beaucoup la recherche est compromise dans l'université française, tant le CNRS et les grandes écoles se sont dissocié du . Le premier fonctionnant sur le système des kolkhozes stalinien aux dires de Michel Allègre qui voulait "dégraisser le mammouth". C'est plus la révolte face à un gâchis, à la manière dont à la Sorbonne on obture l'horizon. Les guerres entre profs ayant été violentes aux débuts des années 2000, une scission manquant se faire entre historiens de la philo et logiciens-épistémologues-analytiques.

Une chose est sûre, c'est que l'épistémologie, la logique, la philosophie analytique gagne du terrain en tout cas à Paris I ce n'est pas le cas de l'autre moitié de la Sorbonne (Paris IV). Mais ce qu'il y a de dangereux là, est qu'il y a derrière cela des enjeoux de pouvoir, comme le souligne Bruno Latour au sujet de ceux qui se réclament époistémologue et qui sont avant tout des "esprits froid qui pensent" (voir la retranscription d'un entretien de Bruno Latour que nous avons faite). C'est la critique que faisait en son temps Nietsche des hommes théoriques quand il étudiait la naissance de la tragédie pour au fond mieux s'intéresser à la science par contre-point. 

 

Nous mettons ici les articles relatifs à cette rubrique :

 

REPONSE A UN SORBONNARD / Sur la parole des maîtres

PENSEE / Eloge de l'indiscipline

J'ACCUSE Jean Gayon, professeur en la Sorbonne, d'ineptie et d'obscurantisme

CRITIQUE / La Sorbonne ou comment vous dissuader de penser

AU SUJET DE L'INSTITUTION 

 


 

Pour affrondir / La science faite d'objets et de savoir-faire selon Bruno latour (Emission, le bateau-livre, France 5, 25 février 2006). Nous vous en donnons quelques extrait.

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article