Archives

Publié par Les Etudiants de Paris 8

Emmanuel Kant

 

 

philodophe allemand, 1724-1804

Emmanuel Kant (Immanuel en allemand) est un philosophe allemand. Il est né le 22 avril 1724 à Königsberg, capitale de la Prusse orientale (aujourd'hui Kaliningrad, enclave russe), et y est mort le 12 février 1804. Fut nfluencé par  Descartes, Spinoza, Locke, Leibniz, Hume, Rousseau


Vie d'Emmanuel Kant

Emmanuel Kant naît en 1724 à Königsberg en Prusse orientale (actuellement Kaliningrad, en Russie) dans un milieu modeste et particulièrement pieux. Il fréquente tout d’abord un collège dirigé par un pasteur piétiste puis entame des études universitaires. Il étudie la physique, les sciences naturelles, les mathématiques et la philosophie. En 1747, la mort de son père l’oblige à interrompre ses études pour s’engager comme précepteur. Dès 1755, il commence à enseigner à l’université de Königsberg, tout d’abord en tant que « Privatdozent » (enseignant payé par ses élèves), puis, à partir de 1770, en tant que professeur titulaire. Kant fut le premier grand philosophe à donner un enseignement universitaire régulier. Ses cours, tout comme ses publications à cette période, sont très diversifiés : mathématiques, logique, géographie, théologie, pédagogie, droit, anthropologie, métaphysique... Kant consacra sa vie entière à l’étude et à l’enseignement : « Je suis par goût un chercheur », écrit-il, « je ressens toute la soif de connaître et l’avide inquiétude de progresser (...).
En 1781 paraît la première édition de la Critique de la raison pure. Cet ouvrage, fruit de onze années de travail, ne rencontre pas le succès espéré par son auteur. Une seconde édition verra le jour en 1787. En 1788, est publiée la Critique de la raison pratique et, en 1790, la Critique de la faculté de juger. Toutes ses autres oeuvres majeures (Fondation de la métaphysique des moeurs, Vers la paix perpétuelle entre autres) sont écrites à cette période.
Professeur devenu célèbre, même s’il ne fut pas toujours compris, il meurt en 1804 à Königsberg.
Sa légendaire sédentarité (il ne quitta presque jamais Königsberg) ne l’empêcha toutefois pas d’être attentif aux mouvements du monde, comme en témoignent ses nombreuses publications qui traitent de sujets variés et contemporains de son époque. Il recevait également chaque jour de nombreux amis à dîner.
On raconte que sa promenade quotidienne ne fut durant toute sa vie troublée que deux fois : la première lorsqu’il découvrit Du contrat social de Jean-Jacques Rousseau ; la seconde, lorsqu’il alla au-devant du courrier portant des nouvelles de la Révolution française.

Apports conceptuels :    Criticisme, Limite/Borne, Impératif catégorique, Chose en soi

la liste des auteurs

Bibliographie (Œuvres principales)


En ligne : voir infra



Essai sur les maladies de la tête (1764).
Observations sur le sentiment du beau et du sublime (1764).
De la forme et des principes du monde sensible et du monde intelligible (Dissertation de 1770) (1770).
Critique de la raison pure (1781) Trad. J. Barni - 1869
Prolégomènes à toute métaphysique future qui voudra se présenter comme science (1783).
Idée d'une histoire universelle d'un point de vue cosmopolitique (1784).
Réponse à la question : « Qu'est-ce que les Lumières ? » (1784).disponible ici
Fondation de la métaphysique des mœurs (1785).
Compte rendu de l'ouvrage de Herder : Idées sur la philosophie de l'histoire de l'humanité (1785).
Définition du concept de race humaine (1785)..
Conjecture sur les débuts de l'histoire de l'humanité (1786).
Sur le : « Principe du droit naturel » de Hufeland (1786).
Qu'est-ce que s'orienter dans la pensée ? (1786).
Seconde édition de la Critique de la raison pure (1787).
Critique de la raison pratique "Trad. J.Barni - 1848"(1788).
Sur l'usage des principes théologiques en philosophie (1788).
Première introduction à la Critique de la faculté de juger (1789).
Critique de la faculté de juger (1790)
Sur le mal radical (1792).
La religion dans les limites de la simple raison (1793) Trad. Tremesaygues A. - 1913.).
Vers la paix perpétuelle (1795).
La Doctrine du droit, première partie de la Métaphysique des mœurs (1796).
Doctrine de la vertu, seconde partie de la Métaphysique des mœurs (1797).
Sur un prétendu droit de mentir par humanité (1797), dans Le droit de mentir, Kant/Constant, commentaires de Cyril Morana, Mille et une nuits, 2003
Conflit des facultés (1798).
Anthropologie d'un point de vue pragmatique (1798).
Logique (publiée en 1800).
Géographie physique (publiée par Rink en 1802).
Pédagogie (publiée par Rink en 1803) Trad. J.Barni 1886 - Préface Thamin R..

 

 

 

Textes traduit en français:

Une partie des oeuvres de Kant  en français

 

Critique de la raison pure
. Préface à la 1ère édition (Wikipédia)
.
Préface à la 2ème édition (Minutephilosopher)
. Esthétique transcendantale (Wikipédia)
Fondements de la métaphysique des moeurs (Wikipédia)
Idée d'une histoire universelle au point de vue cosmopolitique (Uqac)
La religion dans les limites de la raison (Uqac)
Qu'est-ce que les lumières ? (Encéphi) Qu'est-ce que les lumières ? (Grenoble)
Fondements de la métaphysique des moeurs (Académie de Grenoble)
Traité de pédagogie (Académie de Grenoble)
Traité de pédagogie (Traduction Barni, Alain Blachair pour les passages omis par Barni) (RTF 163 ko); voir infra pour le texte allemand. 

Textes en allemand :

  Toutes les oeuvres de Kant en allemand
Kritik der reinen Vernunft A
 (Acad. Toulouse) 
Kritik der reinen Vernunft B
  (Acad. Toulouse)
Kritik der praktischen Vernunft
 (Acad. Toulouse)
Kritik der Urteilskraf
 (Acad. Toulouse)
Prolegomena zu einer jeden künftigen Metaphysik die als Wissenschaft wird auftreten können
  (Acad. Toulouse)
Grundlegung der Metaphysik der Sitten
 (Acad. Toulouse)
Idee zu einer allgemeinen Geschichte in weltbürgerlicher Absicht
 (Acad. Toulouse) 


Etudes sur Kant

 Le Lexique de Kant par Le Cazals
Eric Weil, Problèmes kantiens, Paris, J. Vrin, 1990(2eme éd.).
Alexis Philonenko, L'œuvre de Kant, Tome 1, La philosophie pré-critique et la critique de la raison pure, Paris, J. Vrin, 1993(5e éd.).
Alexis Philonenko, L'œuvre de Kant, tome 2, Morale et politique, Paris, Vrin, .
Gilles Deleuze, La philosophie critique de Kant, Paris, Presses universitaires de France, 1997(1ere éd. : 1963).
Michel Puech, Kant et la causalité, Paris, Vrin, 1990
Mai Lequan, La philosophie morale de Kant, Paris, Éd. du Seuil, 2001.
Monique Castillo, Kant, l'invention critique, Paris, Vrin, 1997.
Victor Delbos, La philosophie pratique de Kant, Paris, Impr. des Presses universitaires de France, libr. Félix Alcan, 1926(2eme éd.).
Heidegger, Kant et le problème de la métaphysique, Paris, Gallimard, 1953.
Deleuze, Kant, Paris, PUF, 1965

 

 

avertissez-nous dès qu’un lien ne fonctionne plus ici 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article