Archives

Publié par Les Etudiants de Paris 8

Georg Friedrich Wilhelm Hegel


philosophe allemand, 1770-1831

 



Vie de Hegel

 
Hegel est né à Stuttgart, en 1770, fils d’un fonctionnaire à la Cour des comptes du duc de Wurtemberg. Il fit ses études au Gymnasium de sa ville natale. À 18 ans, il entre au séminaire de Tübingen et étudie la philosophie, l’histoire, la théologie, le latin, le grec. Il fait la connaissance de Hölderlin et de Schelling, avec qui il partage une passion pour la Grèce. À cette époque, l’essentiel de ses pensées semble s’orienter vers la religion, puis de plus en plus vers la politique.
Il obtient son magister de philosophie en 1790 ; en 1793, il passe les examens de théologie, mais devient ensuite précepteur à Berne. En 1797, il est précepteur à Francfort-sur-le-Main. Il traverse alors une crise philosophique en concevant l’impossibilité de retrouver l’harmonie politique grecque dans la civilisation européenne moderne.
Il devient privat docent à l’université de Iéna en 1801 et enseigne la pensée de Schelling : il écrit la Différence entre les systèmes de Fichte et de Schelling, qui est une prise de position pour le deuxième contre le premier. Avec Schelling, il fonde le Journal critique de philosophie. Mais l’époque de Iéna est avant tout celle d’un tournant : Hegel se sépare de la philosophie schellingienne, rupture consacrée par la préface de la Phénoménologie de l'esprit qui paraît en 1807.
L’arrivée de Napoléon à Iéna interrompt les activités universitaires ; Hegel part à Bamberg et devient le directeur d’un petit journal de cette ville. En 1808, il est recteur du lycée de Nuremberg ; il rédige et publie alors La Science de la logique. En 1816, il accepte la chaire de l’université d'Heidelberg. En 1818, il occupe la chaire de Fichte à Berlin et enseigne sa propre philosophie, en approfondissant plusieurs parties de son Encyclopédie des sciences philosophiques : la philosophie du droit, de l’histoire, de la religion, l’histoire de la philosophie, etc. En 1831, une épidémie de choléra décime l’Europe : Hegel meurt le 14 novembre.


Apports conceptuels (doctrine)

La philosophie de Hegel est une philosophie de l’esprit absolu et de son déploiement dialectique qui constitue la réalité et son devenir. Cette dialectique a pu être considérée comme une théologie de l’histoire, mais elle a également donné lieu à de nombreuses interprétations contradictoires du fait de sa difficulté.
Cette philosophie est essentiellement déterminée par la notion de dialectique, qui est tout à la fois un concept, un principe d’intelligibilité, et, selon Hegel, le mouvement réel qui gouverne les choses du monde. La pensée hégélienne est donc la compréhension de l’histoire de ce qu’il appelle l’Idée, Idée qui, après s’être extériorisée dans la nature, revient en elle-même en niant cette altérité pour s’intérioriser, s’approfondir et se réaliser dans des formes culturelles (suivant une hiérarchie formelle d’un contenu identique : art, religion et philosophie). D’un point de vue très général, c’est donc une pensée qui veut concilier les opposés qui apparaissent, par la conciliation des philosophies de l’Être et des philosophies du devenir. En effet, avec la dialectique, ces oppositions cessent d’être figées puisque le mouvement d’une chose est d’être posée, puis de passer dans son contraire, et ensuite de réconcilier ces deux états. Ainsi, l’être n’est-il pas le contraire du Néant ; l’être passe dans le néant, le néant dans l’être, et le devenir en est le résultat : « Le néant, en tant que ce néant immédiat, égal à soi-même, est de même, inversement, la même chose que l’être. La vérité de l’être, ainsi que du néant, est par suite l’unité des deux ; cette unité est le devenir. » (La Science de la logique)
Cette histoire trouve alors son sommet dans l’État, où l’Idée s’accomplit dans une organisation juridique capable de réaliser la liberté qui est son essence, i.e. ce qu’elle était déjà en germe. L’État est ainsi l’Idée qui se concrétise dans une société humaine, dans un peuple dont l’Idée est l’esprit, et qui est menée à son terme par le grand homme. Mais cet achèvement étant atteint, c’est la philosophie qui réalise pleinement la liberté : parvenu au savoir absolu, à la liberté du concept, la philosophie reprend en effet la totalité du savoir, i.e. l’ensemble des moments du processus, et se constitue par ce moyen comme science, comme savoir absolu de l’être.
On voit donc que, pour Hegel, l’histoire s’achève avec son époque : tout ce développement dialectique, réalisé dans l’État, dans l’art, la religion, la philosophie, dans l’ensemble des institutions humaines qui expriment le travail du concept, trouve sa vérité et son accomplissement à l’époque de Hegel et dans ses livres… Cette volonté de clôture de l’histoire a engendré de violentes critiques (voir par exemple Nietzsche).
Étant donnée cette dialectique de la totalité, i.e. le fait que la philosophie comprend la totalité du réel, Hegel reprend en un système le savoir de son temps, système où tous les concepts sont liés dans un ensemble organique. L'œuvre capitale de Hegel est de ce point de vue l’Encyclopédie des sciences philosophiques, dont le plan est l’architecture du système de la philosophie. Il est composé de trois parties :
La Science de la logique, science de l’idée en soi et pour soi dans l’élément abstrait de la pensée ;
la philosophie de la nature, science de l’Idée dans ce qui constitue son devenir autre ;
la Philosophie de l’esprit, science de l’Idée retournant à soi.
Puisque tous les aspects de la réalité sont selon Hegel l’expression d’un mouvement dialectique, on ne doit pas séparer les domaines d’études : l’ensemble des chapitres de cet article n’est pas un découpage qui appartient à la pensée de Hegel, mais une présentation successive de quelques aspects que l’on doit comprendre ensemble : histoire, morale, droit, art, religion, philosophie.


 

Oeuvres

La Positivité de la religion chrétienne (1796)
La Vie de Jésus (1796)
Fragment de système (1797)
L’Esprit du christianisme et son destin (1797)
Constitution de l’Empire allemand (1801)
Dissertatio philosophica de orbitis planetarum (1801)
Différence entre les systèmes de Fichte et Schelling (1801)
Foi et savoir
Sur les façons de traiter scientifiquement du droit naturel
Phénoménologie de l'esprit
(1807)
Propédeutique philosophique (cours de Bamberg)
La Science de la logique (la logique objective), premier livre du premier tome : L’Être (1812)
La Doctrine de l’essence, second livre du premier tome de la Science de la logique (1813)
Science de la logique subjective, ou doctrine du concept, second tome de la logique (1816)
Encyclopédie des sciences philosophiques en abrégé (1817)
Principes de la philosophie du droit ou droit naturel et science de l’État en abrégé (1821)
La Raison dans l'histoire (1821)
Encyclopédie des sciences philosophiques, forme plus étendue de la précédente (1827), composée de :
Tome I : la Science de la logique
Tome II : Philosophie de la nature (Première traduction française disponible sur Gallica)
Tome III : Philosophie de l’esprit
Cours publiés à titre posthume :
Leçons sur la philosophie de l'histoire
Leçons sur l'histoire de la philosophie
Leçons sur l'esthétique
en ligne Esthétique Tome 1
Leçons sur la philosophie de la religion


Études sur Hegel

François Châtelet, Hegel, Seuil, collection "Les Écrivains de toujours"
Jean Hyppolite, Introduction à la philosophie de l’histoire de Hegel,
Jean Hyppolite, Genèse et Structure de la Phénomenologie de l'Esprit
Jacques D'HondtHegel secret. Recherches sur les sources cachées de la pensée de Hegel,
Jean-Luc Gouin, Hegel ou de la Raison intégrale, suivi de : « Aimer Penser Mourir : Hegel, Nietzsche, Freud en miroirs », Bellarmin
Bernard Bourgeois, La pensée politique de Hegel
Jacques D'Hondt, Hegel, philosophe de l'histoire vivante
Ernst Bloch, Sujet-Objet. Eclaircissement sur Hegel
Georg Lukács, Le jeune Hegel,
Alexandre Kojève, Introduction à la lecture de Hegel
Véronique Fabbri, L'Esthétique de Hegel


Analyses

avertissez-nous dès qu’un lien ne fonctionne plus ici 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

powered pbx 15/07/2014 14:44

The philosophers are always my passion and hearing of the great philosopher, Georg Friedrich Wilhelm Hegel was a very good experience for me and my friends. Thanks for sharing this article. This turns out to be a great inspiration for many people.