Archives

Publié par Anthony Le Cazals

La prostate de la contradiction --- L’objection du style « vous vous contredisez » ne doit pas être dédaignée dès le début. Il faut voir et saisir qu'Il y a des gens pour qui c’est comme une fête : ils croient avoir trouvé une incohérence majeure chez un penseur, une pétition de principe rédhibitoire. Et pourtant on touche là à ce que la tradition nomme le paradoxal, c'est-à-dire qu'on heurte un certain nombre d’évidences de bon sens dans lesquelles, qu nous le voulions ou non, nous sommes installés, ou desquelles forcément nous partons pour juger. La où le régime paradoxal ou complexe invitera à poursuive : Recommencez ! Continuer ! C'est intéresaant ! En ne retenant que ce qui a de l'intérêt, de la valeur et non de la forme, de l'idée. Quoique s'en défende le philosophe, il juge toujours avec son bulbe rachidien, par habitiude de manière péremptoire, le philosophe aussi à le bon sens du régime qu'il pratique : comprenez les instincts, les habitudes comprisent dès le bulbe rachidien dans le bon sens. Ce qu'il suffit de chercher c'est le déplacement de perspective inattendu , jusque là inaperçu, qui rend moins péremptoire notre bon sens. Il y a toujours deux types de jugements ceux péremptoire qui tétanisent et ceux révélateur qui encouragent (en grec et pas en clair : prostatis ou apophansis).
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article