Archives

Publié par Anthony Le Cazals

Le sujet
A quoi reconnaît-on un sujet il se pose toujours la question que dois-je faire ? En arabe on dira Kir'n'Dir (cf. La vidéo infra). Le sujet n'a pas d'inspiration, de dynamique enthousiaste qui d'emblée emporte, il arrive les mains dans les poches et se dit mais que vais-je bien pouvoir inventer pour sauver les apparences, c'est Warhol inventant la Soupe Campbell et les paillettes du Pop'art. C'est qu'il faut bien participé à la société des services de biens, s'y insérer et être redevable. C'est toute la différence avec Nietzsche ou Marx. Chez Nietzsche, il y a cette différence très simple entre ce qui est donné et ce qui est demandé ou réclamé par une situation, une société. Si l'on arrive avec une énergie débordante on a nul besoin de se raccrocher à une transcendance qui vous ferait vous dépasser et on a pas non plus besoin de se laisser porter par l'immanence, non l'enthousiasme est là et les rencontres surgissent opinément précisément parce que l'on évite les sujets, vous savez ces bobos pas encore sorti de l'oedipe familial, ce ne sont guère des gens que l'on rencontre ni même des objets (à l'heure de l'internet des objets) mais bien des énergies souvent calquées sur des fabulations. Le sujet lui retient une Idée, mais juste une idée. Une idée ne permet nullement de penser mais de projeter toute sa vision idéaliste qui se délimite en un "monde". Notre bellâtre associe son idée parfois à une autre, par exemple l'égalité, mais cela ne le fait pas penser bien loin, pour autant. Souvent cela aboutit à des livres qui ont l'apparence de livre philosophique par le charabia abscons mais qui n'en sont pas comme "Critique de la raison dialectique". Le sujet est obnubilé par sa liberté et s' enferme. C'est que la liberté du sujet n'est pas exactement celle qu'on croit la liberté est travail sur la situation, engagement concret du sujet et finit par produire l'énoncé suivant : "l'enfer c'est les autres". A trop prendre les autres sur un pied d'égalité, on finit par être bouffe par autrui, à constitue son je est un autre et non la richesse d'un Dedans, d'une force ployée en soi. Dès lors qu'on se constitue une situation (Sartre, Debord), un territoire (Deleuze), un monde (Leibniz, Husserl), une patrie (Heimat de Hedegger), un jeu de charme opère et la furtivité s'oblitère. S'il y a imposture, c'est simplement que le sujet s'engage d'ans la situation et par là produit une discours idéologique, qui reconnaîtra d'une part ce qui est bon, profitable, utile et de l'autre ce que est mauvais, malsain, méchant, simplement parce que sa faculté de digestion n'est plus assuré : comprenez qu'il est apte à oublier et qu'il ressasse avec rancoeur ou nostalgie. C'est toujours au creux de la vague que se repère les sujets, les soumis à la grammaire de la transcendance.

Kir'N'Dir (Que dois-je faire ?)

La structure
Nous avons d'autre part, après le sujet ben entendu, la structure. La structure comme le sujet ne se départit pas d'une pensée symétrique, mais c'est avant tout une méthode déterministe. L'objet du structuralisme, tel est le nom de la méthode, n'est jamais autre chose qu'un système. Cette méthode peut s'appliquer pour déterminer les règle de syntaxe d'une langue ou les règles de parenté d'une société mais à chaque fois une symétrie doit être reproduite, partage entre  signifiant et signifié, partage entre homme et femme ou entre société froide-société chaude. e structuralisme est un effet de mode qui, en tant que mode a créé de la confusion car comme pour le sujet il ne s'agit pas de philosophie. Le structuralisme est un intellectualisme qui recrée sa propre symbolique et ses propres rituels de reconnaissance (Académie française, ENS, Collège de France, tous les structuraliste français y finiront). C'est tout cela qui fera dire à Godard que "la réalité c'est le cinéma". C'est là que s'ouvre en parallèle aux intellectualisme du sujet et de la structure, la nouvelle vague.

http://www.agoravox.tv/article.php3?id_article=21279

Lévi-Strauss : "Le travail de la science n'a pas de sens"

Le milieu où sujet et dispositif se mélange. Un sauf-conduit agambemien pour Coupat.
Mais Est-ce là la véritable éducation ? Et agamben n'est pas le seul à faire se confondre sujet et structure, mais là où il les ferait se dissoudre dans une activité politique autonome, Paul Jorion les fera se réunir disnat que toutes les décisions consciente d'un sujet émerge d'une structure totalement inconsciente, allant en ce sens plus loin que son maîttre Lacan.

La nouvelle vague
C'est que surgissent toujours les périodes et les époques de bouillonnement. Oh elles ne durent jamais, heureusement, mais se produisent de-ci de-là, dès lors que les sujets qui réfléchissent sur leur petite intériorité ou leur petit secret de famille n'envahissent plus l'avant-scène. C'est que l'effervescence les dépasse. Ils ont l'humeur plombée par essence, par nature, par idiote syncrasie. Une sorte de grande mélancolie, de procrastination et d'atermoiement les remplit et les vide. Et surgit alors la nouvelle vague et cette prise de position du mouvement dans la rue, assez proche du modernisme catalan, de la palabre des Ramblas. Cela s'agite, les intellectuels essayent de suivre ou mieux se laisse portés par la vague quand ils sont plus aptes mais là est le sine qua non de la pensée négligente, elle émerge toujours loin des faiseurs de symétrie, dans le bouillonnement artistique de celui qui dit chiche. Tel était le paysage des années 60, avec d'un côté, le sujet existentialiste qui très vite arrive hors course et la conscience humaniste d'un Merleau-Ponty qui avait beau s'entrelacer dans son chiasme il ne parvenait à sortir de sa chair et de l'autre côté Lévi-Strauss rejoint par Detienne, Vernant, Bourdieu, Lacan, frôlé par Foucault qui appartenait déjà à la sphère des Blanchot, Barthes, Bataille, Koslovski et des sadiens. Mais en somme structure et sujet ne porte que sur des systèmes système mondain pour le sujet qui ne sait comment s'en dépêtrer, système de grammaire ou de parenté qui est le digne rejeton de l'institution familiale. Dans les deux cas il n'y a pas d'éducation  a proprement parler, il ne s'agt donc pas de philosophie ou de sagesse. La dimension déictique sauf chez Sartre (mais qui n'est que l'ailleurs rêvé du communisme) est absente. Merleau-Ponty lui restait circonvenu, Levi-Strauss avouait tout cela n'a pas de sens, ainsi de suite. Les époques passent heureusement et les cerveaux se développent autrement et parfois étrangement quand la capacité de rebond face à ce à quoi on ne s'attendait pas est grande. Ce n'est plus une affaire de symétrie entre des homologies ou de repérer des analogies comme pour le sujet, mais de tendance qui s'aggrave, de groupe qui se constitue et se défont (thématique bersgonienne), finissent par se recouper ou se rencontrer. Mais à chaque fois l'invention, la nouveauté, la brèche issue du combat sont dissymétriques. C'est alors que se produit la schize, que vous vous tenez sur la brèche et qu'en sommes vous êtes un animal aux aguets. Ce n'est plus l'affaire d'un animal épié ou pourchassé mais d'une fauve affûté, d'un Lion devenu Enfant. L'enfant est celui qui a la capacité de s'inventer des histoires mais surtout de les mettre à profit dans une certaine récréation en se moquant des utilités et des nécessités de la vie d'adultes, adultes qui souvent n'ont pas réglé ler problème d'oedipe c'est-à-dire d'interagir autrement qu'avec autrui autrement qu'avec un schéma de transfert, en envisager davantage les forces et les énergie que les personnes ou la rencontre des gens.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Antohny 30/07/2009 21:07

Moreau parle p. 26 des études de Akkerman (Studies of the posthumus works of Spinoza : "Le caractère rhétorique du TTP") et Proietti (Classici latini nell'oera di Spinoza)Il dit aussi p. 27 : "Dès, la préface du Traité, on voit apparaître sans références explicite mais de façon reconnaissable des formules empruntées à l'historien romain". Des reprises des Histoires de Tacite.

Anthony 30/07/2009 21:27


Spibnoza est un lecteur de Salluste, Tite-live et Tacite mais n'a pas de culture grecque sauf Flavius Joseph qu'il lisait en latin. C'est peut-être ce qui l'a sauvé, ce qui fait sa particularité.
Voir pour son rapport à Platon et Aristote une réponse à une lettre de Boxel. Celle où Spinoza parle je crois qu'il cherche la "vraie philosophie".


oyseaulx, avec les contributions de la sourys papivore 29/07/2009 22:20

Pour les emprunts à la scolastique juive, la question se présente différemment, mais on peut penser que, dans ce cas, le vocabulaire est celui des traductions latines d'Aristote, donc le tome III de Bekker (Argyropoulos, pour la Physique ; peut-être Crisolora, Bessarione ou Georges de Trébizonde ; dans d'autres cas, les traductions sont plus anciennes : Guillaume de Moerbeeke).Pour l'exégétique : les théologiens réformés, français et hollandais, qui écrivent généralement en latin.

Anthony Le Cazals 30/07/2009 20:55


Le mieux c'est Wolfin à mon avis, étude fouillé sur les emprunts scolastiques de Spinoza avec en prime une superbe présentation de l'immanence, comme cause qui produit et englobe son propre effet
(causa sui).

Le latin de Spinoza n'est pas tombé du ciel, quoiqu'il en soit. Et un philosophe a toujours ses petits trucs pour s'accoler le travail des autres, le ruminer et le digérer, tu es bien placé pour le
savoir :). Parfois cela tourne à l'art pommmmmmpier, c'est le cas de Nietzsche avec Jean Marie Guyau ou Bergson avec certains psychologues quand il préparait ses cours. Pour la syntaxe latine, Mais
à bien m'en souvenir cela concerne le Traité Théologico Politique avant tout et c'est PF Moreau que j'ai du entendre à la radio. L'étude de la reprise complexe de ce que Tacite dit des Juifs par
Spinoza se trouve dans cet article : "Spinoza, Tacite et les Juifs. Quatre remarques sur le texte du TTP", in Architectures de la raison. Mélanges offerts à Alexandre Matheron, textes réunis
par P.-F. Moreau, ENS Editions, Fontenay-aux-Roses, 1996. Cet article est publié dans P.-F. Moreau, Problèmes de Spinoza, Vrin, 2006.

http://books.google.fr/books?id=3kDa98gcMusC&pg=PA203&source=gbs_selected_pages&cad=4


oyseaulx, avec les contributions de la sourys papivore 29/07/2009 22:10

Ça dépend des formules. Aux scolastiques, je pense. Voir Wolfson. A Descartes, aussi (la réalité formelle et la réalité objective des idées, cf. Méditation troisième). D'autres fois à Hobbes. Aux auteurs scientifiques de son temps, ou plus anciens, les géomètres, les algébristes, les naturalistes et les médecins aussi : Borelli, Boyle. Aux manuels latins de métaphysique et de logique en usage dans les écoles hollandaises de l'époque (Heereboord). Aux manuels de géométrie ou d'algèbre (van Schooten, le traducteur latin de la Géométrie de Descartes, parue en 1639 ou 49 (?), et qui connut trois éditions, parfaitement conservées à la B. N. Aux mathématiciens hollandais disciples de Fermat (Hudde). La liste des livres de la bibliothèque de Spinoza est dans la Pléiade.

Anthony 30/07/2009 20:26


Spinoza n'ayant pas appris le latin plus que de raison, arrivé à l'heure de l'écriture latine, calquait sa syntaxe sur des phrases de Tacite, por ce que j'en ai entendu dire, récemment sur France
Culture. Mais je peux avoir la mémoire qui défaille, vu qu'elle me sert à beaucoup de choses en ce moment et que c'est pour cela que je préfère citer à la lettre. Je serais incapable de retrouver
l'émission, mais disons que le latin de Spinoza est recomposé ou autodidacte (s'il l'a perfectioné dans les livres). Si on applique le latin de Cicéron cela ne fonctionne pas, celui qui fut
enseigner en France pendant très longtemps (qui fait qu'on nomme la politeia de Platon, la République, mais c'est là le truchement de l'Etat ou de l'Empire, tout comme ceux qui chercherait à
recomposer la conscience ou la volonté chez les Grecs, la première surgissant avec Plotin, la seconde s'affirmant avec Descartes... De même que le droit et la jurisprudence sont romain dans les
termes... Cette particularité porte un nom : c'est la projection de nos problèmes sur des termes Grecs ou Latins sortis de leur contexte qui font qu'à une époque dans tout Aristote on traduisait,
'polis' par Etat. Même la politique n'est pas l'étatique (ou politique représentative). J'aurais je pense l'occasion d'y revenir dans un post que j'ai bien avancé.


oyseaulx, avec les contributions de la sourys papivore 29/07/2009 13:58

Il est déplacé d'invoquer Tacite à propos de Spinoza. On ne saurait rapprocher un orateur atticiste rompu aux feux d'artifice de la rhétorique antique et un auteur post-scolastique qui dedit mihi unum vitrum de vino.Le mot structura existe-t-il en latin ? Je veux dire : existe-t-il à titre de nom commun ? Peut-être dans le latin des physiologistes allemands de l'Académie de Saint-Pétersbourg au dix-huitième siècle, ce ne serait pas absolument impossible, quoique peu vraisemblable. Quant au latin classique, sans doute y a-t-il un mot qui s'écrit structura, mais il s'agit du féminin singulier, ou, le cas échéant, du nominatif-accusatif pluriel neutre, du participe futur (structurus) du verbe struo, struere (con-struire, disons, ou bâtir), qui se conjugue, au présent, struo, struis, struit, etc (troisième conjugaison latine), a pour parfait struxi, struxisti, struxit, etc, et pour supin structum, d'où le participe parfait structus (« ayant été) bâti »), sur lequel est formé le participe futur structurus, à supposer qu'il soit attesté dans les documents ou sur les monuments, chose que je ne puis vérifier en vacances. A noter que, contrairement au participe parfait, le participe futur a un sens actif, et exprime, en dehors de ses emplois grammaticaux rigoureusement réglementés, un futur proche: structurus se dit donc d'un homme qui est sur le point de bâtir, et structura se dit (toujours adjectivalement) d'une femme qui est sur le point de bâtir. Cet emploi absolu est rare et, en règle générale, on se sert surtout du participe futur pour former des périphrases destinées à suppléer à des formes verbales défectives, notamment pour exprimer la postériorité dans les interrogatives indirectes (nécessairement au subjonctif ; or, il n'y a pas de forme pour le subjonctif futur en latin, contrairement à l'espagnol du seizième siècle : fuero, fueres, et non fuera, ni fuese). On écrira donc : Rogo num structurus sit, Je demande s'il bâtira ; de même, en respectant la concordance passée pour l'auxiliaire : Rogavi num structurus esset, Je demandai s'il bâtirait, où le français emploie le conditionnel de futur du passé, comme on a appris en cinquième. Autre emploi fréquent : pour exprimer l'irréel du passé dans les mêmes interrogatives indirectes, donc lorsque l'interrogative indirecte contient une période conditionnelle à l'irréel du passé : Rogo num profecturus fuerit, nisi impeditus esset, Je demande s'il serait parti, à moins qu'il n'en eût été empêché, comme on apprenait en seconde à l'époque antérieure à la destruction de la raison ; la forme ne change pas en concordance passée : Rogavi num profecturus fuerit (au lieu du fuisset qu'on attendrait, mais qui ne semble pas attesté, bien que les grammaires en prescrivent l'emploi), nisi etc. Je n'ai pas souvenir d'avoir jamais vu un structura sous la plume de Spinoza, alors que fabrica est parfaitement attesté, avec le sens de ce que le dix-huitième siècle appellera l'organisation du corps humain (dont l'idée ne sera d'ailleurs définitivement fixée qu'à l'époque de Cuvier, car il s'agit d'une notion qui fait appel, dans son déploiement conceptuel, à des connaissances que seule l'anatomie comparée peut fournir). Il reste qu'il existe une anatomie humaine depuis Vésale et que le terme de fabrica y est employé pour désigner ce que nous appelons, depuis Cuvier, l'organisation du Corps humain.Il est donc vraisemblable que Pautrat, comme d'ailleurs ses prédécesseurs, traduise fabrica par structure, au risque de susciter la curiosité malsaine de pauvres générations à la fois privées d'instruction par des politiques criminels et manipulées par des imposteurs intellectuels sans scrupules. Rappelons l'impérieuse nécessité d'un recours aux textes et l'urgence d'une restauration des études littéraires.

Anthonius Structurus 29/07/2009 15:17


A quels auteurs latins Spinoza reprennait-il les formules ?

merci


oyseaulx, avec les contributions de la sourys papivore 28/07/2009 12:54

La fabrica vient de Vésale (de Corporis humani fabrica), suivi par Spinoza dans le célèbre scolie de Ethique, III, 2) ; le terme de structure revêt, chez Deleuze, des significations multiples, au gré des variations de sa doctrine, très sartrienne dans l'article sur Tournier. Voir, à titre d'exemple, sa contribution à la très inégale (pour ne pas dire plus) histoire de la philosophie dirigée par François Châtelet (sous le titre : Qu'est-ce que le structuralisme ?). Le contenu en est largement fantaisiste, proche de Logique du sens, si mes souvenirs, datant de 1974 (mais l'article avait été rédigé antérieurement pour répondre à d'autres sollicitations . . ., vers 1967, je crois) sont fidèles.D'une façon générale, la ponctuation qu'on trouve dans les textes grecs anciens est de l'éditeur moderne, qui s'inspire, tantôt, des habitudes de sa langue maternelle, tantôt de celles mises au point dans les scriptoria de Constantinople et qui ne peuvent en aucun cas être antérieures à l'époque de la translitération des onciales en minuscules (Xème s.) ; comparez les onciales de la Septante de Léningrad (IVème s.) à un manuscrit postérieur. Les papyrus n'offrent aucune ponctuation. D'où les variations des éditeurs de Platon quant à savoir quand il faut mettre un point d'interrogation après telle réplique d'un dialogue platonicien.

Anthony 28/07/2009 17:14


On en vient à ce que j'attendais. L'Ethique, dans son style Tacite, contient, si ma mémoire ne défaille pas trop, quelques occurence de la structura. Ou alors c'est Bernard Pautrat qui
traduit fabrica par structure.


oyseaulx, avec les contributions de la sourys papivore 26/07/2009 13:50

« Tel était le paysage des années 60, avec, d'un côté, le sujet existentialiste, qui très vite arrive hors course, et la conscience humaniste d'un Merleau-Ponty, qui avait beau s'entrelacer dans son chiasme, il ne parvenait à sortir de sa chair, et, de l'autre côté, Merleau-Ponty, rejoint par Detienne, Vernant, Bourdieu, Lacan, frôlé par Foucault qui appartenait déjà à la sphère des Blanchot, Barthes, Bataille, Klossovski et des Sadiens. »Nous croyons qu'il y a là un lapsus calami (la seconde occurrence du nom de l'auteur de la Phénoménologie de la perception) ; faudrait-il lire : « Althusser », ce qui serait une erreur curieuse lorsqu'on connaît les sentiments hostiles qu'il nourrissait à l'encontre du premier ? Ou, alors : « Lévi-Strauss », ce qui est cohérent avec le propos. Notons, toutefois, que le recours à la notion de structure chez Lacan nous paraît renvoyer davantage à des inspirations phénoménologiques, telles que Kojève et même Sartre, et qu'il nous paraît important de souligner à quel point le propre usage fait de cette notion par Deleuze, dans son article sur Tournier, nous paraît proche de l'usage sartrien. (Nous avons rétabli, furtivement, votre ponctuation, assez défective ; vous écrivez comme Blanchot.)

Anthony Le Cazals 27/07/2009 14:51


Lapsus clavis, mon cher, lapsus clavis. http://dictionnaire.sensagent.com/lapsus/fr-fr/
En tout cas merci.

Quant à notre style nous avons le digital moins rapide que le cérébral, d'où toute cette écriture  dans le style chime du précipité. C'est plus héraclitéen et que blanchesque, Heraclite
faisait mieux il ne mettait pas de ponctuation (a posteriori on associera cela à lénigmatique alors que tout simplement il ne s'encombrait pas). Mais je retiens Blanchot.

Chez Deleuze la structura ne doit pas être loin de la fabrica.