Archives

Publié par Les Etudiants de Paris 8

 

Emmanuel Lévinas

philosophe et penseur talmudique, -

 


moteur de recherche - INCONTOURNABLE !!!

 

 

 

Biographie

Emmanuel Levinas naît le 12 janvier 1906 en Lituanie à Kovno dans une famille juive pratiquante. Le père tient une librairie et l'on parle russe à la maison. Un maître particulier enseigne aux enfants (Emmanuel a deux frères) l'hébreu. Il lit très tôt la Bible, les auteurs russes (en particulier Pouchkine et surtout Dostoïevski) et Shakespeare.
En 1914, la famille fuit l'avancée des armées allemandes et, en 1915, s'établit après un long périple à Karkhov (Russie). Levinas vit la révolution russe avec à la fois crainte et curiosité. À Karkhov, malgré le numerus clausus (seulement cinq juifs sont admis) Emmanuel Levinas entre au lycée où il fait toutes ses études secondaires.
La jeune révolution bolchevique manifestant ses premières menaces contre les juifs, les Levinas retournent en Lituanie en 1920.
En 1923, Emmanuel Levinas émigre seul en France et s'inscrit à l'Université de Strasbourg, commençant des études de philosophie. Il a pour professeur Georges Gurvitch et Maurice Pradines et pour ami Maurice Blanchot, grâce auquel il lit Proust et Valéry. Il découvre la philosophie nouvelle de Bergson mais, surtout, il lit les Recherches logiques de Husserl qui lui ouvrent de « nouvelles possibilités de pensée ». Il décide, en 1928, de se rendre à l'Université de Fribourg-en-Bresgau où enseigne Husserl. Il suivra son cours pendant deux semestres. Quand
Husserl interrompt son enseignement, Levinas s'inscrit au cours de Heidegger. Il participe au célèbre colloque de Davos où s'affrontent Cassirer et Heidegger.
Il traduit les Méditations cartésiennes (publiées en 1931) et rédige sa thèse de doctorat, Théorie de l'intention dans la phénoménologie de Husserl, soutenue à Strasbourg en 1930. Levinas est le premier à introduire en France la pensée de Husserl et celle de Heidegger. De 1930 à 1940, il est le spécialiste incontesté de la phénoménologie allemande, montrant la voie à
Sartre, Merleau-Ponty et Gabriel Marcel.
En 1930, Levinas est naturalisé français. Il s'installe à Paris et entre dans l'administration scolaire de l'Alliance Israélite Universelle (créée pour venir en aide aux Juifs de tout pays où ils n'avaient pas statut de citoyen). Levinas s'installe près de l'école avec sa femme qu'il a connue à Kovno et épousée en 1932. A la Sorbonne, il suit les cours de Léon Brunschvig. Il rencontre Jean Wahl, Gabriel Marcel.
Vient la montée du nazisme.
Heidegger s'y est rallié et Blanchot vitupère les juifs. Levinas rencontre Kojève, Koyré et surtout Jacob Gordin. Il écrit des articles dans des revues juives sur le fait juif et la situation créée par l'hitlérisme. Il est mobilisé en 1940 comme interprète pour le russe. Fait prisonnier, il reste cinq ans en captivité, protégé, quoique juif, par son statut de prisonnier de guerre. Il lit beaucoup et commence à écrire De l'existence à l'existant (publié en 1947). Sa famille, restée en Lituanie, est toute entière massacrée par les nazis. Sa femme et sa fille ont pu se réfugier près d'Orléans chez les sœurs de Saint Vincent de Paul.
Il rencontre un maître talmudiste, Chouchani, qui devient son exigeant professeur. En 1946, il devient directeur de l'École Normale israélite orientale d'Auteuil.
En 1961, après la publication de sa thèse d'État, Totalité et infini, il est nommé professeur à l'Université de Poitiers. En 1967, il est nommé à Nanterre où il assiste de loin aux évènements de 1968. Enfin, il est nommé professeur à la Sorbonne en 1973. Sa retraite effective intervient en 1979. Entre-temps, il a fait paraître L'humanisme de l'autre homme (1972), Autrement qu'être et au-delà de l'essence (1974), Sur Maurice Blanchot et Noms propres (1976).
Les derniers écrits de Levinas portent sur la question éthique : De Dieu qui vient à l'idée et Éthique et infini (1982), Transcendance et intelligibilité (1984).
Levinas meurt le 24 décembre 1995 à l'âge de 90 ans. Il a survécu à Sartre mais sans avoir connu la célébrité de ce dernier.

 

OEuvres

  • Théorie de l'intuition dans la phénoménologie de Husserl, 1930
  • De l'évasion, 1965
  • De l'existence à l'existant, 1947
  • Le temps et l'autre, 1949
  • En découvrant l'existence avec Husserl et Heidegger, 1949
  • Totalité et infini, 1961
  • Difficile liberté, 1963
  • Quatre lectures talmudiques, 1968
  • L'humanisme de l'autre homme, 1972
  • Autrement qu'être ou au-delà de l'essence, 1974
  • Noms propres, 1976
  • Sur M. Blanchot, 1976
  • De Dieu qui vient à l'idée, 1982
  • L'au-delà du verset, 1982
  • Ethique et infini, 1982
  • Transcendance et intelligibilité, 1984
  • A l'heure des nations, 1988
  • Entre nous, 1991

Totalité et totalisation - extraits de la totalité et l'infini

Heidegger - Article sur le philosophe Allemand

 

Analyses

Dire du corps - Corporéité et affectivité dans les écrits d’Emmanuel Lévinas par Paulette Kayser

Altérité et responsabilité - court article sur le concept d'altérité par Reynolds Michel

Levinas ou le cache-misère de l’éthique - Article critique par Besbes Samir

 

avertissez-nous dès qu’un lien ne fonctionne plus ici 

 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article