Archives

Publié par Odile + Info Lionel

 

De « Libération » à « Là-bas si j'y suis »...

MENACE SUR LES MÉDIAS FRANÇAIS

(19 juin 2006)

Depuis plusieurs semaines, une série d'affaires secouent les médias français, tant privés que publics, soulevant la
question de leur indépendance rédactionnelle.

Dans les médias privés, la baisse de diffusion de nombre de
titres, certains parmi les plus prestigieux, accroît
l'influence du propriétaire appelé à résorber les dettes.
Le fondateur de « Libération », Serge July, s'est déclaré
contraint au départ par le principal propriétaire du titre,
le banquier Edouard de Rothschild, effrayé par les pertes du journal. L'affaire EADS concerne elle aussi un industriel
propriétaire de médias, M. Arnaud Lagardère.

En effet, des soupçons de délit d'initié visent certains actionnaires importants de l'entreprise aéronautique, dont le coprésident d'EADS, M. Noël Forgeard, ses enfants, et le groupe Lagardère. Tous ont vendu de très nombreux titres peu avant que l'annonce d'un retard à la livraison d'avions Airbus A-380 provoque la plongée de la valeur boursière d'EADS (26 % de baisse le 14 juin).

Enfin, l'affaire du remplacement de M. Zacharias à la tête du groupe Vinci, consécutif aux exigences financières démesurées de l'ancien PDG (plus de 200 millions d'euros au total), implique un autre acteur des médias, M. Alain Minc. Ce dernier, en tant que membre du conseil d'administration de Vinci, a appuyé M. Zacharias et s'est opposé à son remplacement.

L'affaire EADS, la plus grave, implique directement le
groupe Lagardère. Or celui-ci contrôle de très nombreuses
publications (de « Paris Match » au « Journal du Dimanche »), plusieurs radios (dont Europe 1, où le principal studio se
nomme Lagardère), ainsi que des participations au capital de plusieurs titres indépendants (dont « Le Monde »). Dans ces conditions, ce n'est peut-être pas seulement l'actualité de la Coupe du monde de football qui explique que les
développements à EADS aient suscité moins de fièvre dans
les médias - et moins de commentaires indignés des
éditorialistes - que telle ou telle déclaration secondaire
d'un responsable politique ou d'un amuseur. (...)

Lire la suite de cet article inédit de Serge HALIMI :
http://www.monde-diplomatique.fr/carnet/2006-06-19-Medias-francais

ainsi que l'entretien avec Frédéric Schlesinger, directeur
délégué de France Inter.

Lionel nous a transmis ce lien

Pétition pour sauver l'émission "Là-bas si j'y suis" :
http://www.la-bas.org/petition/index.php?petition=5

mais aussi, la polémique

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article