Archives

Publié par Les Etudiants de Paris 8

Alain, Emile Chartier dit

philosophe, 1868-1951

retour à la liste des auteurs

Ecrivain, journaliste, professeur (notamment de Simone Weil), il fut le philosophe quasi officiel de la Troisième République. Parce que sa plume est aisée, parce qu'il se nourrit de la pensée de ses grands prédécesseurs, on l'a parfois dit superficiel ou on a cru que rien de nouveau n'était à découvrir dans ses livres. Pourtant sa pensée est plus profonde qu'on ne croit. Il invente un nouveau genre littéraire : les propos. Sa rencontre avec Jules Lagneau (1852-1894) dont il fut l'élève l'influença profondément mais il se nourrit aussi des œuvres de Platon, Descartes, Kant, Hegel, Auguste Comte.

 

Vie d'Alain (Emile Chartier)

Emile Chartier (il adoptera plus tard le pseudonyme d'Alain) naît en Normandie, à Mortagne-au-Perche, en 1868. Il est le fils d'un vétérinaire.
Elève de Jules Lagneau au lycée de Vanves, il entre ensuite à l'Ecole Normale Supérieure de la rue d'Ulm et devient agrégé de philosophie en 1892. Jusqu'à sa retraite il enseigne dans le secondaire, notamment au lycée Henri IV où il sera professeur de Khâgne (il se méfiait des "importants" qui poursuivent "carrière" et préférait l'enseignement secondaire).
Par son rôle de professeur, de chroniqueur (ses articles furent publiés à partir de 1903 dans les journaux et revues : ce seront les fameux Propos), son engagement dans le radicalisme politique, il a exercé une grande influence sur plusieurs générations d'écrivains, de journalistes, de philosophes.
Pendant la guerre de 1914, Alain s'engage comme soldat de 2ème classe et devient artilleur. De cette expérience sortira Mars ou la guerre jugée. Citons, parmi ses oeuvres, Le système des Beaux Arts (1920), Les Idées et les Ages (1927), Propos sur le bonheur (1928), Idées (1932), les Eléments de philosophie (revus en 1940). Il meurt en 1951.

 

Apports conceptuels.

La philosophie d'Alain n'est pas un système. Il s'agit plutôt de se situer à l'origine de la philosophie elle-même, de poser les questions premières à la manière des premiers philosophes, quand tout était encore à accomplir. La philosophie sera alors initiatrice, critique. Il s'agit de soumettre le réel et surtout l'existence à la pensée, de refuser les préjugés, l'opinion.
Fidèle à Descartes, il identifie la pensée et la conscience et nie l'existence d'un inconscient psychique. Aux yeux d'Alain, l'hypothèse freudienne est en effet une illusion car tout ce qui ne relève pas de la conscience doit être ramené aux mouvements du corps. Croire en l'inconscient, c'est se tromper sur soi-même et surtout se chercher des excuses, nier notre liberté. En effet, si le corps reste toujours maîtrisable par la conscience, il n'en est pas de même de l'inconscient freudien. Croire en l'existence de l'inconscient, c'est donc essayer d'échapper à ses responsabilités en niant sa liberté. Certes, nous pouvons avoir des " pensées de demi-jour ", comme par exemple se tenir debout, marcher etc., mais elles renvoient à des habitudes, des montages du corps qui restent contrôlables. Notre corps a été instruit par notre conscience. L'enfant qui apprend à marcher contrôle très consciemment ses gestes et, si la marche devient inconsciente, c'est parce qu'elle a d'abord été très consciente. La pensée véritable est une pensée attentive, la pointe extrême de notre conscience, totalement transparente à elle-même.
Journaliste, Alain fut aussi un penseur de la politique. Il faut que les citoyens exercent un contrôle sur le pouvoir grâce à leurs représentants élus. Le pouvoir tend toujours à la tyrannie parce qu'il est adulé. Les puissants aiment leur puissance et l'abus du pouvoir est le fruit naturel du pouvoir. " Tout peuple qui s'endort en liberté se réveillera en servitude " et Alain ajoute : " Le tyran peut être élu au suffrage universel et n'être pas moins tyran pour cela. Ce qui importe n'est pas l'origine des pouvoirs, c'est le contrôle continu et efficace que les gouvernés exercent sur les gouvernants. " Tout État conjugue monarchie, aristocratie et démocratie. Si l'exécutif doit être monarchique (car ses décisions exigent de la rapidité), le législatif aristocratique (il faut discuter les lois en groupe), le pouvoir de contrôle doit être démocratique. Le peuple doit avoir le droit de déposer ses dirigeants immédiatement s'ils ne conduisent pas les affaires selon l'intérêt du plus grand nombre. En ce sens tout peuple a la responsabilité de sa liberté car il faut avoir le courage de " rompre les chaînes du consentement qui sont les vraies chaînes. "
En ce qui concerne la morale, Alain reprend les grands principes de la philosophie de Kant : l'idée de dignité humaine, d'universalité du devoir. Il faut vivre selon l'esprit et se référer à la liberté et à la dignité.

 

 

 

 

Bio - sur Philonet : + Oeuvres principales, racines et apports conceptuels. 
Bio - sur Cyberphilio
Bio - in Encyclopédie L'Agora :  + Oeuvres d'Alain. Documentation sur Alain.
Alain - sur SOS Philosophie : Les sources de sa pensée. La vie d'Alain. Apport conceptuel. Principales œuvres.
Le temps d'Alain s'inscrit dans celui des révoltes contre l'injustice, le racisme ou la manipulation - article
ALAIN - par Fontaine Didier, in L'Encyclopédie des Gens de Bien.
Site Alain - par Thierry Laterre,
ALAIN - sur ARFE-CURSUS
Hommage à Alain - par Georges Pascal, professeur à Grenoble 2,


Oeuvres

Abrégé pour les aveugles (1943) - Portraits et doctrines de philosophes anciens et modernes
L’accord pour la vie - Discours de distribution des prix au lycée de Lorient en 1895
Propos sur le bonheur (1925)
Le_citoyen_contre_les_pouvoirs (1926)
La conscience morale. Esquisses d'Alain. 2. - Cours dispensé au Collège Sévigné en 1930-1931. Le Culte de la Raison comme fondement de la République - Conférence populaire publiée en janvier 1901
Les_Dieux (1934)
Economique (Propos d') (1934)
Education (Propos sur l') (1932)
Éléments_de_philosophie
(1916)
Éléments_d'une_doctrine_radicale - 165 propos écrits de 1906 à 1914 et de 1921 à 1924
Esquisses de l'homme (1927)
Esthétique (préliminaire d') (1939)
Esthétique (propos sur l') (1923). Propos écrits entre 1921 et 1923 extraits des Libres Propos (Journal d'Alain)
Humanités
(1946)
Idées, introduction à la philosophie : Platon - Descartes - Hegel - Comte. (1939).
L'idée_d'objet - article de juillet 1902
Les idées_et_les_âges (1927)
Lettres à Sergio Solmi sur la philosophie de Kant. (1946)
Littérature (Propos sur la) (1934)
Les marchands de sommeil 
- Discours de distribution des prix au lycée Condorcet en 1904

Mars ou la guerre jugée (1936).
Suite_à_Mars, Echec de la force (1939) - Recueil de textes écrits entre 1928 et 1936.
Mythologie (préliminaires à la) (1932-1933)
Pédagogie enfantine. Esquisses d'Alain. 1. - Cours dispensé au Collège Sévigné en 1924-1925
Perception (Le problème de la) - article de novembre 1900
Politique (Propos de) (1934)
philosophes (Porpos sur des)  (1961). Propos écrits entre 1922 et 1935 
Les saisons de l'esprit (1935)
Sentiments, passions et signes  (1926)
Souvenirs de guerre (1937)
Spinoza (1946)
Sur_la_mémoire - article de janvier 1899
Sur_les_perceptions_du_toucher - article de janvier 1901
Système_des_beaux-arts (1920)
La théorie de la connaissance des Stoïciens (1891).
Valeur morale de la joie_d'après_Spinoza (1899) - article
Vigiles_de_l'esprit(1942) - Recueil de textes écrits entre 1921 et 1933.
Vingts leçon sur les beaux-arts 
(1931).


avertissez-nous dès qu’un lien ne fonctionne plus ici


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article