Archives

Publié par Anthony

Nous vous signalons les dernières séance du séminaire de Patrice Loraux, Le Réel chez les Grecs, à ne pas mas manquer autour des notions de science, de teechnique, d'intelllignece de négociation, de sagesse (ce qui s'intéresse et de pensée (la pensée substantive des grecs, du en tant que tel). Ces séances auront lieu à Paris 8 Saint-Denis, les vendredis 30 mai, 6 juin et 13 juin 2008, salle A028, de 9h à 12h.
Un aperçu autour de la notion de genre qui formait le cadre réel chez les Grecs.

Peut-être auront-nous la présence de nos chers Haitiens en nombre renforcé ou d'Alexis de Saint-Ours (dont les cours traite du passage de la mathématique réelle à la mathématique complexe entre science classique et science quantique, sans doute le terme réel lui a fait boycotté jusque là ce séminaire, alors que la réalité préplatonicienne décrite dans le séminaire de Mr Loraux se veut complexe, plus complexe que les réductions platonico-aristoléliciennes.

La dernière seance du séminaire du sur le passage de l'époque du monde gréco-chrétien à l'appareil total autonome (mondialisation économique, société de contrôle, nouvelles technologies, disparition du politique) avec une possible alternative qui reste à définir aura lieu le lundi 26 mai 2008, salle 2 de l'EHESS. Nous avons mis en ligne la 11e séance (Parler et réaliser loin des deux Chimères qui ne traite pas encore de l'Appareil Total Autnome mais déjà des chimères).

A noter  une intervention de Monsieur Loraux sur le poète Jean-Michel Rey sur la foi des mots au Musée de Saint-Denis le vendredi 23 mai 2008.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Anthony 15/06/2008 12:32

Ces Grecs-là sont un contre-pied aux conjectures actuelles que Loraux pense dans son séminaire de l'EHESS. Il va chercher chez les Grecs des Formes de stabilité.Ce que tu appelles réel est l'homme et la nature pensés par la dialectique. Mais dans le réel (j'entend la pensée qui s'y restreint) y a-t-il quelque chose de nouveau alors que c'est dans la complexité qui dépasse la dimension du réel (voir par exemple les nombres réels et complexes) que s'investit toute la nouveauté actuelle. La pensée complexe se dérobant à toute image pour l'instant qui nous empêcherai de penser (par que l'on mettrai un idéal entre nous et notre faire). La complexité est bel et bien là, elle me permet de communiquer avec toi, toute les question étant de savoir si lon veut l'investir comme une Aurore ou la rejeter comme un Crépuscule, auquels cas il faudra comme avec Badiou et Sarkozy - qui traduisent d'une affiinté plus profonde - enivager nombres de sacrifice. La complexité peut permettre à ce que j'appelerai sphère autonome d'avoir sa propre santé. Badiou comme Sarkozy la nie, en tant que conservateurs de la vie bonne et communautaire.

sancho 27/05/2008 11:20

Tiens! J'ai bien envie d'y aller... le réel est tout ce qui nous reste d'un peu neuf aujourd'hui. Je suppose que ces "Grecs"-là sont encore un alibi pour notre refus de penser le monde actuel... Mais... Enfin... On verra bien assez tôt, comme disait ma grand-mère.  Bien le bonjour Anthony.