Archives

Publié par Paris8philo (avec un coup de main de Guy)

L’Université allemande envers et contre tout elle-même

 

Prendre en charge le rectorat, c'est assumer I'obligation de diriger l'esprit de cette Ecole supérieure. La décision d'accepter de suivre, chez les maîtres et les élèves, s'éveille et prend force seulement à partir du véritable et commun enracinement dans l'essence de I'Université allemande. Or cette essence ne parvient à la clarté, à la hauteur et à la puissance que si, avant tout et toujours, ceux qui dirigent sont eux-mêmes dirigés 1 - dirigés par le caractère inexorable de la mission spirituelle qui force le destin du peuple allemand à recevoir I'empreinte typique de son histoire.

 Savons-nous ce qu'i! en est de cette mission spirituelle? Que la réponse soit oui ou bien non, inévitable demeure la question : sommes-nous, corps des maîtres et corps des élèves de cette Ecole supérieure, sommes-nous véritablement et en commun enracinés dans l'essence de I'Université allemande ? Cette essence a-t-elle une vraie force pour marquer de son empreinte notre Dasein ? Seulement, sans doute, à condition que cette essence, de fond en comble, nous la voulions. Mais qui pourrait en douter ? Couramment, on fait prévaloir comme caractéristique essentielle de I'Université le fait qu'elle « s'administre elle-même » ; cela doit être maintenu. Toutefois, avons-nous aussi médité a fond ce que cette revendication d'autonomie administrative exige de nous ?

Autonomie administrative, cela veut pourtant bien dire : nous fixer à nous-mêmes la tâche, et déterminer nous-mêmes la démarche susceptible de la faire devenir réelle, afin, la même, d'être nous-mêmes ce que nous avons à être. Mais savons-nous donc qui nous sommes nous-mêmes, ce corps des maîtres et des élèves de la plus haute école du peuple allemand ? pouvons-nous même au premier chef le savoir sans le plus constant et le plus tranchant retour méditatif sur nous-mêmes ?

Ni la connaissance de la situation actuelle de l'Université, ni la familiarité avec son histoire antérieure ne garantissent à elles seules un savoir suffisant de son essence - à moins qu'auparavant, avec clarté et tranchant, nous délimitions cette essence pour I'avenir ; qu'en une telle limitation de soi-même, nous voulions cette essence ; et qu'en un tel vouloir, nous soyons envers et contre tout nous-mêmes.

S'administrer soi-même ne tient que sur le fond de la méditation qui se reprend soi-même. Le retour méditatif sur soi-même, a son tour, n'a lieu que si l'Université allemande a la force de se maintenir elle-même envers et contre tout. Allons-nous accomplir ce maintien, et comment ?

L'Université allemande se maintenant elle-même envers et contre tout, ce n'est rien d'autre que la volonté qui veut en commun son essence de manière conforme à l'origine. L'Université allemande est pour nous l'Ecole supérieure qui, à partir de la science et grâce à la science, entreprend d'éduquer et de discipliner les dirigeants qui veillent sur le destin du peuple allemand. Le vouloir qui veut l'essence de l'Université allemande veut du même coup la science, en ceci qu'il veut la mission historiquement spirituelle du peuple allemand comme peuple se connaissant en son Etat. Science et destin allemand, il faut qu'ils accèdent ensemble - dans la volonté de l'essence à la puissance. Et ils y parviendront, et n'y parviendront que si nous autres - corps des maîtres et corps des élèves - d' abord exposons la science à sa plus intime nécessité, et si ensuite nous faisons face au destin allemand en sa plus extrême urgence.

L'essence de la science, nous n'en faisons assurément pas l'expérience en sa nécessité la plus intime tant que, discourant sur le « nouveau concept de la science 2 », nous dénions à une science qui n'est que par trop celle d'aujourd'hui son autonomie et son absence de présuppositions. Cette façon de faire uniquement négative et qui ne remonte guère au-delà des dernières décennies finit par n'être que I'apparence d'un effort véritable portant sur l'essence de la science.

Voulons-nous saisir I'essence de la science ? Alors il faut affronter d'abord la question critique : la science doit-elle pour nous continuer d'être, ou bien devons-nous la laisser courir vers une fin rapide ? Que science, au premier chef, il doive y avoir, voilà qui n'est jamais absolument nécessaire. Si la science doit être, et si elle doit être pour nous et par nous, à quelle condition peut-elle alors véritablement continuer ?

Seulement si nous nous plaçons à nouveau sous la puissance du commencement de notre Dasein historique par I'esprit. Ce commencement est la rupture par laquelle s'ouvre la philosophie grecque. Là se dresse I'être humain de I'Occident : à partir de I'unité d'un peuple, en vertu de sa langue, pour la première fois tourne vers l'étant en entier, il le met en question et le saisit en tant que l'étant qu'il est. Toute science est philosophie, qu'elle soit capable de le savoir et de le vouloir, ou non. Toute science reste imbriquée dans ce commencement de la philosophie. C'est de lui qu'elle puise la force de son essence, à supposer au premier chef qu'elle reste encore à la hauteur de ce commencement.

Nous voulons ici regagner pour notre Dasein deux propriétés qui caractérisent I'essence originalement grecque de la science. Chez les Grecs circulait un vieux récit, selon lequel c'est Prométhée qui aurait été le premier philosophe. C'est à ce Prométhée-là qu'Eschyle fait dire une parole qui énonce l'essence du savoir :

{tecnh d¢ a¢na¢gkhV a¢sqeneste¢ra makry¢} [citation en grec]

Savoir, pourtant, est de beau coup moins fort que nécessité.

      (Prom., 514, ed. Wit.)

Cela veut dire : chaque savoir des choses demeure d'abord livré sans défense à I'excessive puissance du destin et reste sans parole devant elle.

C'est justement pourquoi il faut que le savoir déploie sa plus haute provocation - face à laquelle seulement se dresse l'entière puissance du retrait de l'étant - afin de rester réellement sans parole. C'est ainsi justement que l'étant s'ouvre en son inapprofondissable inaltérabilité, et donne au savoir sa vérité. Ce verdict sur la féconde impuissance du savoir est une parole des Grecs, chez qui l'on voudrait à trop bon marché trouver l'exemple prototypique d'un savoir purement axé sur lui-même et, par là, oublieux de soi - ce que I'on nous interprète comme I'attitude « théorique ». Mais qu'est-ce que la qewri¢a pour les Grecs ? On répond : la pure considération, qui demeure liée uniquement à ce qui est en question, dans sa plénitude et son exigence. Ce comportement considérateur devrait même, si l'on se réfère aux Grecs, n'avoir lieu qu'a dessein de lui-même. Mais cette référence n'est pas juste. Car d'abord la « théorie » n'a pas lieu à dessein d'elle-même, mais uniquement dans la passion de rester proche de l'étant comme tel et sous son astreinte. En outre, les Grecs luttaient justement afin de comprendre et d'accomplir ce questionnement considérateur comme une modalité, voire comme la modalité la plus haute de l’e¢ne¢rgeia, de l'« être-à-l'oeuvre » humain. ils ne songeaient nullement à aligner la praxis sur la théorie, mais à l'inverse visaient à entendre la théorie elle-même comme la mise en oeuvre la plus haute d'une praxis de bon aloi. Pour les Grecs, la science n'est pas un « bien culturel » ; elle est au contraire le lieu médian qui détermine au plus intime tout le Dasein du peuple et de I'Etat 3. La science, pour eux, n'est pas non plus un simple moyen de rendre conscient ce qui est inconscient ; elle est la puissance qui tient acéré et enserre de partout le Dasein tout entier.

Science: en questionnant, tenir debout au milieu de I'étant en entier constamment en train de s'abriter dans le retrait. Cette persévérance à l'oeuvre y sait du même coup qu'elle est impuissante devant le destin.

Voila ce qu'est initialement la science. Mais le commencement ne se trouve-t-il pas deux mille cinq cents ans derrière nous ? Le progrès humain n'a-t-il pas fait changer aussi la science ? Certes ! L'interprétation ultérieure du monde par la théologie chrétienne, aussi bien qu'après, la pensée mathématiquement technique des Temps modernes, ont éloigné la science de son commencement, pour ce qui est du temps comme du contenu. Mais par là, le commencement lui-même n'est en rien dépasse, et encore moins aboli. Car, à supposer que la science originalement grecque soit quelque chose de grand, alors c'est le commencement de cette grandeur qui demeure en elle ce qu'il y a de plus grand. L'essence de la science ne pourrait même pas être vidée et usée, comme c'est le cas aujourd'hui, malgré tous les résultats et toutes les «organisations internationales », si la grandeur du commencement ne tenait pas encore. Le commencement est encore. II ne se trouve pas derrière nous comme ce qui a été il y a bien longtemps ; tout au contraire, il se tient devant nous. En tant que ce qu'il y a de plus grand, le commencement est passe d'avance au-dessus de tout ce qui allait venir, et ainsi déjà au-dessus de nous-mêmes, pour aller loin au-devant. Le commencement est allé faire irruption dans notre avenir : il s'y tient comme la lointaine injonction à nous adressée d'en rejoindre à nouveau la grandeur.

C'est seulement si nous nous rallions résolument à cette lointaine injonction, afin de regagner la grandeur du commencement, c'est seulement alors que la science va nous devenir la nécessite la plus intime du Dasein. Autrement, elle demeure une occurrence où nous nous trouvons par hasard, ou bien le confort paisible d'une occupation sans péril, celle de contribuer au simple progrès des connaissances.

Mais si nous nous rallions à la lointaine injonction du commencement, la science ne peut que devenir ce qui a lieu au plus profond du Dasein qui est, par I'esprit, celui de notre peuple. Et surtout si notre Dasein le plus propre se trouve même devant un grand changement, si est vrai ce qu'a dit, cherchant passionnément le Dieu, le dernier philosophe allemand, Frédéric Nietzsche, a savoir : «Dieu est mort », s'il nous faut prendre au sérieux cet abandonnement de l'homme d'aujourd'hui au milieu de l'étant, qu'en est-il alors de la science ?

Alors, ce qui était initialement la tenue des Grecs - l'endurance admirative devant I'étant - se change en celle d'être, pleinement à découvert, expose à ce qui est en retrait et incertain, c'est-à-dire a ce qui est problématique, i.e. digne d'être mis en question. Questionner, alors, n'est plus seulement la phase dépassable qui précède la réponse, laquelle ne serait autre que le savoir. Questionner au contraire devient en soi même la figure où culmine le savoir. Le questionnement déploie alors sa force la plus grande, celle d'ouvrir et découvrir l'essentiel de toute chose. Questionner force alors à simplifier à l'extrême le regard portant sur l'incontournable.

Questionner ainsi fait se briser I'isolement et la sclérose des sciences en disciplines séparées, les ramène de leur dispersion sans limite et sans but en champs et secteurs dissociés, et expose de nouveau la science immédiatement à la fécondité et aux bienfaits de toutes les puissances configuratrices-de-monde du Dasein humain et historique - telles que sont là : nature, histoire, langue ; peuple, moeurs, Etat ; poésie, pensée, foi ; maladie, folie, mort; droit, économie, technique.

Si nous voulons I'essence de la science en ce sens, à savoir : questionnant, faire face à découvert au milieu de l'incertitude de l'étant en entier, alors vouloir ainsi va donner à notre peuple son monde, celui du péril le plus intime et le plus extrême, c'est-à-dire son monde spirituel au vrai sens du terme. Car « esprit », ce n'est ni la subtilité vide ni le jeu sans engagement du bon sens ni l'exercice interminable de l'entendement se livrant à ses analyses, et encore moins la raison universelle. L'esprit, c'est au contraire : dans un accord au ton de I'origine, savoir s'être résolu pour l'essence de l'être. Et le monde spirituel d'un peuple n'est pas I'étage surajouté d'une culture, pas plus que I'arsenal des connaissances et des valeurs employables. C'est au contraire la puissance de la mise à I'épreuve la plus profonde des forces qui lient un peuple à sa terre et à son sang, comme puissance du plus intime éveil et du plus extrême ébranlement de son Dasein. Seul un monde spirituel est garant pour le peuple de sa grandeur. Car il force à décider constamment entre vouloir la grandeur et laisser faire le dévalement ; il force à ce que cette constante décision devienne la cadence qu'il s'agit d'imprimer à la marche que notre peuple a entamée vers son histoire future.

Si nous voulons cette essence de la science, alors il faut que le corps des maîtres de I'Université se porte effectivement aux avant-postes du péril qu'est la constante incertitude du monde. Si là il tient ferme, autrement dit : si lui croît de là - dans l'essentielle proximité de l'astreinte de toute chose le questionnement commun et le dire accordé au ton d'une communauté, alors il aura la force de diriger. Car ce qu'il y a de décisif dans le fait de diriger, ce n'est pas d'aller simplement en tête, mais bien la force de pouvoir aller seul, non par entêtement et désir de dominer, mais en vertu d'une destination (la plus profonde) et d'un devoir (le plus ample). Une telle force lie à l'essentiel, fait la sélection des meilleurs et éveille la véritable disposition à suivre 4 chez ceux qui ont repris courage. Mais cette disposition à suivre, nous n'avons pas même à l'éveiller. Le corps des étudiants allemands est en marche. Qui cherche-t-il ? II cherche les dirigeants par lesquels il veut voir sa propre destination élevée à la vérité fondée en savoir et installée au sein de la clarté de parole et d'oeuvre qui l'interprètent et la font devenir agissante.

De cette résolution, en laquelle font corps les étudiants allemands - celle de faire face au destin allemand en son urgence la plus extrême -, vient une volonté qui veut l'essence de I'Université. Cette volonté est une vraie volonté, pour peu que Ie corps étudiant allemand, par le nouveau droit des étudiants 5, se place lui-même sous la loi de son essence et ainsi d'abord circonscrive cette essence. Se donner à soi-même la loi, telle est la liberté la plus haute. La « liberté universitaire » (qu'on a tant chantée) est chassée de I'Université allemande ; car cette liberté-là était de mauvais aloi, étant uniquement négative. Elle signifiait avant tout : insouciance, arbitraire des intentions et inclinations, absence de liens dans les faits et gestes. Le concept de la liberté, pour l'étudiant allemand, est à présent ramène à sa vérité. De celle-ci se déploient désormais lien et service du corps étudiant allemand. Le premier lien est celui qui lie à la communauté du peuple. II oblige, en portant sa part et en prenant part, à participer aux peines, aux aspirations et aux savoir-faire de toutes les catégories sociales et de toutes les parties du peuple. Ce lien est désormais concrétise et ancre dans le Dasein étudiant par le service du travail6.

Le deuxième lien est celui qui lie à l'honneur et au destin de la nation, au milieu des autres peuples. II demande - assurée en savoir et savoir-faire, et tendue par la discipline - la disponibilité à payer de sa personne jusqu'au bout. Ce lien embrasse et traverse à l'avenir le Dasein étudiant tout entier comme service de défense.

Le troisième lien du corps étudiant est celui qui lie à la mission spirituelle du peuple allemand. Ce peuple oeuvre à son destin cependant qu'il installe son histoire au beau milieu de la manifesteté qu'est désormais I'excessive puissance de toutes les puissances configuratrices-de-monde du Dasein humain, et que du même coup il se regagne sans cesse de haute lutte son monde spirituel. C'est en étant expose de la sorte a la plus extrême problematicité de son propre Dasein, que ce peuple a la volonté d'être un peuple spirituel. II réclame de lui-même et pour lui-même, en ceux qui le dirigent et veillent sur lui, la clarte la plus tranchante du savoir Ie plus haut, Ie plus ample et Ie plus riche. Une jeunesse étudiante qui tôt se risque au coeur de I'âge viril, et tend l'arc de son vouloir sur le destin futur de la nation, une telle jeunesse se force, du plus profond d'elle-même, à servir ce savoir. Pour elle, le service du savoir 7, il ne sera plus permis qu'il lui soit la formation anodine et rapide menant à une profession « distinguée ». C'est bien parce que I'homme d'Etat et le maître d'école, le médecin et le juge, le prêtre et l'architecte dirigent le Dasein du peuple et de son Etat, le gardent en ses rapports fondamentaux aux puissances configuratrices-de-monde et ne le laissent pas s'émousser, que le service du savoir à la responsabilité des professions et de l'éducation qui y mène. Le savoir n'est pas au service des professions, mais à l'inverse : les professions appellent à se réaliser le savoir suprême et essentiel que le peuple à de son Dasein tout entier, et elles le mettent en oeuvre. Or ce savoir ne nous est pas la tranquille prise de connaissance d'entités et de valeurs en soi, mais bien la mise en péril la plus aigue du Dasein au milieu de l'excessive puissance de l'étant. C'est donc au premier chef la problématicité de I'être qui extorque au peuple son travail et sa lutte, le forçant à prendre la forme de son Etat, dont font partie les professions.

Les trois liens - par le peuple, au destin de l'Etat, dans la mission spirituelle - sont, pour I'essence allemande, d'égale originalité. Les trois services qui de la prennent naissance - service du travail, service de défense et service du savoir - sont également nécessaires et de rang égal.

Le savoir qui a connaissance du peuple en prenant part a son travail, le savoir qui a connaissance du destin de I'Etat en se tenant prêt pour lui, ces deux savoirs forment, dans }'unité avec le savoir qui à connaissance de la mission spirituelle, I'essence originale et pleine de la science dont la mise en oeuvre est notre tâche - à supposer que nous nous ralliions à la lointaine injonction du commencement de notre Dasein historique par l'esprit.

Telle est la science qui est en vue quand I'essence de l'Université allemande est circonscrite comme Ecole supérieure qui, à partir de la science et par la science, entreprend d'éduquer et discipliner les dirigeants qui veillent sur le destin du peuple allemand.

Ce concept original de la science n'oblige pas seulement à adopter vis-à-vis de ce qu'on traite, une attitude de pure objectivité 8; il oblige avant tout à être essentiel et simple dans le questionnement au milieu du monde spirituel et historique qui est celui du peuple. De fait, c'est même seulement de là qu'une attitude de pure objectivité peut véritablement tirer sa justification - s'y fonder et y trouver son mode et sa limite.

La science, en ce sens, il faut qu'elle devienne la puissance qui donne forme aux corps de I'Université allemande. Une double exigence s'y trouve sous-entendue : corps des maîtres et corps des élèves doivent d'abord, chacun à sa manière, être saisis par le concept de la science, et demeurer sous son emprise. Mais du même coup, ce concept de la science doit intervenir en changeant les grandes formes au sein desquelles les maîtres et les élèves, chaque fois, travaillent en commun scientifiquement : dans les facultés et dans les groupements d'étudiants 9 affiliés selon la matière choisie.

La faculté n'est faculté que si elle va jusqu'à être un pouvoir - enraciné dans I'essence de la science qui est la sienne -, le pouvoir de légiférer dans le domaine de l'esprit, en vue de donner forme aux puissances du Dasein sous I'astreinte desquelles elle ne cesse de se trouver, pour, sous cette forme, les intégrer au monde spirituel du peuple, monde lui-même un.

Le groupement d'étudiants n'est un tel groupement que si d'avance il prend sa place dans le domaine de cette législation spirituelle, et ainsi démantèle le cloisonnement par matières, en surmontant ce qu'a d'étriqué et de mauvais aloi une formation superficielle qui ne vise qu'à déboucher sur une profession.

A l'instant même ou les facultés et les groupements d'étudiants mettent en train les questions essentielles et simples de leur science, maîtres et élèves sont aussi déjà empoignés par les mêmes ultimes nécessités et astreintes qui concernent le Dasein du peuple et de I'Etat.

Toutefois, la mise en forme définitive de l'essence originale de la science demande tant de rigueur, tant de responsabilité et de patiente maîtrise qu'au regard de ce dessein, continuer consciencieusement à appliquer les méthodes de travail reçues, pas plus que pousser à leur réforme, ne peuvent faire le poids.

S'il a fallu aux Grecs trois siecles pour seulement mettre en bonne voie et sur un terrain solide la simple  question : qu'est-ce que la science ? -, comment nous serait-il permis à nous de croire que la clarification et le déploiement de ce qu'est I'Université allemande va pouvoir se faire dans le semestre en cours, ou dans le suivant ?

Mais, à partir de ce qui vient d'être esquissé, nous savons déjà une bonne chose : I'Université allemande ne parviendra à sa forme et à sa puissance que si les trois services - service du travail, service de défense et service du savoir - trouvent ensemble originalement leur unité pour ne faire plus qu'une seule force capable d'imprimer sa marque typique. Cela veut dire :

Vouloir I'essence, du côté des maîtres, voilà qui doit d'abord s'éveiller, puis se fortifier en devenant la simplicité et l'ampleur du savoir connaissant l'essence de la science. Vouloir l'essence, du côté des élèves, voilà qui doit se forcer à atteindre la plus haute clarté et discipline du savoir, et contribuer à intégrer dans l'essence de la science - dans I'exigence qu'elle y soit déterminante - la science qui doit en être partie intégrante, celle qui concerne le peuple et son Etat. Les deux vouloirs, il faut qu'ils se forcent mutuellement à engager la lutte où ils s'affrontent l'un l'autre. Toutes les capacités de la volonté et de la pensée, toutes les forces du coeur, toutes les aptitudes du corps doivent être développées par la lutte, exaltées dans la lutte et gardées sauves comme lutte.

Nous choisissons la lutte du savoir, la lutte de ceux qui questionnent, et nous professons avec Carl von Clausewitz 10 : « Je renonce à I'espoir frivole d'être sauvé par la main du hasard. »

La communauté en lutte des maîtres et des élèves ne fera, pourtant, de I'Université allemande le lieu de la législation spirituelle, elle ne mettra en oeuvre en elle le lieu médian du rassemblement le plus tendu pour le service suprême du peuple en son Etat, que si le corps des maîtres et le corps des élèves disposent leur Dasein avec plus de simplicité, plus de tranchant et en limitant leurs besoins encore plus que tous les autres compatriotes 11. Diriger implique en tout état de cause que ne soit jamais refusé à ceux qui suivent le libre usage de leur force. Or suivre comporte en soi la résistance. Cet antagonisme essentiel entre diriger et suivre, il n'est permis ni de l'atténuer, ni surtout de l'éteindre.

La lutte seule tient ouvert cet antagonisme et implante en tout le corps des maîtres et élèves cette tonalite fondamentale à partir de laquelle se maintenir envers et contre tout soi-même, en s'établissant au sein de ses propres limites, transforme la résolution du retour méditatif sur soi-même en véritable pouvoir de s'administrer soi-même.

Voulons-nous l'essence de I'Université allemande ou ne la voulons-nous pas ? Libre à nous : allons-nous - et jusqu'où - nous mettre de fond en comble, et pas seulement incidemment, en peine de cette méditation de soi et de ce maintien de soi envers et contre tout ? Ou bien, avec les meilleures intentions, ne ferons-nous que changer de vieilles institutions pour les remplacer par de nouvelles ? Personne ne nous empêchera de le faire.

Mais personne non plus ne va nous demander si nous voulons ou non, alors que la force spirituelle de l'Occident fait défaut et que l'Occident craque de toutes ses jointures - alors que l'apparence de culture, en sa décrépitude, implose et attire toutes les forces dans la confusion, pour les laisser s'asphyxier dans la démence 12. Que quelque chose de tel ait lieu, ou n'ait pas lieu, cela dépend uniquement de ceci : nous voulons-nous encore comme peuple d'histoire et d'esprit, nous voulons-nous à nouveau - ou bien ne nous voulons-nous plus ? La décision sur ce point, chacun la partage avec les autres, même la, et surtout là où il esquive la décision.

Mais nous voulons que notre peuple accomplisse sa mission historique.

Nous nous voulons nous-mêmes. Car la jeunesse, la plus jeune force de notre peuple - celle qui, par-dessus nous, déjà tend au loin - la jeunesse a déjà décidé.

La magnificence pourtant et la grandeur de cette rupture et de ce départ, nous ne la comprenons entièrement que si nous portons en nous le profond et ample consentement d'où la vieille sagesse grecque a puisé cette parole :

{ta'… mega'la pa'nta e'pisjalh} [citation en grec]

Tout ce qui est grand s'expose a la tempête 13...

 (Platon, Politeia, 497 d9) ta¢… mega¢la pa¢nta e¢pisjalh
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Ritoyenne 02/04/2008 16:37

Oui cette vidéo est sur notre site depuis un moment.

Anthony 24/03/2008 19:24

connais-tu Ritoyenne http://www.akadem.org/sommaire/themes/philosophie/1/7/module_1659.php

oyseaulx, avec les contributions de la sourys papivore 21/03/2008 19:00

A la deuxième question soulevée par Ritoyenne, on peut répondre que le texte de Heidegger et celui d'Anthony sont verbalement identiques, mais que le second est presque infiniment plus riche.

Ritoyenne 17/03/2008 02:15

2 remarques : 1/ il y a une faute d'orthographe dans le titre : c'est Heidegger, et non Heisegger. 2/ Qu'est-ce que vus cherchez à montrer, au juste, en publiant ce texte nu, et bien connu de tous ? (simple curiosité)3/ bisous !

Paris8philo 18/03/2008 22:11

Cela fait trois points (en fait deux puisque le dernier est de l'ordre affectif). Y répondre serait parler de soi. Si ce texte est bien connu de tous je n'en sais rien et tout cas il est mis en réserve là.