Archives

Publié par !Anthony

Petit retour aujourd'hui sur ce qui semble être l'origine du mythe de l'atlantide (voir plus bas). En effet, Arte diffusait, samedi 25 août 2007, un documentaire appelé La Civilisation engloutie. La chaîne y présente une civilisation antérieure à la Grèce antique, la première grande civilisation européenne, fondée par la dynastie des Minos en Crète, et qui a brutalement disparu dans des circonstances mystérieuses. D’autres légendes parlent de mondes engloutis...

La civilisation minoenne
La civilisation minoenne se développe en Crète de 2700 à 1200 av. J.-C, mais des données qui existent semblent indiquer que les Minoens sont arrivés à la grande île de Crète il y a plus de 5000 ans. .Il est impossible d'aborder l'histoire de la Grèce antique sans mentionner les Minoens. Les Minoens n'étaient pas Grecs, et ils ne semblent pas avoir été étroitement apparentés à ces derniers. Ce qui semble clair, cependant, c'est qu'ils ont contribué au développement de la civilisation de la Grèce antique, qu'Homère et d'autres poètes grecs ont immortalisée. Les archéologues ont retrouvé des peintures, palais comportant déjà une plomberie sophistiquée et des œuvres d'art variées

Vers 1450 av. J.-C., la civilisation minoenne semble avoir été pacifique et prospère, disparaît abruptement et probablement violemment. On a trouvé des indices d'un incendie ravageur, et on suppose depuis longtemps qu'il y a eu à Théra une explosion volcanique qui déclencha un tsunami si dévastateur que la première grande civilisation du monde égéen n'a pu y résister (Elle vivait essentiellement sur la côté). Cette explosion fut bien plus puissante que celle du Krokatoa et l'on sait aussi que l’île de Santorin actuelle ne représente plus que le tiers de la Théra des temps minoens . Les archéologues ont trouvé en Crète de nombreux indices qui montrent que, après la ruine des palais, l'île a été occupée, au moins en partie, par des Mycéniens. Ce sont eux, peut-être qui se sont installés à Cnossos, après le Tsunami, ont mis fin à la civilisation brillante et originale des Minoens. Quoiqu'il en soit c'est par des habitants du péloponèse que l'on a des récits de la popultation minoenne restante celle-ci en effet, pratiquait le cannibalisme, ce qui choqua les nouveaux envahisseurs, venus du Péloponèse. On peut se ditre que ce cannabalisme était le résultat de la morbidité qui traversait tout le peuple minoéen, puuisque celui-ci vivant d'après les estimations à 80 % sur la côte  Le mythe du Minotaure était tout ce que l’on savait de ce monde englouti jusqu’aux années 1950. Aujourd’hui, les chercheurs ont combiné l’examen approfondi des strates terrestres (on a trouvé des traces d’organismes marins dans ces strates) et la simulation numérique pour parvenir à la conclusion que la civilisation minoenne a été engloutie sous une vague géante, un tsunami comme celui de 2004, mais à répétitions rapprochées : une série de vagues géantes emportant tout sur une largeur de 50 kilomètres ! Ce qui aurait provoqué ce phénomène monstrueux, ce serait l’éruption du volcan de Santorini. Knossos, capitale de la Crète lors de la civilisation minoenne, fut épargnée par la catastrophe mais disparut ensuite sous l’effet des invasions grecques, ou de révoltes internes car il se peut que le peuple n’ait pas apprécié que ses dieux et prêtres ne l’aient pas protégé de la mer, une mer qu’il vénérait, dont il ne se méfiait pas et qui s’est retournée contre lui.

L'Atlantide

L’Atlantide vient du grec ancien qui veut dire « île d’Atlas ». Ce mythe a donné lieu à de multiples hypothèses et controverses. A lire, par exemple sur Agoravox, l’article Gergovie est-elle l’Atlantide ? par Emile Mourey ou cet article, Atlantis, plus ancien qui situe Atlantis en Egypte.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

comprendre 10/09/2007 21:28

J'ai également vu ce reportage, il était très convaincant ! J'en parlerai probablement sur mon blog. A bientôt ! comprendre

oyseaulx, avec les contributions de la sourys papivore 08/09/2007 16:46

Il est vrai que les civilisations de l'âge du bronze ont connu plusieurs phases en Crète, dont chacune utilisait une écriture différente (On en connaît quatre : « hiéroglyphique A » et « B » et « linéaire A » et « B », seule cette dernière ayant été déchiffrée à ce jour). En revanche, il a été établi avec certitude, en 1952, par le l'infortuné Michael Evans, que la langue notée par le linéaire B est bien du grec archaïque ; il s'agit d'un syllabaire de quatre-vingt-deux (je crois) signes (chaque signe représentant une syllabe) dont les mots sont des mots grecs qu'on parvient à identifier parfaitement et qu'on peut transcrire sans grande difficulté en grec « ordinaire », disons minuscule, à ceci près que certains sons ne sont pas notés, comme souvent dans les écritures du Proche-Orient du deuxième millénaire. Or, cette écriture a été trouvée sur des restes de poterie « cuits » dans l'incendie du palais de Cnossos (d'où leur parfait état de conservation) et doit donc être antérieure à l'éventuelle invasion mycénienne, dorienne ou autres Peuples de la mer (Il y a d'ailleurs un décalage dans le temps entre l'incendie de Cnossos (1400) et l'invasion « dorienne » (1200). Voir l'ouvrage écrit par Evans avec Chadwick, qui reproduit les documents. Au passage, l'hypothèse de l'éruption du volcan de Théra-Santorin comme origine du mythe de l'Atlantide avait déjà été formulée en 1961 par une expédition soviétique (Ils savaient ce qu'ils faisaient) ; toutefois, elle se heurte au fait que le mythe situe généralement l'Atlantide « au-delà des colonnes d'Hercule », c'est-à-dire de Gibraltar.