Archives

Publié par Anthony

La volonté, principe unique sur lequel repose toute l'oeuvre qu'est Le monde comme volonté et comme représentation d'Arthur Schopenhauer, grand lecteur de Palton, Spinoza et Kant. Pour se fair partons du titre même de l'ouvrage : en effet Arthur Schopenhauer estime que sa découverte essentielle est la sépâration entre volonté et représentation, c'est-à-dire entre "la force vitale et cosmique, universelle, inconsciente, non soumise au pricipe de raison, et la connaissance, la conscience, qui saisit les choses à travers le miroir souvent déformant des catégories de la pensée que sont l'espace, le temps et la causalité."
Ceci dit la lecture peut débuter puisqu'il s'agit en fait de thèmes très conteporain que 'lon retrouve chez Nietzsche (dichotomie entre la morale et le dionysiaque); Heidegger (dichotomie entre Etre et Temps), chez Delezue et Guattari entre reterritorialisation et lignes de fuite créatices qui conduisent à se déterritorialiser.

A noter que Nietzsche, fait une critique cinglante de la Volonté comme principe unique empreinte de trop de pessimisme, dans plusieurs de ses aphorismes, mais la volonté entendue par Schopenhauer est avant tout inconsciente contrairement à la conception mise en avant par Kant (conscience morale).
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

oyseaulx 09/08/2007 18:11

Je m'aperçois que je n'avais pas lu l'article en entier. Une direction de recherches importante me paraît de déterminer ce que la doctrine freudienne de la pulsion de mort doit à Schopenhauer, à confronter, d'une manière précise, notamment la quatrième partie du Premier Livre à la partie spéculative d'Au-delà du principe de plaisir. On sait que Freud a lui-même souligné la parenté d'inspiration (dans les Nouvelles Conférences, donc à une date très tardive, il faut le préciser). Pourtant, je n'ai pas eu l'impression qu'il ait jamais lu Schopenhauer, de même que je demeure persuadé qu'il ne connaîtra jamais de Nietzsche que la seule Naissance de la Tragédie, et, encore, par l'intermédiaire de Mlle Bonaparte ou de Mlle von Salomé... Mais peut-être a-t-il été influencé plus qu'on ne le soupçonne par le schopenhauerisme diffus qui règne dans les trente dernières années du dix-neuvième siècle, sur un mode qu'exprime mieux la Philosophie de l'Inconscient d'Eduard von Hartmann que l'authentique doctrine schopenhauerienne.

Anthony 18/08/2007 07:08

Merci de toutes ces précisions Oyseaulx, qui nous éclaire tous :). Une discussion en aparté me fera plaisir.

oyseaulx 09/08/2007 17:53

Il y a une ambiguïté fondamentale dans la lecture que cet ouvrage fait de la Critique de la Raison pure : Schopenhauer, qui a fortement tendance à réduire les douze catégories grâce auxquelles l'entendement kantien opère la synthèse intellectuelle du donné sensible à la seule catégorie de causalité (alors que, chez Kant, celle de l'attribution semble pourtant au moins aussi fondamentale : la première analogie de l'expérience n'est sans doute pas moins fondamentale que la deuxième), voit, dans ces catégories, une expression du principe de raison suffisante (Satz vomGrunde, auquel il avait consacré, précédemment, un ouvrage en 1812). Le statut des catégories s'en trouve profondément modifié, car, au lieu de servir de principes formels à une synthèse simplement idéelle, elles servent, ici, de principes à une individuation, réelle, de la « Volonté inconsciente ». En d'autres termes, Schopenhauer lit Kant à travers le prisme d'une philosophie de l'individuation, comme celle de Leibniz (un peu comme Deleuze a tendance à lire Spinoza à travers Leibniz), ce qui peut constituer un point de rupture avec l'idéalisme transcendantal. On n'a évidemment pas manqué (Philonenko) de se demander si l'on pouvait lire, ainsi, la Critique de la Raison pure. Mais on doit souligner qu'une des plus grandes synthèses philosophiques du vingtième siècle, celle de Giorgio Colli, emprunte délibérément le sillage de cette lecture schopenhauerienne.