Archives

Publié par Anthony

Ca serait bien de passer à un autre cas chers Ritoyenne et JP. Trépigne le Tonio. La vie est bien plus riche que les atermoiements d'Heidegger. Il serait bon que vous lisiez sa correspondance et le livre 16 de ses oeuvres complètes, que vous vous renseigniez sur son année sabatique de 1932-1933 et es rapprochement. Son amitié avec le médecin eugéniste étit douteuse, mais bon lui-même ne se qualifiait pas comme un saint ou un philosophe (rien de grave là-dednas, dans la vidéo que vous avez mise Foucault lui-même avait du mal à ce qualifier de philosophe). Mais on vit le même opportulisme philosophiqe en France avec Badiou le restreint et le transitoire. Toujours se méfier des ges qui se mettent à penser à la fin de leur vie c'est le cas . C'est toujours la preuve d'une lâcheté par rapport à ce qui a de l'importance. Foucault a eu son contact avec les fous. Deleuze aussi quand il vivait sous les ailes protectrices de Michel Tournier. Ne parlons pas de Nietzsche dont tous les réprésentants masculins de sa famille ont disparus quand il était jeune. En résumé Heidegger ne disait que préparer la pensée à venir, c'est bien trop précautioneux, lui qui comme tous les universitaires (Badiou, l'école de Strasbourg, Deleuze quand il préparait sda thèse) se livrait aux abstraction de l'Etre pour mieux asseoir un prétendu : "Waouh, c'est tellment abstrait que ca ne peut qu'être philosophique", devait dire Arendt (comme le faisait remarquer Jp dans un post précédent) et tous les étudiants d'être pris en otage par ces théories de l'Etre (encore qu'il faut bien préciser que cette grandissime abstratcion ne sert que d'écran puisque toute activité philosophique consiste à s'écarter précisément, ce pourquoi Heidegger parle du Temps, Badiou du sujet qui est rare (il n'y a en dernier lieu que lui, sujet dans les discipline créatice et gardien de la Vérité en juge absolu). Le jour où il ser dit qu'il n'y a que du mépris et de la bêtise dans tout ça, on aura avancé. Il serait bon que paris4philo ne se laisse pas prendre en otage par l'abstraction, un façon de détourner l'attetion vis-ç-vis du communautarisme de Heidegger. Au passage, renseigner sur le rapport de Sartre et de Heidegger qui se sont rencontrer et éloigner, Sartre ayant repris ce concept de communauté sans savoir ce qu'il y avait derrière, ce sont les lâches qui vivent en communauté. La vie intense est toujours ce qui nous fait quitter la communauté (le philosophe qui aimait parler d'architecture de système parlent toujours de fondation d'instittution sans savoir qu'il existe des sysème auto-tendu (un peu comme les sattelites ou la station Mir). Heidegger était enraciné dans sa sa Souberie. Peut-êtrequ'un jour paris4philo montera en orbite :). En attendant ca manque d'éducation critique de citation rigoureuse de la part  JP qui reste dans le on dit, dans le discours rapporté, le délayage humaniste d'un penseur qui ne l'était pas (Heidegger), sa lettre sur l'humanisme est l'arbre qui cache la forêt, sinon pourquoi parler d'étants.

Et vive la fascination qu'entretenait Heidegger, celle que Fédier prétend rejeter mais qu'il n'a jamais dépasser (lire le débat avec Faye au tout début, entre 45 et 68 moment de la rencontre Fedier-Heidegger celui a eu le temps de s'inventer une autre peau). Même si les traductions manquent de rigueur (par exemple le mot Race traduit de le l'allemand les mots Rasse (_122),
Gelschlecht (_112), Art (_38), dans son livre) reste toutefois frappant sur le conservatisme très partiote de Heidegger, ses relations avec les jeunesses étudiantes d'extrême-droite, avec le département de médecine de l'université de Friburg qui prônait l'eugénisme, où le camp de travail forcé de Tautb


Ritoyenne. Je pr"cise que ce post aura l'effet inverse te persuadant mais il suffit de voir ce que Heidegger offrait comme livre à ses amis pour voir je ne sais quels doute sur son humanisme qui était un conservatisme communautaire avant tout par exemple celui offert à Jantzen
(au debut de la vidéo). Il y a une nette différence entre la pensée, souvent froide, et la culture que l'on a de tout temps appeler philosophie (Cette différence nombre de philosophe la font). Et là se joue quelllque chose d'imortant dans lequel Fédier est tombé, et toi aussi en le rencontrant : c'est comme le disait  Bergson, les philosophes qui savent que leur philosophie n'est pas viable cherchent de tout temspà l'inscrire dans les têtes de leur vivant, comme Heidegger ou Badiou, en multiplient les conférence à l'étranger, en cherchant de disciples. C'est tout le contraire de la lignée Spinoza-Schopenhauer-Nietzsche par exemple. Heidegger n'a jamais produit de philosophie nationale-socialiste mais ses opinions étaient nationalistes et sa orientations politiques nazies. Bref, A trop pousser comme je le fais, je sais que tu iras d'autant plus loin dans Heidegger, pour prolonger ce que tu as lu chez Heidegger mais qui au fond n'est présent qu'en toi. Esprit de conviction, esprit de contradiction. Mais cette façon d'orienter sa vie philosophique à partir de la lecture d'un penseur comme Heidegger, qui s'attaque après la guerre "aux philososophies nationalistes-socialites" et revenir ce sur qu'il a dit en bon père la morale (en personne qui ajuste son discours ne fonction de l'air du temps), c' est un peu restreint et opportuniste. C'est n'est pas parce qu'on est abscons volontairement, (pour faire travailler le cerveau du lecteur, par exemple, pour lui faire produire un effort), que l'on atteint à la Vérité, car il ni"y a pas de chemin d'accès. ca c'est une manière dogmatique d'envisager la philosophie, de dire qu'il y aurait un lieu de la Vérité, un chemin daccès et donc un détenteurou un gardien qui escorte la Vérité. En 1969, Heidegger dans un autre enretien le dit bien (vidéo 1/6 de youtube), c'est un travail précis sur le langage (existant) qu'il faut faire et à cette époque il insiste sur ceci "c'est de penser qui importe". On est passé d'une philosophie de la Vérité à un philosophie de l'importance, on est revenu à l'époque tragique, au moment où la pensée se crée et non la période où la philosophie cherche à revenir à son origine. Simplment parce que Heidegger était un lecteur de Nietzsche, il y a des points  qui insupportent Emmanuel Faye, défenseur de Sartre (tout ce  qui revient à la dureté éducative de Nietzsche) et qu'il associe bien volontiers au nazisme. Skildy a la même optique. Voilà pour avoir les propos les plus nuancés qui soient..; Plus radicalement, tomber dans l'absconsité, dans l'abstraction et finalement en appeler à l'absurdité du lecteur qui au fonf, c'est surtout se donnner des prétexte à l'inaction, à la passivité et chez Heidegger au Statisme du Heimat (de la patrie). La pensée est toujours dynamique, elle a avoir avec le tempo et le style par lesquels elle s'énonce. C'est qu'elle réclame un effort avant tout physique et non d'être assis à lier et écrire à une table de manière rabougri, de là vient souvent la prétendu mélancolie des philosophes (en fait les dogmatique et le précautionneux). Aborder les choses différemment et dans ton cas ritoyenne hors de l'institution et donc de tes contact avec Fédier (ou éventuellement Faye) serait le mieux du monde. Heidegger n'avait pour faiire que sa pensée se propage qu'à jouer les séducteur avec Faye. Il se réclamait humaniste mais ce n'était que de façade. Vu ce qu'il  dit dans un journal espagnol sur le fait qu'à Auschwitz on avait finalement gazer que des poux me paraît révélateur (voir le débat). Un nazi a tout intérêt à jouer un double jeu, Heidegger n'était loin de l'être)

La philosophie ne mourra pas que l'on casse des briques sur le dos d'Heidegger :). Car plus important que le masque cultutrel quel constitute pour celui qui s'en revendique, est la pensée :).

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

oyseaulx 08/08/2007 18:45

Tout ce qu'écrit Hugo Ott doit être pris avec des pincettes, car cet auteur représente le point de vue des milieux catholiques les plus réactionnaires (qui peuvent, de fait, s'opposer à des milieux luthériens plus éclairés), à ce titre opposés à la séparation de l'Eglise et de l'Etat, dont Heidegger était partisan : tel est le sens de la sécularisation de la seconde chaire de philosophie de l'Université de Fribourg, en 1942, sur laquelle Ott revient longuement. On ne saurait trop s'étonner du paradoxe selon lequel les premiers à nous flanquer leurs manies laïques à la figure lorsqu'il s'agit de nous habiller à notre guise ou d'élever nos enfants comme nous l'entendons sont aussi les premiers à s'offusquer lorsque Heidegger entend soustraire au contrôle du Vatican une chaire de philosophie implantée dans une Université publique.D'une façon plus générale, peu nous importe le supposé nazisme de Heidegger. Ceux qui réclament sa suppression des programmes d'étude à ce titre pourraient réclamer aussi bien celles des auteurs antiques, en raison de leurs présupposés esclavagistes, ou celle des auteurs des Lumières pour leur adhésion au colonialisme. Après tout, Robinson Crusoé est le texte le plus raciste qui soit. Loin de s'inscrire à l'encontre des présupposés des Lumières, le nazisme en constitue l'explicitation et l'accomplissement. L'histoire de l'Occident n'est qu'un génocide planétaire.

Anthony 09/08/2007 10:35

Grande Epochè, grande indifférence pour savoir s'il faut supprimer Heidegger des programmes d'étude, sans doute parce que la question est sans importance.

Anthony 06/08/2007 19:29

This book, THE HEIDEGGER CASE, also contains an article by Hugo Ott, "Biographical Bases for Heidegger's `Mentality of Disunity,' " which starts with a description by Heidegger of an inquisition, "in December 1945, when I was brought before the faculty in the inquisition's cross-examination to answer the twenty-three questions and I broke down completely, Dean Beringer of the Medical School (who had seen through the whole charade and the intentions of the accusers) came to me and simply took me away . . ." (p. 93). Ott explains that "Martin Heidegger was in need of very intensive medical care" (p. 95), which I tend to see as politically motivated, but "the medical care came from Professor Beringer himself, who was then the director of the University Psychiatric Clinic: Heidegger was placed in the sanatorium Schloss Hausbaden . . . from February to the end of May 1946. After that time, the psychotherapeutic treatment continued with Gebsattel." (p. 95). Even Archbishop Conrad Groeber was interested in his care, and sent a report to a priest in Rome. Ott is interested in the religious connection, even including a few lines in latin of famous Bible verses. "We should bear in mind the Twenty-third Psalm in discussing Heidegger." (p. 96). But Heidegger found more salvation in Luther than in the system which he considered "the essence of Catholic faith." (p. 106). Having seen the choice that Luther made, "After this, Heidegger came to be considered the Protestant who had come from Catholicism, . . . as Rudolf Bultmann wrote at the end of 1923 after participating in the St. Paul seminar that Heidegger offered following his call to Marburg." (p. 106). (The Heidegger Case, On Philosophy and politics, éd. Hardcover, ouvrage collectif américain). source : http://www.amazon.ca/Heidegger-Case-Philosophy-Politics/dp/0877229074Cela me paraît assez important pour dire qu'il s'en est suivi au fil de années un revirement dans sa pensée, dans sa relation à la métaphysique. Un manière d'amender le parcours de Heidegger.

Anthony 06/08/2007 18:44

Il faudrait davantage s'intéresser au passage de Heidegger par un sanatorium suite à sa tentative ou enive de suicide, c'est-à-dire chercher le moment où Heidegger reviendra sur ses pas métaphysique, abandonnant ce chemin, mais fibalement se livrant à Deiu (il n'y a qu'un dieu pour nous sauver). C'est là dans cet évènement personnel qu'à lieu sans doute (un peu avant, un peu après un revirment dans sa pensée).De cet évènement dans la vie de Heidegger, on en parle dans cette serie de 6 vidéoshttp://fr.youtube.com/watch?v=kD4Dw_9p9sI&mode=related&search=

Dominique Giraudet 06/08/2007 18:00

C'est vrai Anthony ,  j'ai lu le livre de Steiner , par contre je n'ai pas encore lu assez Heidegger pour pouvoir argumenter valablement à ce niveau . C'est vrai que Steiner malgré sa fascination pour Heidegger , reconnait sa douteuse participation intellectuelle à la "non-pensée" nazie . Je viens aussi de m'apercevoir que le philosophe Jean Guitton avait lui aussi écrit quelquechose sur Martin Heidegger ... J'ai encore beaucoup de chemin à parcourir pour commencer à y voir clair dans toute cette affaire ....Bien amicalement,Dominique

Anthony 06/08/2007 17:25

Il faudrait développer Dominique

Dominique Giraudet 06/08/2007 15:47

Merci Anthony pour ce beau texte critique . Mais enfin ,tout de mème, la caution de Georges Steiner n' a-t-elle pas une certaine valeur à vos yeux ?Bien à vous,Dominique

oyseaulx 02/08/2007 18:44

Quoi qu'il en soit du « cas Antho », ce dernier, en reformulant, à mainte reprise, l'idée deleuzienne et guattaréenne des « agencements collectifs d'énonciation »,1° m'apporte quelque chose sur le plan intellectuel ;2° apporte des matériaux susceptibles d'être utilisés à des fins subversives.En effet, de tels « agencements » soulèvent la question, absolument fondamentale et décisive, qui est de savoir s'il peut exister des individuations qui ne se transforment pas en subjectivations, donc de savoir si l'on peut s'individuer autrement que comme un sujet, une question que la psychologie et la sociologie ne parviennnent tout simplement pas à formuler (peut-être à l'exception, notable, du livre de Jaspers, qui date, je crois, de 1922..., ou, à l'extrême rigueur, de quelques bribes de Daseinsanalyse à la Binswänger). Pour ne rien dire, évidemment, de la psychanalyse.

Ritoyenne 02/08/2007 17:19

A quand un dossier "le cas Antho" ? :)

oyseaulx 01/08/2007 17:41

1° Au fond, je n'en ai rien à faire que Heidegger ou un autre ait été nazi plutôt qu'autre chose sur le plan politique ; l'important, c'est :a) cet auteur, ou tel autre, m'apporte-t-il quelque chose sur le plan intellectuel (à distinguer du plan politique, qui ne concerne que des positions, nécessairement liées à l'actualité d'un moment historique) ?b) apporte-t-il des matériaux susceptibles d'être utilisés à des fins subversives : faire tous les dégâts que je peux, tel est l'impératif catégorique que nous imposent aujourd'hui les conditions du monde qu'on nous prépare ?2° L'historien de l'art Hans Jantzen n'est vraiment pas n'importe qui : outre des écrits spécialisés, on lui doit le meilleur livre que je connaisse sur l'architecture gothique, et je pèse mes mots, car cela fait quarante ans que j'en lis et je n'ai jamais trouvé un livre aussi intelligent sur le sujet, même pas celui de Panofsky, auteur que je respecte profondément, mais dont l'ouvrage sur la question fait un peu figure d'œuvre de circonstance à côté de celui de Jantzen ; je ne sache pas qu'il ait été traduit en français.