Archives

Publié par Paris8philo

Lou Andreas-Salomé est intimement liée à trois figures majeures de la pensée moderne : Friedrich Nietzsche, l'amoureux éconduit, Rainer Maria Rilke, l'amant malmené, et Sigmund Freud, le maître discuté.

 

Cette fille d'officier de l'Empire russe était une forte tête, dotée d'une "intelligence redoutable", aux dires de Freud, et d'une beauté envoûtante. En outre, chose remarquable à l'époque, elle manifestait une indépendance d'esprit et de moeurs encore rares pour une femme. Lou a vécu en parfaite autonomie financière, a réduit son mari, Andreas, à une existence administrative et a choisi libremement ses amants et ses maîtres intellectuels. L'un d'entre eux, le psychanalyste suédois Zemek, résume fort bien son génie : "Elle avait le don d'entrer complètement dans l'esprit de l'homme qu'elle aimait. Son immense pouvoir de concentration attisait, si l'on peut dire, le feu intellectuel de son partenaire." Et de conclure que cette capacité à entrer en résonance avec l'autre répondait à un besoin vital chez la jeune femme : "triompher des hommes."

 

Elle eut de longs monologues qui formèrent l'une des principales richesses de sa vie intérieure et solitaire, brouillant les cartes du réel et elle ne parvient plus à distinguer le vécu du rêve "Elle ment vrai". Il en sera ainsi toute son existence.

 

Elle ne trouvera le chemin qui ouvre le monde de la sexualité, que très tardivement. Cette ambiguïté jettera le doute dans l'esprit des êtres de son entourage. Elle a refusé pendant trente cinq ans tout contact sexuel. Il est avancé l'hypothèse de relations incestueuses avec l'un de ses frères lorsqu'elle était enfant. ?

 

Elle disait : "Etre une femme et accepter le destin à dominante érotique de la femme, c'est en même temps se priver de tout ce dont un être humain est capable par ailleurs".

 

Mais alors pourquoi, peu de temps avant de rencontrer Rilke, Lou est-elle devenue une femme sensuelle, avide de "festins d'amour" et théoricienne de la sexualité féminine ?
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

elo 25/03/2010 20:28


Ce qui vous derange en fait cher monsieur c'est que une femme est osée dire tout haut ce qu'elle pendait et qu'elle ne se laissait pas faire!elle à toujours eu le dessus sur la gente masculine ce
qui lui a vallu beaucoup de critique, mais quel caractère et quelle volonté!j admire beaucoup Lou andreas salomé car elle reste une des rares femmes à avoir marquée Freud et à avoir vecue sa vie
comme elle le desirait!!!!


oyseaulx 02/07/2007 03:46

N'empêche que, sans les mecs, personne ne lirait plus cette nana.

Anthony 01/07/2007 13:30

Que de gouaille en ce dimanche matin, cher Oyseaulx. Mais ce sont les femmes qui font tourner le monde :) qui introduisent le rythme (notamment en cette période de soldes). Il y avaient quelques Lou allumeuses du côté de la Sorbonne et je les en remercie. Intelligence froide et inproductive si l'on veut mais c'est n'est pas cela qui fait tout leur charme. Je suis même sûr qu'il en renapit périodiquement :).

oyseaulx 01/07/2007 12:42

Ça s'appelle une allumeuse. J'ai lu à peu près tous ses écrits, c'est de la merde. Réputation complètement usurpée et établie par des gens qui ne savent pas lire. Quant à avoir réduit son mari à « une existence administrative », c'est de la foutaise : ce Monsieur, qui était un orientaliste de renommée mondiale, est l'auteur d'études sur les textes sanscrits et surtout avestiques dont on se sert encore un siècle après et qui apportent plus à la science que les élucubrations de son épouse, qui mérite une place aux poubelles de l'histoire, notamment nietzschéenne. Personnage falot et sans intérêt, cette bonne femme aura été, tout simplement, une fouteuse de merde de première. Que le petit Rilke ait eu besoin d'être materné n'enlève rien à la qualité de son écriture, quand même un peu supérieure à celle de son amie.