Archives

Publié par Anthony Le Cazals

Il y a toujours eu un « anarchisme chrétien », écrit Jacques Ellul dans Anarchie et christianisme, qui en quelque sorte le synthétise. Il cite ainsi les Anabaptistes, qui [récuseraient] la puissance des autorités, le pasteur et théologien Blumhardt, qui formulerait un christianisme strictement anarchiste, Kierkegaard, le père de l’existentialisme, Murray Bookchin, qui reconnaît l’origine chrétienne de sa pensée; Henri Barbusse a également écrit un livre présentant un Jésus socialiste et anarchiste. Jacques Ellul nous envoie alors vers les études de Vernard Eller (Christian Anarchy). Comment peut-on concilier le précpte des socialistes révolutionnaires (Blanqui) « Ni Dieu ni maître » et « Je crois en Dieu le père tout puissant », ces deux convictions me tiennent à cœur ? Plus tard, il ajoute : Finalement, affirmer ou nier l’existence de Dieu est sans intérêt, ce qui compte c’est d’avoir le goût et la joie que donne la vie.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article