Archives

Publié par La Philosophie

Le socialisme vu par Guy Hermet : "Quelle est l'idéologie du socialisme ? C'est une cinquantaine d'l'idéologies, qui ne sont pas toutes nécessaires, et peut-être qu'aucune ne s'y retrouve. ... Les socialistes prétendent avoir une idéologie souvent peu trouvable"

Peut-être n'est-on jamais sortis d'une politique d'intérêt pour basculer dans une  politique de la concorde. La première se base sur une joute subjective qui désigne où sera placé la mansuétude du peuple vis-à-vis de cellui qui le débarrassera, de cellui qui le délestera de la charge politique. C'est la distinction qu'opère Pinkim entre démocratie incarnée (qui peut aller jusqu'au plébiscite) et démocratie de la représentation (c'est-à-dire que l'o, délègue à des élus le pouvoir de décision.
Assiste-t-on à un fin du seigneur, à une fin du souverain ? Déjà la question de l'autonomie a été mal comprise, il ne s'agit nullement d'une autonomie libérale basée sur des droits individuels, mais bien le choix d'un collectif (syndical, communal, d'un discipline réglementée) de se donner des lois qui acquièrent une dimension objectives et par là réduisent la distance entre ce qui est légitime et ce qui est légal.
C'est la longue distinction entre le bavard et le flegmatique, entre le hâbleur et le théseux, entre l'extraverti (plus ou moins dans la supplication qu'on appelle revendication aujourd'hui) et l'introverti, vieux comme l'ingénieur politique de Platon.
Il y a dans les populismes qui, eux, n'ont pas d'idéologie même un appel au "peuple" et non plus aux couches populaires, car le peuple du populisme est indifférent aux classes sociales et aux dites races (en biologie on parle de variétés, passons). C'est pourquoi le peuple des populistes oscille entre le culturel, la dimension ethnique de l'ethnos et la dimension politique du démos (lequel à la base est une dimension ethnique et autochtone de la tribu : les 10 dèmes athéniens ou les 17 quartiers du Palio de Sienne. Lente évolution du sens d'un terme qui par transposition dans une autre dimension et échelle évolue, de même que la politique se produit à l'origine à l'échelle de la ville, de la cité athénienne et donnera le citoyen (et sa revendication à compter comme une voix = citoyennisme). Le peuple acquiert donc possiblement une dimension nationale, par exemple le "peuple de France", c'est ce qu'on retrouve chez Charles Robin ou Tatiana Jarzabek dite Ventôse.
On en arrive à : comment le citoyen se situe dans peuple par rapport à l'Etat et à ses gouvernants ? Les populismes marquent par leurs styles et leur méthode la défiance du peuple envers les élites à qui il avait délégué son pouvoir (si tant est qu'il en est eu un, un jour).

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article