Pages

Archives

Publié par Anthony Le Cazals

Les deux vidéos qui suivent et qui parlent notamment de permissivité morale, c'est-à-dire de laxisme dans la discipline qu'on se donne, ouvrent sur une éthique du dividu comme discipline de concentration. Ce dividu n'est pas un individu élevé en sujet. Par sujet nous reprenons le terme de Hegel sur lequel son élève Heine a écrit tant de belles choses. Chez Hegel, le sujet est le processus concret d'apparition de la vérité dans le monde et pour nous, contrairement à une vérité éternelle et séparée, indépendante de nous, c'est une vérité de contradiction, de réaction à l'inverse de la puissance du faux de l'artiste chez Nietzsche ou la fabulation chez Bergson. Cette discipline de concentration du dividu mène à l'entrain, au flow, au corps-sans-organe, courage d'entreprendre de grandes choses (la virtù).

En résumé la morale (de la vertu) est l'ennemie de la discipline (de la virtù). Il faut faire sans se soucier, dès lors qu'on s'est donné un but, non pas une barre à sauter mais une perspective répétitive basée sur un atome de prise de plaisir ou de satisfaction. C'est la prise de recul sur notre parcours qui nous stimule.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article