Archives

Publié par Anthony Le Cazals

Par Français entendez Francophones, ce texte s'adressant à un québécois comme adresse initiale (Bruno Lalonde)

 

[...] Ce que vous évoquez est à rapprocher du phénomène de la gauche identitaire et ses effets "totalitaires" ou effets de contrôle - issu du Foucaldisme (cf. Baudrillard qui anticipait cela dans son livre manifeste Oublier Foucault et que reprend sans filiation Bouveresse dans son Nietzsche contre Foucault - étrangement ou non mis en avant par la librairie d'inspiration marxiste ; la librairie tropique https://www.youtube.com/watch?v=eZmYlGBfByw). L'institution universitaire en science humaine 
Vous êtes une église en ce vos assurez le droit d'asile des livres comme les églises au Moyen-âge
Tant que vous vous direz de gauche en vous basant sur un clivage bourgeois gauche/droite et non pas marxiste (le parlementarisme est basé sur la parole en commission, en tribunaux d'arbitrage imposée ensuite en assemblée par ses idées préconçues, ses préjugées, ses idées reçues) vous serez en posture conservatrice que vous nommez réactionnaire. Le révolutionnaire s'opposera ou plus exactement se déjouera de cela. Cette révolution n'est ni citoyenne ni socialiste ni appuyée sur une innovation disruptive (stratégie du choc pour l'imposer).
Vous êtes une église en ce que vous perpétuez l'esprit comme outil de domination, occidental.e, "dans mon esprit je vis encore  tant qu'on s'en prend à moi physique tant qu'on ne s'attaque pas à mon intégrité physique (corporelle en somme), "la réaction ... c'est de veiller à offrir à mes amis qui fréquentent ma librairie les victuailles qui alimentent leur esprit".
On retrouve ces expressions dans le parlementarisme libéral de vos propos qui n'est rien d'autre que votre église (acte de foi, pétition de principe qui donne corps à un abri, un asile physique pour les livres et les "opinions" qu'ils véhiculent : 20:42 " et on aurait souhaité que les gens qui nous auraient intimidés et bien soient traduits devant les tribunaux" " Eh bien Tout simplement alors moi je vis dans mon esprit je vis encore dans une société de droit et que tant qu'on attente pas à mon intégrité physique alors je ne me prive pas de dire ce que je veux eh bien je ne m'en prive pas ... c'est comme cela que fonctionne mon esprit" (position libérale ou universaliste d'expression des opinions). Le danger n'est pas la censure mais le brouillage, réalisé par le brouhaha de l'impuissance élevé en opinion et non en un enjeu (toujours clivant : le réel s'indique d'un conflit et non du délire imaginaire dune opinion plus ou moins libérale). Le rapport structurant est celui de la tolérance oppressive, ce que je nommais plus haut abusivement le "totalitaire", mais c'est l'enjeu primordiale de l'inscription des valeurs qui est stigmatisée aujourd'hui sous l'expression valise de "gauchisme culturel". Ce qu'on appelle aussi un ornithorynque. Comprendre l'insignifiance et sa montée (Castoriadis), c'est comprendre que quelque chose de plus basse intensité c'est-à-dire de moins repérable se joue sous l'expression libérée des opinions (la signifiance), que sous cet indiscernable que l'on a longtemps nommé peuple se situe la puissance des couches et classes populaires qui dérangent par leur intégrité morale (Michéa par exemple), leur refus de tout consommation/épuisement de la terre contrebalancé par la récupération et le maché de seconde main, éloigné du financement de toujours plus de production (ce qui n'empêche par une croissance du PIB, donc des impôts, donc de l'Etat - un documentaire d'Arte regard parle d'une croissance augmentée de 0,3 % grâce à la récupération qui est une manière de biaisé l'élimination de la marchandise qui est demeurée longtemps un inaperçu, un impensée du marxisme (Loic Chaigneau met l'accent dessus). La récupération vient augmenter l'emprise du capitalisme en court-circuitant le rapport production/élimination, puisqu'objectivement la croissance (de la raison marchande ou bourgeoise au sens qu'en donne Bégaudeau - i. e. comptable) en est augmentée.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article