Archives

Publié par Anthony Le Cazals

Partons des propos humanistes et renaissants de Luc Breton, luthier vaudois. Pourquoi la lutherie ? C'est sur le luth, instrument hongrois, que s'est faite toute la théorie de la musique occidentale.
Nous sommes passés du symbolique au métabolique.
"La symbolique n'est pas l'allégorique. Le symbole est ce qui apporte une influence dans notre contexte vital". "Le symbole c'est ce qui fait qu'un archétype se manifeste sous plusieurs formes convergentes." "Symboliser apporter l’efficacité du monde immatériel dans le monde matériel". Le métabolisme est indépendant de cette division mondaine. C'est un acosmisme.
L'idée peut-être visionnaire en ce qu'elle est vision ou catégorique en ce qu'elle est archétypale (théophanie dans le christianisme), c'est à dire modèle abstrait qui appelle des copies. Mais nous tombons, en tant que géomètres post-GPS dans la relativité générale sans immanence de l'Être et sans transcendance de l'Être, Sans être et sans devenir. Sans tradition du premier et sans innocence du second.
"Rien ne se manifeste sans limite. La limite n'est pas divisible." La Terre nous place dans le fini-illimité, le "monde" sans bord d'Einstein.
Quid du sens ?
"Un art n'a aucun sens s'il ne rend compte de rien."
A embarquer plus loin...
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article