Archives

Publié par Doumek

Certes il existe nombre d'épigrammes. Dans l'Antiquité on en écrivait pas seulement sur les monument et Constantin Céphalas les a compilées. Mais voici l'épigramme qui valu son arrestation et son décès quelques années plus tard à Ossip andelstam, notre regretté.

« Мы живем, под собою не чуя страны,
Наши речи за десять шагов не слышны,
А где хватит на полразговорца, —
Там припомнят кремлёвского горца.

Его толстые пальцы, как черви, жирны,
А слова, как пудовые гири, верны,
Тараканьи смеются усища,
И сияют его голенища.

А вокруг него сброд тонкошеих вождей,
Он играет услугами полулюдей.
Кто свистит, кто мяучит, кто хнычет,
Он один лишь бабачит и тычет.

Как подковы, кует за указом указ —
Кому в пах, кому в лоб, кому в бровь, кому в глаз.
Что ни казнь у него – то малина
И широкая грудь осетина. »

Voici notre traduction :

Nous vivons sans ressentir sous nous le pays
Nos mots, à dix pas, ne sont pas perçus
Et où est suffisant pour un beau parleur, -
Ils se souviennent du montagnard du Kremlin.

Ses doigts épais sont, comme des vers, gras,
Et ses mots, lourd comme des poids, sont vrais,
Les blattes rient
Et le haut de ses bottes brillent.

Et autour de lui gravite une bande de chefs subtils,
Demi-personnes dont il abuse des services.
Qui siffle, qui miaule, qui gémit,
Il n'y a que lui qui marque l'arrêt et mord.

Comme un fer à cheval, forge un décret pour décret -
Quelqu'un dans l'aine, quelqu'un dans le front, quelqu'un dans les sourcils, quelqu'un dans les yeux.
Quelle que soit son exécution est la framboise
Et large est la poitrine de l'Ossète.

Une épigramme fut un jour épinglée sur la Colonne Vendôme à l'attention de Napoléon.

Tyran, perché sur cette échasse,
Si le sang que tu fais verser
Pouvait tenir dans cette place,
Tu le boirais sans te baisser.

En 1814, alors que les alliés sont aux portes de Paris, on trouva un papier fixé à la base de la dite colonne sur lequel était écrit :

Passez-vite, il va tomber !



En savoir plus : https://les-apn-belgique.webnode.fr/news/la-colonne-vendome/

En 1814, alors que les alliés sont aux portes de Paris, on trouva un papier fixé à la base de la dite colonne sur lequel était écrit :

Passez-vite, il va tomber !



 

Une épigramme y fut un jour épinglée, particulièrement sanglante, jugez plutôt.

Tyran, perché sur cette échasse,
Si le sang que tu fais verser
Pouvait tenir dans cette place,
Tu le boirais sans te baisser.



En savoir plus : https://les-apn-belgique.webnode.fr/news/encore-et-toujours-la-colonne-vendome/
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article