Archives

Publié par La Philosophie

La pensée multidimensionnelle comme moyen d’explorer la complexité :

Un défi de civilisation

Depuis le début du XXe siècle, la complexité dans toutes ses manifestations est devenue un sujet de recherche de plus en plus attrayant. Par exemple, il existe actuellement des centres spéciaux - Association française pour la pensée complexe, dirigée par E. Morin (Association pour la pensée complexe) et Société allemande pour la recherche des systèmes difficiles et de la dynamique non linéaire (Deutsche Gesellschaft für Komplexe Systeme und Nichtlineare Dynamik) - qui développent des méthodes d'analyse interdisciplinaire pour étudier la complexité. En outre, l'Institut d'études multidisciplinaires de Santa Fe et le Centre d'études transdisciplinaires (sociologie, anthropologie, histoire, CETSAH) du Centre national de la recherche scientifique (CNRS) à Paris interviennent également dans ce domaine.
Le problème de la pensée difficile ou "penser en complexité" (K. Mainzer) occupe une place particulière parmi les nombreux problèmes qui se manifestent dans le processus d'exploration de la complexité.
Les idées sur la complexité émergent et se différencient en raison de la perfection du pouvoir d’appréhension des gens. La pensée en développement facilite la découverte d'un nouveau niveau de complexité. Pour cette raison même, des recherches de complexité devraient accompagner l'appréhension correspondante de nouvelles opportunités de réflexion.
En 2013, l'Ukraine a publié un livre intitulé "Philosophie de la pensée" dans lequel un certain nombre de philosophes ukrainiens et russes réfléchissent à de nouvelles façons de penser, qui ont vu le jour récemment. Les publications présentées traitent de la pensée complexe (V.I. Arshinov, E.N. Knyazeva et Ya.I. Svirskiy), de la pensée non linéaire (I.S. Dobronravova, I.V. Yershova-Babenko, et
pensée multidimensionnelle (L.N. Bogataya, F.V. Lazarev).
Premièrement, les idées sur la pensée complexe ont leur origine dans la tradition européenne et ont simultanément continué à se développer dans plusieurs perspectives de recherche. E. Morin travaille dans l'une de ces directions. Il est président de l’Association of Complex Thinking, c’est-à-dire l'organisation spéciale qui se concentre sur l'étude de nouveaux aspects critiques. Selon Morin, par pensée complexe, on entend une pensée libre capable de surmonter la fragmentation et la division qui définissent l'environnement intellectuel moderne. Edgar Morin appelle à la culture
de variété avec le développement correspondant de la pensée capable d’englober cette variété comme une seule unité. E. Morin expose les principes de la pensée complexe [3].

K. Mainzer, philosophe allemand, associe le développement de la pensée complexe à l'actualisation de la pensée non linéaire, au développement de l'innovation, à l'émergence contrôlée et aux recherches sur les tendances en matière de développement de systèmes complexes.
Le neurobiologiste chilien bien connu, F. Varela, a associé une pensée complexe à des idées d'autopoïèse et d'énactivisme. Selon eux, un observateur ou un sujet conscient devient partie intégrante d'un environnement en mutation constante (constructivisme évolutionniste).
Il est possible de considérer séparément le développement d’idées sur la pensée complexe en relation avec l’idée de l’organisation en réseau de la complexité (M. Castells).
Les travaux créatifs de deux penseurs français, G. Deleuze et F. Guattari, traitent directement de la pratique de la pensée complexe. La réflexion consécutive de cet aspect du développement de la complexité est une tâche de recherche extrêmement intéressante. Cependant, l'analyse des tentatives existantes pour explorer une pensée complexe suggère que la majorité des études pertinentes sont de nature descriptive. Ils forment un grand nombre de termes décrivant et définissant une pensée complexe, mais ils ne prennent pas en compte les aspects pratiques de la pensée complexe.
À notre avis, le développement de concepts de pensée multidimensionnelle est le moyen pratique d’explorer la complexité.
De nos jours, il existe de nombreuses définitions de la complexité. Les principales caractéristiques de la compréhension moderne de la complexité peuvent peut-être être décrites comme suit: la complexité est l’ensemble (holisme), existant en tant que multiplicité manifeste simultanée dans un état de changements continus. Le fait qu'un sujet observant la complexité se situe à l'intérieur de cette complexité et constitue un tout avec elle est très important. En raison de la participation du sujet (incorporation), la complexité reste dans un état de changement continu (constructivisme évolutif).
Les idées sur la multidimensionnalité permettent de prendre des mesures d'exploration de la complexité. Pour la première fois, un certain nombre de chercheurs russes ont utilisé un terme de multidimensionnalité pour développer la méthodologie de chercheurs en sciences sociales (V.L. Altukhov, V.Zh. Kelle, M.Ya. Koval’zon, etc.). Par exemple, les aspects économiques, politiques, culturels et sociaux du développement de l'un ou l'autre système social ont été considérés comme ses différentes dimensions.
De ce fait, tout système social est devenu multidimensionnel. Malheureusement, ces idées n’ont pas été développées dans la pratique. Parallèlement (sans utiliser le terme de multidimensionnalité), les chercheurs développaient l’approche par intervalles qui formait la méthodologie de développement des intervalles d’abstraction (F.V. Lazarev, M.M. Novoselov). Ces idées sont étroitement liées à la formation moderne de la compréhension de la multidimensionnalité.
La nouvelle étape dans le développement des idées sur la multidimensionnalité a commencé grâce à l'introduction et à l'analyse ultérieure d'idées sur la pensée multidimensionnelle (L. Bogataya [].). Le mot multidimensionnalité provient du terme mesure. La multidimensionnalité est pratiquement la mise en œuvre simultanée d'une variété de dimensions. Le nombre réel de dimensions peut changer en fonction des compétences cognitives d'un sujet. De ce fait, la multidimensionnalité
apparaît comme un moyen de développer la complexité, car l’une des caractéristiques principales de la complexité est l’unité de nombreux fragments de complexité qui se différencient de manière significative par leur nature. Par conséquent, ils exigent différentes méthodes de mesure. Grâce à la pensée multidimensionnelle, il est possible de comprendre (explorer) la complexité.
En 2010, L. Bogataya a publié un livre intitulé "Sur la voie de la pensée multidimensionnelle", qui contient des idées sur la pensée multidimensionnelle et en définit les principales méthodes. Les idées actualisées sur la pensée, le sens, l'espace sémantique ciblé et le concept sont devenues la base philosophique de la pensée multidimensionnelle.
La pensée est définie comme une formation complexe développée à l'aide de termes. La pensée est explorée au cours de la réflexion. Penser est le traitement, c.-à-d. "digestion" de la pensée. Les sens naissent et se révèlent au cours de la réflexion. Chaque pensée est capable de générer un grand nombre de sens.
L'espace sémantique ciblé est la manifestation spécifique de l'environnement grammatical. Chaque espace sémantique ciblé est formé à l’aide d’une base terminologique, c’est-à-dire un ensemble de termes clés qui forment cet espace. Par exemple, une seule publication scientifique peut être considérée comme un espace sémantique ciblé. Les termes clés de cette publication constituent la base terminologique de l’espace correspondant. Le processus de pensée a lieu dans de tels espaces sémantiques. Tenant compte de cette approche, c’est la découverte et l’explication des significations qui émergent dans le développement de l’une ou l’autre pensée.
La caractéristique terminologique joue un rôle clé dans la formation d'espaces sémantiques ciblés.
Tout espace sémantique ciblé contient à la fois des termes classiques, traditionnels et typiques, ainsi que des termes qui se sont à nouveau manifestés. Si nous examinons les espaces sémantiques focalisés du point de vue de systèmes auto-organisés complexes, nous pourrons parler de l’existence d’une émergence terminologique unique conduisant à la découverte de termes fondamentalement nouveaux définissant de nouveaux paramètres d’ordre. En étudiant les espaces sémantiques focalisés, nous pouvons examiner leur cohérence et le degré d’homogénéité ou d’hétérogénéité de ceux-ci. Les concepts aident à mettre de l'ordre dans les espaces sémantiques ciblés.
Le concept dans cette approche est considéré comme terme, ce qui correspond à un ensemble de sens ouvert.
Le concept sert de paramètre d'ordre pour certaines variétés de sens existant dans des espaces sémantiques ciblés. L'étude de ce concept est à l'origine l'étude des sens, qui correspondent au concept, et l'étude de leur subordination.
Méthodes de travail avec les sens
Pour comprendre clairement les différents types de travail avec les sens, le concept en développement de la pensée multidimensionnelle a introduit une idée de quatre méthodes d’opération des sens.
La manifestation du sens est la première méthode. Il est associé à la première détection du sens par la pensée. La construction terminologique aide la manifestation du sens à devenir réelle. La construction terminologique est un certain nombre de termes qui aident à clarifier la pensée en premier lieu (voir plus de détails sur ce sujet dans la monographie []).
La clarification du sens est la deuxième méthode. C'est une tentative de lier un sens nouvellement découvert avec d'autres sens déjà présents dans l'espace sémantique ciblé.
La confirmation du sens est la troisième méthode. Grâce à celui-ci, il est possible d’énoncer pleinement le sens découvert à l’aide de termes fonctionnant efficacement dans l’espace sémantique donné. D'une part, le nouveau sens clairement confirmé déforme l'espace sémantique préexistant, mais d'autre part, il facilite son développement.
L'utilisation du sens est la quatrième méthode, qui est liée à la libre circulation des sens manifestés, compris et confirmés d'un espace focalisé à un autre. Par exemple, si quelqu'un veut utiliser l'idée de pensée multidimensionnelle dans ses arguments, ce sera un simple
exemple de diffusion terminologique et, en partie, de diffusion des sens.
D'après ce qui précède, il est entendu que toute étude interdisciplinaire peut être considérée comme une tentative pratique de développer simultanément divers espaces sémantiques focalisés. Les champs disciplinaires complexes sont réduits à des espaces sémantiques focalisés. À leur tour, ces champs peuvent être représentés par un certain nombre d'espaces individuels focalisés.
D'une part, le travail sur les espaces sémantiques ciblés est mis en œuvre grâce à une pratique de la compréhension traditionnellement développée en philosophie et en sciences cognitives. D'autre part, le travail avec des espaces sémantiques focalisés permet leur mise en œuvre unique de la mesure.
Pour cette raison même, la vue de la pensée multidimensionnelle - pensée qui effectue simultanément plusieurs mesures - est actualisée.
Il est possible de confirmer la chaîne cognitive suivante: pensée - mesure - compréhension. De plus, la mesure est conçue comme la corrélation, c'est-à-dire la liaison de nouveaux sens détectés avec des sens qui ont été détectés plus tôt.
Au sens figuré, la pensée multidimensionnelle peut être décrite comme trois méthodes mises en œuvre simultanément.
La première méthode est associée au développement d'espaces sémantiques spécifiques.
La deuxième méthode est l'actualisation simultanée d'un certain nombre d'espaces sémantiques ciblés explorés. Il est important de souligner que beaucoup de ces espaces sont actualisés spontanément, comme s'ils sortaient de la mémoire.
Enfin, la troisième méthode. Pratiquement l'acte de pensée multidimensionnelle est accompli pour le plaisir de le faire. C’est l’émergence d’une pensée nouvelle qui se manifeste à la suite d’une intégration soudaine, rationnelle et imprévisible, c’est-à-dire collision d'espaces sémantiques suffisamment différents (sens individuels). La spontanéité des intégrations spatiales nous permet de supposer que la pensée multidimensionnelle est la manifestation de la rationalité limitée.
Il est important de souligner qu'une pensée émergeant au cours de l'activité mentale multidimensionnelle est développée dans un espace sémantique très spécifique. De ce fait, la multidimensionnalité utilisée pour stimuler les processus de formation de la pensée s’effondre en une dimensionnalité, c’est-à-dire à un espace ciblé.
Enfin, pour résumer, nous pouvons conclure ce qui suit. Pensée multidimensionnelle - est un ensemble de méthodes cognitives spécifiques visant à organiser la réflexion sur la complexité. Pour cette raison même, la pensée multidimensionnelle peut être considérée comme la manifestation d'une pensée complexe. En raison du développement des idées sur la pensée multidimensionnelle, il existe un moyen de développer de nombreux problèmes de complexité - pluralité, instabilité, caractère innovant et plusieurs autres problèmes.
La pensée multidimensionnelle n’exclut pas la pensée formelle traditionnelle mais la complète, permettant à la fois de comprendre certains modes de manifestation de la complexité.
 
 
 
 

 


 

Литература

1.Богатая Л. Н. На пути к многомерному мышлению / Л. Н. Богатая. – Одесса :
Печатный дом, 2010. – 372 с.
Майнцер К. Вызовы сложности в XXI веке // Вопросы философии. – 2010. – No10. –
С.84-99.
Морен Э. К пропасти? / Э. Морен; пер. с франц. Г. Наумовой. – СПб.: Алетейя, 2011.
– 136 с. – (Gallicinium).
Философия мышления : [сборник статей] / ред.кол. Л.Н.Богатая, И.С. Добронравова,
Ф.В.Лазарев; отв. Ред. Богатая Л.Н. – Одесса : Печатный дом, 2013. – 444 с.
Философия науки. Вып. 18: Философия науки в мире сложности / Отв. ред.: В.И.
Аршинов, Я.И. Свирский. М.: ИФ РАН, 2013.

About the Author
Lidiya Bogataya
Doctor in Philosophical Sciences, Professor at Cultural Studies Sub department of Philosophy
Department in the Odessa National I. I. Mechnikov University (Odessa, Ukraine).
Her fields of research are gnoseology, thinking theory, synergetics, philosophy of science, and
cultural studies.
Publications: She published more than 45 works, including 2 books in Russian. Her monographs
are “On the Way to Multidimensional Thinking” (2010), “Consciousness Gestalt” (2004). She
heads seminar work "The Multidimensionality Philosophy" and is a member of Ukrainian
Synergetic Society.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article