Archives

Publié par Anthony Le Cazals

Drapeau de l’Union européenne

Nom Superficie
(millions km2)
(rang mondialN 1)
Zone économique exclusive
(millions km2)
(rang mondialN 2)
Population
(millions hab. - 2017)
(rang mondialN 3)
PIB nominal
(milliards $ - 2017)
(rang mondialN 4)
Dépenses de recherche scientifique
(milliards $ - 2010)
(rang mondialN 5)
0
Dépenses militaires
(milliards $ - 2017)
(rang mondialN 6)
Drapeau de l'Allemagne Allemagne 357
(63e)
57
(113e)
83
(19e)
3 684
(4e)
119
(4e)
44
(9e)
Drapeau de l'Espagne Espagne 510
(52e)
1 039
(31e)
47
(30e)
1 313
(14e)
19
(15e)
16
(14e)
Drapeau de la France France 672
(41e)
10 070
(2e)
68
(20e)
2 583
(7e)
60
(7e)
58
(6e)
Drapeau de l'Italie Italie 301
(72e)
541
(46e)
61
(23e)
1 937
(9e)
27
(12e)
29
(12e)
Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas 38
(135e)
154
(85e)
17
(65e)
825
(18e)
16
(16e)
10
(20e)
Drapeau de la Pologne Pologne 313
(70e)
29
(122e)
38
(37e)
524
(24e)
12
(23e)
10
(21e)
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni 243
(80e)
6 805
(5e)
66
(21e)
2 624
(5e)
45
(8e)
47
(7e)
Drapeau de l’Union européenne Union européenne 4 494
(7e)
25 600
(1er)
513
(3e)
17 308
(2e)
388
(3e)
259
(2e)

Prenons avec des pincettes ces propos sur la Nouvelles Guerre froide. Tout dépendra du Brexit. Ce qui se joue tient avant tout à la question des blocs linguistiques.

Laissons de côté la rhétorique sur l’« Union puissance », face à la Chine, à la Russie et aux USA, que tous savent n’être qu’un propos de tribune. Les électeurs ont compris qu’une Nouvelle Guerre froide se met en place, mais ils considèrent que l’Otan était le meilleur allié durant la Première Guerre froide et qu’ils doivent se positionner à ses côtés durant la Seconde. Cependant l’absence de débat public sur ce thème révèle une mauvaise conscience, comme s’ils pensaient leur choix à la fois prudent et lâche.

Thierry Meyssan, 27 mai 2019

L'Europe dans la mondialisation
Pour le point de vue occidental qui n'est pas le point de vue cosmopolitique (lequel rate la guerre économique), la globalisation est une relativisation radicale de la puissance occidentale. ouverture du monde et désoccidentalisation politique. La première mondialisation visait une accumulation primitive de Capital sous couvert d'un visée politique, la colonisation, la seconde mondialisation, est purement économique et vise l'échange de marchandises, d'énergies et d'informations (sa contrainte n'est pas autoritaire), la dernière passera par les valeurs et sans doute la langue une fois le mélange par dispersion et déportation opéré. La porté politique de la multiplication du nombre d'états n'a pas encore été aperçue.

L'Occident dans la mondialisation
il y a un problème occidental de la mondialisation dont les occidentaux ont été les initiateurs mais le choc en retour les ébranle profondément, pour une raison simple : la mondialisation n'a été appréhendée par les occidentaux. L'occident c'est l'Amérique du Nord et l'Europe, ce n'est pas bien métaphysique,  c'est très géographique. La mondialisation a été abordée par les occidentaux uniquement sous l'angle économique :le développement des échanges avec le dogme central du libéralisme économique qui est la théorie des avantages comparatifs. contribution à la prospérité générale par l'apport de chacun dans sa spécificité. Et en fait la globalisation, c'est un terme américain, n'est pas qu'un phénomène économique elle est avant tout un phénomène politique très difficile à décrire, parce qu'il fait appel à des catégories qui ne nous sont pas habituelles dans la description des phénomènes politiques que je propose de ranger sous la notion (j'ai pris un peu de place pour l'élaborer) de désimpérialisation du globe fondamentalement la globalisation c'est ça, c'est le phénomène politique de la désimpérialisation, de l'impossibilité d'un empiré de se constituer c'est-à-dire la forme politique suprême depuis qu'il ya des états constitue l'horizon de toutes les communautés politiques. Les guerres du XXème siècle en Europe ont été des guerres des positions à des impérialismes allemand dans les deux cas sur des modalités évidemment différente. Désimpérialistesation du globe, ça veut dire d'un côté ouverture et création d'un nouveau mode de coexistence entre les nations elle n'a jamais eu autant à la surface du globe et ouverture de ces nations sur les unes sur les autres sur le plan économique bien entendu mais pas seulement et le résultat en est une crise du leadership occidental dans le monde.
Le marché est le meilleur moyen d'unifier par le désert.

États contre tribus de pirates terroristes.
La globalisation passe par une militarisation de vastes régions, ce que signifie la guerre contre le terrorisme (war on terrorism), l'exemple le plus flagrant est le devenir de Djibouti ou des Comores, qui possèdent des bases militaires de différents pays. Celles-coi sont là pour protéger les voies d'écoulement commercial des marchandises.

Les raisons du revirement du Brexit
Le Royaume-Uni, dont la culture juridique est totalement différente de celle de l’Union et a façonné celle des États-Unis, avait décidé, sous Barack Obama et en accord avec lui, de quitter l’UE pour rejoindre l’Alena [1]. Mais lorsqu’il vota le Brexit, les États-Unis amorcèrent, avec Donald Trump, leur virage d’une politique impérialiste à une politique jacksonienne. Désemparée, la classe dirigeante britannique ne parvint pas à trouver de nouveaux partenaires et bloqua le Brexit.

Sources
1. The Impact on the U.S. Economy of Including the United Kingdom in a Free Trade Arrangement With the United States, Canada, and Mexico, United States International Trade Commission, 2000.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article