Archives

Publié par Anthony Le Cazals

Nous sommes bien là. Juste Paris est devenu suffoquant en un sens. Nous nous sommes disjoints de l'université de Paris 8 qui s'est coupée de toute pensée, qui maintient en son des enseignants devenus réactionnaires. Même la personne qui se disait la plus heureuse d'enseigner s'est jetée d'une fenêtre. Oh je dresse un protrait bien noir. M L'étouffmeent est pourtant bien là ou plutôt la lueur en dehors de la caverne bien perceptible, ce qui nous fait percevoir cette caverne transitoire où nous sommes. Cela a été un choix délibéré que la philosophie ne devait plus être, ainsi Paris 1 comme Paris 8. Je ne fais pas un éloge de l'université mais il existe ou existait des laboriatoire qui ne sont pas des écoles Mais à vouloir libéralement supprimer la cooptation et le copinage, on a renforcer les effets de mafia. La directive DRH qui institue le non-recrutement d'un enseignant dans son département de formation ainsi que l'obligation de produire des devoir sur table alié à une peur incontrôlée des enseignants du plagiat via internet ont ruiné le souffle de pensée, le feu du discours qui généralement vient toujours de l'élément étranger, lequel doit accompagné et jugulé par l'enseignant, dans le cas contraire on tombe dans l'inepte relation maître-disciple (qui n'est pas celle du mentor) ou ces "communautés de l'être" qui cachent diffilement leur arrière-fond chrétien.
Récemment nous avons été conduits à ventriloque et à psittaciser Patrice Loraux et Jean Salem, puisque leurs séminaires ce sont terminés coup sur coup. Nous n'avions pas de contrat et pourtant nous fonctionnios sur le mode de l'échange pour poser une base d'accord. Il nous a fallu rompre avec les enseignants de Paris 8. Même le Grand Dégrisé du dpéartment de philosohie de Paris 8 nous suit sur ce point, lui même s'est dénommé ainsi. Il ne faut pourtant pas tirer sur une ambulance d'autant plus qu'en haut lieux il a été prévu d'asphyxier la pensée 68, mais cette pensée n'était-elle d'emblée contre révolutionnaire. même Youtube 'y est is en sélectionnant par prédilection et strickages successifs l'individu narcissique consumériste qui comme la vidéo de Norman pour ses 10 millions d'abonnés raconte la prise en otage par un plateforme dont font l'objet les youtube. Confirmation s'il en est de la baisse tendancielle du taux de profit et de la nécessité e contre-tendances que sont l'innovation par rupture censée créer de nouveaux débouchés
Concernant l'autonomie elle est comme toute vision politique une chimère, un idéal mas elle ne concerne en rien l'autonmie indviduelle qui s'appuierait sur un réseau. L'autonomie est posée au Dehors, elle est la " société " hors contrat, c'est-à-dire qu'elle n'est déjà plus société. On ne peut voir non plus l'uatnmie à la manière de ce chrétien de Proudhon comme l'ordre politique où " toutes choses, toutes idées, tous intérêts seraient ramenés à l'égalité, au droit commun, à la justice, à la pondération, au libre jeu des forces, à la libre activité des individus et des groupes ". Rappelons que l'individu est un fiction, un construction qui réclame conscience et soit libre-arbitre pour les catholique soit prédestination pour les protestants.

Partout on a cherché à nous réduire à une subjectivité, à l'élément biaisé et avisé d'un tout bref à une radicalité mais tous nos aspcets sot bien plus pondérés. il ne s'agit nullment de partir d'un individu converti qui agrègerait à sa suite des faibles, des manquants de retenue. C'est encore cela la procession du Sujet à partiir de son moment de conversion : il faut gouroutiser des imbéciles. L'antiphilosophie s'est saisie de l'université et du parauniversitaire qu'est youtube : on y trouvera à volonté des cabinets de guérison à la thérapie plus ou moins avouée. Nous n'avons rien à voir avec cette perversité. Certes notre humanité est rude à sélectionner, car elle préfère toujours l'élément lointain mais sont endurance furtive et clandestine la maintient dans la philosphie, dans ce parcours de sagesse que nous avons fait nôtre.

La gestion et l'autogestion des biiens commun ne relève nullmeent du communisme mais de la République. Notre pensée n'est ni moniste, ni pluraliste comme gurvitch ou Deleuze, ni dualiste. Le monde classique était basé sur un droit d'intégration à justice distributive, laquelle repose sur une abstraction générale allant de l'Individu à l'Humanité en passant par l'Etat, en tant que pensée moniste. De même la philosophie de Hegel n'a jamais formulé d'universel concret - parce que multiléral - en des termes juridiques, ce que les pluralistes auraient souhaité. Pourtant le droit ne semble pas aboli aprè la révolution... Il ne s'agit pas d'abolir, de détruire mais de substituer, d'ajouter à la marche en avant : le dépérissement de l'etat n'a jamais été son abolition; Marx et Nietzsche ce sont toujours méfier des zélateurs de la destruction de l'Etat. Qui à ce jour à aboli l'eglise ? Simplement la perte d'influence s'est opéré. Nous en arrivons à la question du fédéralisme, le fédéralisme sera toujours le lieu d'une pensée conversatrice (Japon), réactionnaire (Brésil) et contre-révolutionnaire (Europe). nous citions ces deux état car ils n'ont jamais connu de révolution. 

Rompre avec tout socialisme, bref toute chrétienté. Ce n'est pas onn plus une largissment du droit social à la propriété qui ferait tendre la propriété à la possession de tous, de chacun. Il ne s'agit pas non plus de propriété sociale st le droit autonome de communion par lequel s'intègre d'une façon objective chaque entité active, conètre et réelle incarnant une valeur positive, droit d'intégration (ou si l'on préfère d'inordination), aussi distinct du droit de coordination (ordre de droit individuel) que du droit de subordination. On ne peut voir dans la justice - sur un mode pluraliste et non distributeur/uniliatéral - qu'un arbitrage pour éviter la circonvenance, la circonspection : le problème de la justice ne se pose que si l'on admet un conflit entre valeurs morales équivlaentes.

Nous sommes bien là et nous avons grandir et péricliter nombre d'auteurs ou de blogs sur internet. Ce fut une période très féconde de 2005 à 2008 puis les plateforme de réseau sociaux et de vidéos qui n relèvent pas d'internet mais davantage d'un modèle arrièré mais recostumiser de minitel ont pris le pas dans leur vague contre-révoutoinnaire.
 

Je salemo-lorauise. Donc  le je est absout.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article