Archives

Publié par Anthony Le Cazals

Tout capitalisme a besoin d'un cadre étatique, i ne peut donc y avoir dépérissement de l'Etat tant qu'il y a capitalisme, car celui-ci le préfigure et modèle le marché sur lequel il s'appuie.
 
Bernard Stiegler sur Thinkerview fait mention d'une sorte d'ordolibéralisme appliqué au sein complexe militaro-industriel qui a préparer le consumérisme internet sur lequel vous postez et sur lequel je vous réponds. Le libéralisme américain masque la préparation des marchés par les investissements militaires sur les black projects. Le dire a valu à un véritable paranoïaque comme Jean-Pierre Petit de se faire ostraciser. Une anthropologie des techniques (métallurgie à soufflet puis métallurgie à champ-magnétique Tokamak) et de la ballistique serait pourtant nécessaire. Une forme de potlach si on en reste à la dissuasion comme mythe (thèse défendu par l'universitaire britannique Ward Hayes Wilson http://www.la-philosophie.fr/2015/08/strategie-nucleaire-ce-n-est-pas-la-bombe-atomique-qui-a-pousse-le-japon-a-capituler.html). La guerre ou le combat relève avant tout et malgré tout de ressorts psychologiques voir la libération de Cherbourg et de Gap en 1945 ou le livre Gagner à tout prix de Bred Gilbert.
 
La sortie du capitalisme ?
 
Comment sortir du capitalisme de l'Etat-Parti ? Il y a d'intéressants documentaires ou des interventions de Jean-Philippe Béja sur la messianisation de Xi Jinping (prononcez Chi Tinping) sur cette même plateforme. La Russie aussi a trouvé son Messie mais pas les Israéliens, ce n'est pourtant pas compliqué d'apprendre 613 commandements, si la validation devait être plus religieuse que politique (d"où, autre bifurcation, la prétention du Jésus de Nazareth à descendre du roi David, d'où le INRI, ... l'Empire ne supporte pas les royaumes ou les autres puissances).
 
Sur les mouvements cheminots et étudiants
 
Les mouvements qui durent sont néfastes. Celui-ci peut durer deux ans (avec ses détonations secondaires) sauf s'il y a jonction avec les 3 autres mouvements que vous citiez quelqes mois avant (les "incarcérations", Prison, Santé, Ecole). 18 ans que je passe à Tolbiac :p. Ne soyez pas cigale ragaillardie comme Lordon en la commune de Tolbiac. Partout où passe Lordon, rien ne repousse.
Les mouvements isolent ceux qui ont besoin de régrédience, de ritournelle dans la recherche. Tout le monde n'est pas dans une apparente progédience, comme vous, et celle-ci finit par se couper de son énergie (c'est tout ce que je ne vous souhaite pas).
S'il n'y a pas d'armes, le retour de bâton est toujours plus fort (cf. Bourdieu sur 68). Les réformes venant de l'Europe et qui arrivent par "paquets" (terme des initiés) ont leur calendrier. Nous les voyions passer ces calendriers. Même principe que pour les guerres atomisées (ou 3ème guerre mondiale d'endiguement des BRICS), on fait des luttes atomisées, indifférentes les unes aux autres et ça passe par ordonnance.
Je me permets de vous rappeler qu'en trois mois, à l'UFR10 deux enseignants sont morts, qu'un enseignant honoraire (donc un MCF) a arrêté son séminaire historique (le dernier représentant de l'école hellénistique de Paris), El Murr n'est pas dans cette tradition. Ce ne sont pas encore des statistiques mais des coïncidences.
La normalisation des département a lieu à Paris 8 : Cinéma en 2006, Philosophie en 2009, plus récemment Arts plastiques qui papillonnait encore : c'est aller jusqu'au suicide (mais cela ont toujours émaillés la recherche), il reste le département de littérature qui sert de département de philosophie bis (Noudelmann présidait le CIPh). Plus de département d'anthropologie (2011), les thèses foucaldiennes (air sociétal du temps) ayant vaincues (alors que l'anthropologie porte sur les lignées, les transmissions, les rites funéraires plus que l'essence humaine).
La philosophie analytique (Descombes, Engel, Dokic) gangrène l'EHESS, son ennemi, qui lui sert de base de repli, c'est la philosophie de la City (une cinquantaine de membres à Londres), ils ne font pas dans les sciences sociales.
La réalité logistique : les parents d'étudiants n'ont pas de quoi financé les bases arrière comme cela a pu avoir eu lieu en soixante-huit quand on rentrait des barricades (donc principe de réalité très présent). Une guerre se gagne sur la logistique, l'approvisionnement, la reconstitution quotidienne de la force de "travail" donc du moral et toutes les guerres (dont celle men par Macron) ont visé à couper l'avant des bases logistiques arrière (la rétroactive Blitzkrieg, les opérations en profondeur Toukhatchevskiennes). Vous mêmes vous savez que les vacataires/contractuels n'ont pas été payés.
Ce dégrisement nécessaire passé et passées ces réserves. Continuez vous allez plus loin que Mendès-Sargo dans l'imperii translatio ! C'est de l'ordre du mégabyte ! Une très belle anthropologie.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article