Archives

Publié par Anthony Le Cazals

Epoque et registres

 

Epoque = Façon d'être un [cela se définit comme Régime d'Un, l'Un se définssant comme ce qui peut être comme ne pas être]
Ce qui caractérise notre époque c'est qu'il n'y a plus de maturation.
Ce qui caractérise une époque = Donner une valeur à la dimension de menace.
Amenuisement de la différence entre le matériel et l'intelligence.
Ce qui fait tenir l'époque c'est la communication. Autrefois la révolution, le salut de l'ame.
Articulation de l'époque et du médiatique.Méfiance de Loraux pour le radical.
Mélange visionnaire du philosophe : utopique, prophétique, mystique.
4 composantes de la mystique : 1) flairer la folie qui s'exprimer dans une phrase sensée. 2) ésotérisme, phrases à clé. 3) dimension d'être missionné (S. Weil). 4) appartenance à une secte (Descartes et les Rosicrucistes).

Il n'y a pas la philosophie comme cela. Il y a la philo comme gigantomachie entre... assumer quelques grandes fonctions (c'est une bévue de croire que philosophie n'existe que sous son nom ) soigner, instituer, surveiller, critiquer

Et le fait que la philo se transpose dans une compréhension plus réduite que la compréhension auto-philosophante qui a tant fasciné Loraux. Déformer pour le rétablir est la marque de (votre) capacité de compréhension. Ex :Husserl crispé sur le commencement. Atterrant. Ex:Heidegger dit de Mozart que c'est une lutte de Dieu. Phrase qui impression mais qui dit "que dalle".

J'ai cru distinguer quatre époques : celle où il y a des états, ... des étants, ... des mutants, ... des semblants. État = fluances et modifications imprévisibles. Aujourd'hui. Nous avons affaire à des états, par ex. la table devant nous. La grande lutte pour stabiliser l'étant c'est Platon. Nous sommes dans la troisième époque qui peut basculer dans les deux qui lui sont contiguës.
Registres séparés par exemple le sensible et l'intelligible et il revient à chaque philosophe de mélanger de manière inédite de rendre compatible deux registre. Cela s'appelle le système. Il y aura deux réactions à cela, en bref Kierkegaard et Marx. Nous sommes dans la troisième époque qui hésite entre la multiplication des registres ou leur réduction. Époque jusqu'en 1905 de la mort de Dieu. Après Fêter bâche Dieu a quitté le ciel mais il faut encore en supprimer la place comme le fait remarquer Heidegger.

La 1ère époque est sans registre. État du monde comme chez les majorité. Elle fait parfois retour sur le divan de la psychanalyse. Concurrence alors des ordres avec les registres comme chez Pascal.

Il y a une époque assez longue où il y a la coexistence impérative de deux registres. Le sensible et l'intelligible. Kant trouve une méthode pour maintenir les registres à minima compatible. D'où l'admiration de Loraux. Hegel lui évite l'initiation et le recours à un interprète (le curé) qui tient par la main.

Il y a une époque où il n'y a plus de registre ou de classe où par exemple l'ouvrier devient poète comme le voulait Marx.

Annuler la différence entre la matière et le calcul.

La mort de Dieu = prodigieuse transformation des registres qui va plus aucun registre.

Quand on est catholique on est sous le régime de l'église pour laquelle le registre est le tombeau vide du christ.

Nous avons à lutter contre le temps qui est usure et obsolescence. Découverte de Proust non pas du temps comme retrouvé mais du temps comme maturé/maturation. Je trouve que la création du temps est une merveille... ... Proust est évidemment dans troisième époque de réduction des registres. La différence est l'autre nom des registres qui conserve les choses de manière dégradée.

Voir ce qui n'est pas là grandeur de Nietzsche. La menace qui pèse sur nous est considérable jusqu'à réduire l'imaginable. Claudine Tiercelin et le "ciment des choses". Les matérialistes sont devenus d'étranges idéalistes. Nous sommes aveugles face à ce que nous avons sous les yeux ("le soir même, ils se disnet qu'ils ne l'ont pas vu).

Il est évident que le rêve hégélien est terminé. Il n'y a plus de registre (état de nature et état de droit) que de l'institution (mélange de matériel et de l'idée que, cf. Balibar). La caverne de Platon est un registre à initiation.

Maintenant que le ciel est vide il n'y a plus d'archétype et de copie (son double). Plus d'authentique /// des similis. Ou bien la catholicité (église universelle qui n'est qu'un tas de pierre) ou bien la fin des registres. Ceux qui disent Il faut qu'il y ait des riches et des pauvres et ceux qui disent qu'il n'y a que des citoyens.

2voies
La voie transcendantale décide [du sens des termes] [manque]. Il reste un peu de la cryptophilosophie à Paris 1 =Hegel par exemple dans ses termes à lui. Maintenir les registres en les sublimant, les conservant = aufhebung. La vie radicale ET la vie féconde qui produit parfois des rejetons de travailler et des monstres. Mais je préfère cela. La vie radicale, le fondement c'est l'exclusion et le tri.

Les philosophes qui vont venir et n'en porteront pas le nom seront des veilleurs (qui veillent sur la langue comme Michaux), ceux qui auront la puissance de créer du contrat, de l'institution. Ceux qui accompagnent, qui assiste (patrocle est un thérapôn). Ceux qui sont des éducateurs. L'écran est pour chacun son dehors mais aussi son selfy, chacun a son réseau et son GPS. Il y a aussi du générateur de lumière comme Google. Il n'y a plus de ciel sinon comme notre projet de conquête.

Nous sommes (encore) dans la période intérimaire où il y a des registres.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article