Archives

Publié par Anthony Le Cazals

Le performatif avec n'est pas un acte locutoire, mais il est l'amorce d'une procédure d'institution ; on n'a pas à faire à une "dire, c'est faire" mais à un dire c'est instituer". il n'y a pas d'acte locutoire, tout au plus l'amorce d'une procédure institutionnelle qui excède le pur échange verbal (le performatif mène au perlocutoire, en effet). Austin a opéré un tour de passe-passe. Le performatif qui ne serait ni le descriptif, ni le prescriptif touche en faire à la dimension réglementaire, celle des règles d'institution. La barrière entre le législatif et le réglementaire est défendue en France par le conseil constitutionnel. Cette dimension est sans cesse masqué par la jurisprudence (conceptuelle) qui se pose comme création du droit.

des exemple :

Quand le maire dit : "je vous déclare mari et femme" (institution matrimoniale)

Quand le suzerain dit l'adoubement : "je te fais chevalier" (institution féodale)

Quand le juge dit la sentence : "je vous déclare coupable" (institution judiciaire).

On est donc toujours toujours bien dans la dimension du langage et non dans une langue hors langage, en dépit de langage. Le langage est toujours à tour descripteur, prescripteur, performateur, législateur. Mais on ne prescrit pas des lois, ce sont davantage des métiers qui prescrivent comme les médecins avec leurs ordonnances, les architectes avec les matériaux et les produits qu'ils mettent en œuvre, les artiste avec leurs ordonnancement, parfois chaotiques. Mais le législateur n'est pas le prescripteur, même si les deux décrètent (tout comme le performateur).

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article