Archives

Publié par Anthony Le Cazals

Pour en finir avec le libertaire, cet idéaliste corrompu.

Comme vous le verrez il existe plusieurs communes appliquant un communalisme autonome ou tentant de l'appliquer.

Le communalisme coopératif de Marinaleda (Province de Séville, Espagne du Sud).

Eric Hazan l'a remis au goût du jour en 2013 avec sont livre sur l'insurrection.

L'autonommiie communale de base de Spezzano. (Calabre, Italie du Sud) ou communalisme autogéré et " libertaire".

Depuis 1992, des militants libertaires animent à Spezzano Albanese une Autonomie de base communaliste (ABC) ou en italien Fédération municipale de base (Federazione Municipale di Base – FMB). Fondée sur des pratiques d'auto-organisation et d'autogestion, elle propose une alternative, à travers la démocratie directe par tirage au sort des citoyens représentants, par nommination des experts et par délibération pour les décisions, à la gestion de la commune par les institutions municipales et leur principe de délégation de pouvoir.

 

La réalité sociale et économique de Spezzano Albanese. 
Spezzano Albanais n'est pas un très grand territoire, mais il n'est pas si petit comparé à d'autres pays du Cosentin italien ou de la Calabre : en tant que la population active, y compris les résidents et les domiciliés, compte environ dix mille habitants. C 'est un pays essentiellement agricole, et ceux qui possèdent des parcelles de terrain peuvent aussi vivre de leur travail en cultivant des agrumes, des vergers de pêchers ou d'oliviers, tandis que ceux qui ont seulement leurs bras s'appuie sur le travail illégal dans les domaines des grands propriétaires fonciers, dans les petits vergers, dans les implantations maraîchères et les installations de transformation et de commercialisation des produits issus de ces cultures. Ce travail au noir prend place aussi dans l'industrie de la construction ; le secteur des services est aussi développé puisque Spezzano est un centre autour duquel d'autres pays, mais pas ethnique mais Albanais de Calabre; , il n'y en a pas d'autres industries et il y a aussi beaucoup de chômage. (0)

Comment s'est fait L'autonomie de base communaliste (ABC) à Spezzano ?
L'autonomie de base communaliste (ABC) parfois appelée Fédération Municipale de Base (FMB), est née dans le cas  de Spezzno d'une présence anarchiste libertaire locale suffisamment implantée et présente depuis le début des années 70 dans le pays. Cela a stimulé l'émergence d'un certain nombre d'installations de base entre étudiants, chômeurs, et travailleurs dans les domaines de la santé, l'école, de l'urbanisme, de l'environnement. L'ABC de Spezzano a été créée en 1992, un tel projet communaliste autogestionaire s'efforce de donner vie à un véritable contre-pouvoir dans le but de stimuler la Chose Commune, à travers une méthodologie de base et autonome, dans la perspective d'une autonomie communaliste.  (0) Elle est le contre-point  de l'oligarchie impériale européenne et par là lui répond et la complète.

 

Ainsi, pour la Fédération municipale de base de Spezzano Albanese, en 2003, « une pratique libertaire [...] ne se nourrit pas d’illusions réformistes, ni d’une révolution par laquelle on attend le boum pour après en repousser le but, mais bien une pratique gradualiste révolutionnaire qui, trouvant sa force dans le conflit, se projette, jour après jour, hors des institutions du pouvoir, avec des structures auto-organisées et autogestionnaires qui, à partir des municipalités, préfigurent [...] la société de l’autogestion » (1)

__________________________________________________________

A partir de là nous généralisons à partir de l'expérience de Spezzano tout en transformant le langage et donc la reprsentation immotivée de l'imaginaire (bref son institution imaginiare de la société dirait Castoriadis)

Qui sont ses membres de l'autonomie communale de base ?
L'autonomie communale de base rassemble ses membres, ses associés, non pas sur une base idéologique et politique particulière, comme la race, le sexe, la foi religieuse ou la conviction philosophique, mais en tant que travailleurs, chômeurs, étudiants, retraités, bref l'ensemble des citoyens. L'autonomie communale de base ne fait pas partie d'une organisation et donc ne prend pas part aux campagnes politiques avec des listes électorales et défend la capacité des citoyens. (0) Les membres de l'autonomie communale de base sont des associés, car l'organisation autonome repose sur des associations et non sur des institutions. Le droit d'association même s'il existait de facto chez les puissant et récent chez les dominer (1864, puis renforcé en 1901), même si les associations de fait peuvent exister sans statut, cela s'appelle une amitié. 

 

Un modèle comme celui de Spezzano est-il exportable dans de plus grandes villes ?
Dans une petite ville, il est sans doute plus facile d'avoir une vision claire et globale des problèmes qui affectent la société et de l'initiative qui permet à un petit groupe de personnes d'atteindre l'ensemble de la population. Dans les villes, la situation change, car il est déjà difficile pour un petit groupe d'avoir une claire, détaillée et exhaustive de tous les problèmes sociaux. Il s'agit d'intervenir en premier dans un domaine particulier et ensuite le transposer dans un second dommain et d'atteindre des résultats dans une communauté de 8000 personnes. (0) Le système des taxes municipales sera basé sur le système suédois où 35% des bas revenus, 50% des revenus moyens et 65% des revenus élevés iront à la commune. Etant progessif, il reste inégalitaire avec le temps.

 

Créer des Unions de métier et l'Union civique.
Il s'agit de sortir de du salariat et de l'impôt par la cotisation économique comme revenu de base garanti (qui, pour les Français, est un revaloristione du RSA et du RMI au niveau du SMIC). On rentre dans le régime de la pension qui permet un développement de la croissance au dépens de la rente das un premier mais qui égalise et développe les revenus de tous. Il s'agit de sortir de la thématique de l'emploi par le travail passionné. Les Unions de métier (Trade Union en anglais ou syndicats en francais) s'intéressent d'abord aux problèmes qui affectent le monde du travail en fonction du (ou des) métier(s) d'appartenance de ses (ou leur)membres. L'Union Civique se concentre, quant à lui, sur les questions territoriales plus larges qui ne relèvent pas de l'amménagement territorial de l'Etat, comme l'urbanisme, de l'environnement, les services, etc. . Les syndicats de l'ABC peuvent aussi discuter publiquement de ces questions dans des assemblées spéciales énonçant par là la volonté explicite des travailleurs et des citoyens. (0)

 

Comment se prenne et s'applique les décisions
L'autnomie communale de base, en tant que la structure autogérée c'est-à-dire autonome basée sur la confiance, ne possède sein des instances dirigeantes et les décisions sont prises de manière indépendante par chaque union (spécifique) de métier et l'Assemblée générale des membres de l'ABC, qui a lieu une fois par an, est tout là pour discuter et coordonner les décisions déjà prises par les unions de métier et civique et élit un Comité Exécutif qui a la simple tâche de coordonner et de mettre en œuvre les décisions de l'assemblée. Les décisions sont prises par consensus unanime (communauté) ou majoriatire (asociation), ela est laissé au choix de chaque commune. Dans le cas d'une décision majoritaire et non unanime la minorité possède le droit de les exécuter ou non, et ainsi que la possibilité d'exprimer son désaccord publiquement par des initiatives de tout ordre vis-à-vis de la majorité ou des décrets gouvernementaux spécifiques, à condition de ne pas entraver l'exécution des décisions de la majorité. Cela évite d'être prisonnier d'une logique purement économiciste et d'institutions hiérarchiques de déléguer la gestion des luttes sociales et politiques sont purement caractérisé en pour les demandes, la FMB refuse la place à d'autres la délégation de la gestion du social et se tient dans les moments de lutte et des exigences en temps de expérimentale autogestion pour un fédéraliste social alternatif et libertaire. (0) La dimension de refuznik est inscrite dans les textes.

 

Conclusion
Ce fédéralisme autogéré vient en lieu et place un déguisé d'une simple décentralisation ou le sécessionnisme étatiste. Maintenant, le municipalisme de base, ou plutôt le communautarisme, parmi les différentes propositions fédéralistes susmentionnés est sans doute le plus authentique. Le communautarisme est une véritable alternative à l'auto-gestion du domaine de l'entreprise. Une alternative qui est effectuée avec des initiatives bottom-up, à la fois dans le monde du travail que dans le territoire, dans le but de construire une société horizontale et autonome pour remplacer à la base la statolatrie oligarchique d'un réseau de municipalités fédérées basée sur l'entraide et la solidarité mutuelle. Communalisme  fait place ses bases sur une méthodologie essentiellement inspiré par le gradualisme révolutionnaire libertaire n'échappe pas aux contradictions et aux conflits qui caractérisent chaque domaine de la société d'aujourd'hui, plutôt il se glisse dans le terrain de la lutte sociale pour la défense des intérêts immédiats des classes inférieures, cependant, Il vise dans le même temps de commencer à construire dans les bases "ici et maintenant" alternatives sur laquelle construire la société libre de demain. (0)


Texte écrit à partir d'un texte (0) de la Fédération municipale de base de Spezzano Albanese revisté à la sauce autonome et communaliste. Métropoles urbaines ou pays ruraux, Régions (qui sont leur bassin) et Continents deviennent les nouvelles échelles administratives à partir de la seconde Renaissance que nous vivons.

 

Source : 

(0) http://isole.ecn.org/uenne/archivio/archivio1998/arcipelago02/arc06.htm

(1) Rencontre internationale, Au-delà de Porto Alegre… idées, expériences et pratiques d’autogouvernement, Spezzano Albanese, août 2003, texte intégral [archive]. Voir aussi Le Monde libertaire, HS n°23, juillet-août 2003, texte intégral [archive].

Un modèle comme celui de Spezzano est-il exportable dans de plus grandes villes ?
Dans une petite ville, il est sans doute plus facile d'avoir une vision claire et globale des problèmes qui affectent la société et de l'initiative qui permet à un petit groupe de personnes d'atteindre l'ensemble de la population. Dans les villes, la situation change, car il est déjà difficile pour un petit groupe d'avoir une claire, détaillée et exhaustive de tous les problèmes sociaux. Il s'agit d'intervenir en premier dans un domaine particulier et ensuite le transposer dans un second dommain et d'atteindre des résultats dans une communauté de 8000 personnes. Le système des taxes municipales sera basé sur le système suédois où 35% des bas revenus, 50% des revenus moyens et 65% des revenus élevés iront à la commune. Etant progessif, il reste inégalitaire avec le temps.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article