Archives

Publié par DorVador

ONFRAY / Onfray est islamophobe

ll ne déteste pas les musulmams, mais l'Islam. Qu'il détestent ou non les arabes on peut laisser cela à ses convictions intimes, à son évolution proudhonienne*. Quoiqu'il en soit, toute personne qui entérine le choc des civilisations est islamophobe et ne peut l'être autrement. Et ce pour deux points :

La première raison se nomme le ressentiment majoritaire, comme le relève Vincent Message à propos du livre de Milorad Pavić, le Dictionnaire khazar. C'est le fait qu'une culture majoritaire (d'autres dirait un peuple) à 90 % se sente assailli et menacé dans ses fondements par une culture minoritaire à 10%. Prenons le cas d'une culture minoritaire dans de nombreux pays et représentant 24 % de la population mondiale à savoir l'Islam. Il est intéressant de voir que c'est cette partie de la population mondiale qui est le plus mais il faut savoir que c'est entre musulmans, pour des raisons idéologiques, que l'on se trucide. On se trucident entre Chiites et Sunnites seulement depuis que les Américains l'on voulu dans les années 80, entre Kurdes (à 80% sunnites) et Turcs. On peut penser aux batinites ou chiites Ghulat tels les Alevi (alévisme), aux Shabak, aux Jahalten ou Kirklar, les Yarzans (yarzanisme), aux Druzes, aux Soufis (seul groupe contemplatif qui renouerait avec le premier Mahomet, celui de la grotte, avec en plus un culte de la Vierge comme inscrite dans les angles) ... on pourrait continuer cette liste pluraliste qui n'intéresse guère les Américains sinon pour qu'ils entre-tuent de manière confessionnelle, car on a presque le devoir de tuer le mauvais musulman. Or Onfray se dit dans un entretien face à Bourdin partisan du choc des civilisation, comme si les Musulmans allaient "nous" envahir, envahir l'Europe décadente car moins apte à la brutalité que les martyres sacrificielles que sont les kamikazes. Emettre les symptômes d'un ressentiment majoritaire à l'endroit des musulmans et par là légitimer la peur dont il émerge,

La seconde est plus ténue mais très révélatrice des évolutions futures, c'est de voir Onfray incriminer en quelque sorte Deleuze de défendre les palestiniens en tout cas de relever ce fait notable pour Onfray à la suite de toute une diatribe contre la pensée post-68 et sa défense de la pédophilie. Cette liste sur les fous, les homosexuels, les Palestiniens, les gauchistes de la bande à Baader (que n'avait pu récupéré Guattari) et quelques autres minorités est présentée dans ses cours sur Debord comme la liste des tarés élevés en modèles alors que ce ne sont que des symptômes d'exclusion, des minorités. Il n'y a pas d'étalon minoritaire, faut-il le préciser. Onfray confond la posture d'observateur et de visionnaire de la personnalité schizoïde (le schizo) avec le schizophrène par exemple, ce n'est pas trahir Deleuze et Guattari que de dire cela. Ce ressentiment majoritaire va atteindre son point critique en Israël et en Palestine avec la démographie des naissances, car l'important n'est pas de savoir si l'on est, d'un point de vue de l'opprimé et du faible, pour les Palestiniens, ou, d'un point de vue stratégique et étatique, pour le Grand Israël (tout en remarquant que cet état que l'on a voulu rayé de la carté ne possède que 40 km de largeur au niveau de sa capitale Tel Aviv, ce qui est peu d'un point de vue de pré carré militaire, surtout qu'il suffit de mettre des lance-roquette sur le surplomb que constitue la plateau de la Cisjordanie). Nous adoptons un point de vue neutre, car qui empêchera que la mosquée Al-Aqsa se transforme en troisième temple de Jérusalem alors même qu'il y aura en 2050 plus d'Israëlien arabes que juif dans cet état à caractère juif. Le temple sera tôt ou tard à nouveau détruit et les Israëliens juifs à nouveau dispersés ou dans une grande détresse. Pourquoi s'y fourvoyer ? Onfray semble indiquer parce qu'il associe mais qu'il ne prononce pas directement que les Palestiniens sont des anormaux, même s'il se donnera bonne conscience en se disant sioniste (il ne connaît même pas le post-sionisme) et pro-palestinien, ce qui est mal connaître les échéances démographiques. Est-ce la réalisation de Latran II que dénonce Alain Jakubowicz ? "Je n'accepte pas l'idée que les juifs soient confinés dans un État, fût-il le leur. La vocation d'Israël n'est pas de devenir le dernier village juif de la planète" (Alain Jakubowicz : "Israël ne peut pas prospérer sur le malheur des juifs", Le point)

On taxe à juste titre Alain Soral d'antisémitisme (et comme le dit le rabbinisme on peut juger une personne avant d'avoir été à sa place, don d'empathie), il suffit de tirer les conséquences de sa défense de Jean Soler et de Michel Onfray où comme eux il qualifie d'anti-sémites tous ceux qui ramène les dix commandements à une obligation tribale et non universelle. Il semble qu'il y a une distinction faire entre pervers viscéraux et pervers narcissiques, les uns relevant de l'antisémitisme, les autres de l'islamophobie. C'est une piste, une hypothèse plus qu'une affirmation, une généralisation. Ce "goy du bocage normand" n'a pas assez fréquenter de musulmans pour voir qu'ils sont plutôt doux. La France est un pays où il faudrait raser quelques églises et surtout construire des mosquées, par respect, où simplement convertir les unes désaffectées en lieux de cultes musulmans surtout quand le plan s'y prête comme à Goussainville-Vieux-Pays.

Onfray est islamophobe par ignorance et incompréhension, il aborde l'Islam par les textes dans comprendre que celui-ci est l'application de lois orales comme nous l'avons déjà montrer pour le judaïsme (PENSEE JUIVE 18). Toutes les préceptes des livres religieux ne s'appliquent pas ou doivent être actualiser en fonction d'un contexte, d'où l'importance prise par la 'prêtrise', l'interprétation d'un substrat syro-araméen (1er coran). Il ne fréquente pas assez de musulmans pour voir que ces propos nihilistes nous mènent à la ruine.

*Par évolution proudhonienne j'entendais préciser au passage qu'Onfray vante le dernier Proudhon celui de la propriété, celui qui, grand lecteur de la Bible en prison, est devenu transmontain, c'est-à-dire partisan du pape). Lire aussi la page 317 de l'ordre libertaire (dans sa première édition disponisble à la BU de Paris 8).

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article