Archives

Publié par Anthony Le Cazals

ORBICITE ou Excentricité orbitale
La Terre décrit une orbite elliptique dont le Soleil occupe un des foyers. Les extrêmes (ou interception du grand axe) se situent autour du 4 juillet, à une distance de 1,017 ua pour le point éloigné et autour du 4 janvier, à une distance de 1,017 ua pour le point proche. On veut nommer ces deux points l'aphélie et la périhélie ou plus généralement apoapse et periapse.

TROPICITE
le fait d'étre proche ou éloigné ne joue en rien sur la répartitions des températures en saisons. C'est principalement l'inclinaison de l'axe de la Terre par rapport au plan de l'écliptique qui est responsable du phénomène des saisons. C'est l'origine de la TROPICITE (voir Alain Hallé, La condition tropicale, condition qui est avant tout astronomique avant d'être climatique ou biologique). Mais l'orbite elliptique a pour effet de diminuer l'écart de températures entre hiver et été dans l'hémisphère nord et de l'augmenter dans l'hémisphère sud. Ce changement climatique est de l'ordre de 1 °C.

BOLIDITE VARIABLE
La Terre a une vitesse variable de manière sinusoïdale, en plus ralentir, et non absolue. Elle tourne autour du soleil plus vite près du périhélie que de l'aphélie du fait de la gravité plus importante du Soleil. C'est la 2e loi de Kepler ou loi des aires (la vitesse étant artificiellement indexée sur l'aire décrite par l'orbite).

FIGURE DE LA TERRE
La terre n'est pas une sphère mais un tore magnétique. Peut-être là confond-on sa forme avec sa figure, il faut dire que les philosophes jusque-là idéalistes-matérialistes (comme l'a bien relevé Lapoujade après nous) font découlé l'idée de ce qui se confronte à eux, de ce qui fait problème, à savoir la matière. D'où l'IDEE, l'illusion forcée, de poser la Terre comme une sphère sans tenir compte de son atmosphère incluse dans un champ magnétique et modifiée par les éruptions solaires.

PRECESSION DES EQUINOXES
Si l'aphélie est le point de l'orbite d'un orbe (planète, comète, etc.) où il est le plus éloigné de l' étoile, autour duquel il tourne et le périhélie son opposé, les dates aléatoires de l'aphélie et du périhélie proviennent quant à elles de la précession des équinoxes, c'est-à-dire du lent changement de direction de l'axe de rotation de la Terre.

Ce changement de direction est provoqué par le couple qu'exercent les forces de marées de la Lune et du Soleil sur le renflement équatorial de la Terre. Ces forces tendent à amener l'excès de masse présent à l'équateur vers le plan de l'écliptique. La Terre étant en rotation, ces forces ne peuvent changer l'angle entre l'équateur et l'écliptique mais provoquent un déplacement de l'axe de rotation de la Terre dans une direction perpendiculaire à cet axe et au couple. Ce déplacement s'appelle précession et a pour résultat que l'axe de rotation de la Terre décrit un cône dont un tour complet est effectué en environ 25 800 ans.

Nous paserons sur les conséquences quant à la désignation de l'étoile polaire, sachant que dans le passé, il y a 5 000 ans, c'était l'étoile Thuban et dans 12 000 ans ce sera Vega qui faisait/fera office d'étoile polaire.

Comme l'orbite de la Lune est inclinée par rapport à l'écliptique, l'action de la Lune vient légèrement perturber la précession en y ajoutant de petites oscillations dont la période est de 18,6 ans. Cet effet s'appelle la nutation.

Hipparque, aux environ de -130, fut le premier à estimer la précession de la Terre. En comparant ses mesures de la position de Spica, une étoile proche de l'écliptique, par rapport au point vernal avec celles effectuées par les astronomes des siècles précédents, comme Timocharis d'Alexandrie et les astronomes babyloniens et chaldéens, il montra que le point vernal s'était déplacé de 2° par rapport à Spica. Il montra aussi que ce mouvement concernait aussi d'autres étoiles et valait au moins 1° par siècle. La valeur actuelle est d'environ 1° pour 72 ans.

À cause de la précession des équinoxes, la durée du cycle des saisons (année tropique) est environ 20 minutes plus courte que le temps que met la Terre pour occuper la même position par rapport aux étoiles (année sidérale). Cette différence est importante pour les calendriers et leur règles concernant les années bissextiles.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article