Archives

Publié par Anthony Le Cazals

Friedrich Nietzsche a souvent prétendu que ses ancêtres étaient des nobles polonais appelés soit "Niëtzky" ou "Niëzky". Exemples:

- Lettre à Heinrich von Stein, vers début décembre 1882
"meine Vorfahren waren polnische Edelleute, noch die Mutter meines Großvaters war Polin"
trad .: "Mes ancêtres étaient nobles polonais, même la mère de mon grand-père était polonais"

- Nachlass, Sommer 1882 21 [2]
"Man hat mich gelehrt, die Herkunft meines Blutes und Namens auf polnische Edelleute zurückzuführen, welche Niëtzky hießen und etwa vor hundert Jahren ihre Heimat und ihren Adel aufgaben, unerträglichen religiösen Bedrückungen endlich weichend: es waren nämlich Protestanten."
trad .: "On m'a appris à attribuer l'origine de mon sang et le nom de nobles polonais qui ont été appelés Niëtzky et ont quitté leur maison et de la noblesse, il ya environ cent ans, cédant enfin à la suppression insupportable: ils étaient protestants."

- Lettre à Georg Brandes 10 Avril 1888
"Meine Vorfahren waren polnische Edelleute (Niëzky); es scheint, dass der Typus gut erhalten ist, trotz dreier deutschen "Mütter"."
Trad .: "Mes ancêtres étaient nobles polonais (Niëzky); il semble que le type est bien conservée en dépit de trois allemands" mères ""


- Ecce Homo, ben si Weise de Warum (Pourquoi je suis si sage) n ° 3 (version antérieure)
"Und doch waren meine Vorfahren polnische Edelleute: ich habe von daher viel Rassen-Instinkte im Leibe, wer weiss? zuletzt gar noch das liberum veto. Denke ich daran, wie oft ich unterwegs als Pole angeredet werde und von Polen selbst, wie selten man mich für einen Deutschen nimmt, so könnte es scheinen, dass ich nur zu den angesprenkelten Deutschen gehörte."
Trad .: "Et pourtant, mes ancêtres étaient des nobles polonais: elle est due à eux que je dois tellement instinct de la course dans le sang, qui sait peut-être même le liberum veto Quand je pense combien de fois je suis accosté comme un Polonais. lorsque vous voyagez, même par les Polonais eux-mêmes, et combien il est rare que je suis pris pour un Allemand, il me semble que si je faisais partie de ceux qui ont mais un arrosage de l'allemand dans les.


Dans sa biographie 1895 das Leben Friedrich Nietzsche, sa soeur Elisabeth Förster-Nietzsche a discuté et cité le deuxième déclaration ci-dessus et donne une version plus longue de cette histoire, alléguant ses tantes comme source. En outre, elle affirme que pas leur grand-père (comme Friedrich avait revendiqué), mais leur arrière-grand-père étaient venus de Pologne à la Saxe; que ce Voyage a duré trois ans, et que leur grand-père est né à cette époque. En outre, elle a rappelé un document perdu, "La famille seigneuriale de Niëtzky" dans lequel il était indiqué qu'un membre de la famille a dû fuir la Pologne en 1716. En 1895 son récit de l'histoire, Förster-Nietzsche n'indique pas clairement si elle pensait que ce soit vrai ou un mythe familial. Beaucoup de biographies Nietzsche jusqu'à aujourd'hui ont utilisé le livre de Förster-Nietzsche comme une source.

En 1898, Hans von Müller a fait des recherches concernant les origines des Nietzsche. Il a constaté que le grand-père de Nietzsche est né le 26 Février, 1714 (8 heures du matin) dans la ville de Bibra et a été donné le nom de Gotthelf Engelbert quelques jours plus tard. Son père, arrière-grand-père de Nietzsche, a été nommé Christoph et avait vécu dans Bibra depuis au moins 1709. A cette époque, Müller ne pouvait pas trouver des preuves plus tôt ou le nom de naissance de la famille de l'épouse de Christoph Nietzsche, mais néanmoins publié ses résultats. [16] dans une conversation privée avec Elisabeth, il dit en plaisantant que si le document perdu avait mis les événements en 1706, pas 1716, il y aurait au moins eu une possibilité qu'il soit vrai.

Il a été très surpris quand Elisabeth a publié un rejet sévère de son essai [17] et il a déclaré qu'elle "ne voit que d'un vieux portable" que le document perdu avait vraiment mettre les événements en 1706, pas 1716. Même si elle a accepté le témoignage de Müller, elle a trouvé mystérieux pourquoi le nom de famille de l'épouse de Christoph Nietzsche a été "caché" dans les vieux livres de l'église. [Apparaissant et disparaissant "vieux cahiers» d'Elisabeth ont souvent été une source très pratique pour ses déclarations].

En 1905, un écrivain polonais nommé Bernhard Scharlitt a commencé à prendre un intérêt dans l'histoire de la famille de Nietzsche et écrit des lettres à Elisabeth Förster-Nietzsche. Dans le livre Herbarz Polski, [18] il a trouvé une petite note sur une famille "Nicki" appartenant à la couche Radwan des armes, et conjecturé que certains Gotard Nietzsche avait émigré de Pologne à la Prusse c. 1632, et que son descendant Christoph Nietzsche en 1706 avait simplement changé de Prusse avec la Saxe.

Il a écrit ce à Elisabeth Förster-Nietzsche, qui a rapidement rejeté toutes ses conjectures antérieures, même la répression religieuse si importantes pour son frère, et aussi trouvés "après une recherche approfondie" qui en fait son frère avait toujours écrit (deux syllabes) "Nicki »et jamais la forme de trois syllabes" Niëzky ". [Un mensonge évident, voir les citations ci-dessus par Nietzsche]. Scharlitt était pleine de joie et a publié ses conjectures et les lettres d'Elisabeth dans un article polonais-patriotique (in Politisch-Anthropologische Revue, April 1906).

Cependant, dans sa nouvelle biographie Der junge Nietzsche 1912, Elisabeth n'a pas répété son soutien enthousiaste pour les conjectures de Scharlitt - peut-être étaient-elles devenues inopportunes dans la montée de la névrose nationaliste allemande. Elle écrit maintenant "Nicki" mais néanmoins affirmé que phonétiquement il serait "Niëzky" avec trois syllabes ; elle a changé le fragment de 1882 (deuxième citation au-dessus) de son frère, faisant de "etwa vor hundert Jahren" (il y a environ une centaine ans) "vor mehr als hundert Jahren" (il y a plus de cent ans), mais dans la fin a dit qu'elle ne sait rien avec certitude parce que "les documents ont été perdus». Son excuse habituelle.

Scharlitt et Förster-Nietzsche ne savaient pas que Hans von Müller après son rejet s'était abstenu de tout débat public et avait tranquillement poursuivi ses recherches dans les vieux churchbooks, et qu'il a réussi. Ses résultats sont les suivants:

Arrière-arrière-arrière-arrière-grand-père de Nietzsche:
Matthess Nitzsche, vivait à Burkau (actuelle Allemagne de l'Est)

Arrière-arrière-arrière-grand-père de Nietzsche:
Christoph Nitzsche [I.], baptisé le 15 mai 1662, Burkau; marié à Anna Grüner, fille de Hanß Grüner

Arrière-arrière-grand-père de Nietzsche:
Christoph Nitzsche [II.], Le premier mariage en 1707 dans Eckartsberga, vivant dans Bibra au moins depuis 1709, est mort Janvier 5 1739, inférieur fonctionnaire des impôts dans Bibra

  • Premier mariage avec Johanna Christiana Büttner, fille de Johann Dietrich Büttner de Eckartsberga
  • Deuxième mariage avec Margaretha Elisabetha Schönermarckin [celui dont le nom de famille Elisabeth répandu pour être "mystérieusement caché"], fille de Ludwig Heinrich Schönermarck à Sondershausen)


Arrière-Grand-père de Nietzsche:
Gotthelf (ou Gotthilf) Engelbert Nitzsche, né le 26 Février, 1714 Bibra, est décédé le 21 Septembre, 1804 à Bibra, a succédé à son père comme fonctionnaire des impôts ; est né du premier mariage de Christoph [II.] , non de seconde noce comme l'avait conjecturé Müller en 1898.

  • Premier mariage avec Johanne Amalie Herold, né le 10 Novembre, 1717 Reinsdorf, décédé le 17 Septembre, 1770 à Bibra, marié 19 Juillet, 1740). Leur septième enfant était le grand-père de Nietzsche


Grand-père de Nietzsche:
Friedrich Ludwig Août Nitzsche (ou Nietzsche), né Janvier 29, 1756, Bibra, mort le 16 Mars, 1826 à Eilenburg, un pasteur luthérien
Premier mariage avec Johanne Friederike Richter, mariés pendant 6 Juillet, 1784 Bibra)
Deuxième mariage avec Erdmuthe Dorothee Krause (né le 11 Décembre, 1778 à Reichenbach, mort Naumburg 3 Avril, 1865 - Nietzsche la connaissait - 9 Octobre marié 1809 à Naumburg)

Le père de Carl Ludwig Nietzsche né d'un second mariage et aussi un pasteur luthérien, né le 10 Octobre 1813, est bien connu.

Hans von Müller écrivit l'histoire de la légende et de ses résultats dans un manuscrit privé entre 1935 et 1937. Le manuscrit a été publié pour la première fois en 2002

Max Oehler a également publié un article à ce sujet dans 1937/1938 (voir article sur Oehler). Alors que l'on devrait rester sceptique sur Oehler, qui était un nazi consacrent, le texte de Hans von Müller est clairement pas écrit en faveur d'une idéologie nazie. Mais de résultats de Müller Oehler et sont essentiellement identiques, Oehler ne donne plus de trois ancêtres: Matthess père Hans Nitzsche, né c. 1620-1630; Le père de Hans Elias Nitzsche, né c. 1600; Elias et du père, nom inconnu, né c. 1570, tout en Burkau. Les deux Oehler et Müller n'a pas exclu une origine slave de la famille; Toutefois, Müller suggère plutôt que sorabe origine polonaise.

En tant que source possible pour le mythe de la famille des tantes de Nietzsche croyait, Müller suggère Adam Nietzki (1714-1780), professeur de médecine à Halle et de Polonais (mais pas noble) origine, et Christoph Niczky, de la noblesse hongroise, qui étaient tous deux pas plus lié à la famille Nietzsche.

L'érudition moderne Nietzsche ne croit pas à la légende d'ascendance noble polonais. Par exemple, dans l'édition Colli-Montinari des lettres de Nietzsche, le commentaire sur la lettre citée ci-dessus pour Brandes note peu de temps:

"diese von N gepflegte Legende entbehrt jeder Grundlage"
trad .: "cette légende entretenue par N dénuée de tout fondement"

Sources

Elisabeth Förster-Nietzsche: Das Leben Friedrich Nietzsche's. Band I, Naumann, Leipzig 1895: voir la page 10

Elisabeth Förster-Nietzsche: Der junge Nietzsche, Kröner, Stuttgart 1912

Elisabeth Förster-Nietzsche: Nietzsches Ahnen, dans le magazine Zukunft, June 25, 1898

Hans von Müller: Nietzsches Vorfahren, dans le magazine Zukunft, May 28, 1898

Hans von Müller: Nietzsches Vorfahren publié par Richard Frank Krummel and Evelyn Krummel in Nietzsche-Studien 31 (2002), p. 253-275.

Niesiecki S.J., Kasper; Bobrowicz, Jan Nepomucen (1841) Herbarz polski Kaspra Nisieeckigo S.J., i wydany przez Jana Nep. Bobrowicza, Allemagne, Leipzig, Breitkopfa & Haertela), OCLC: 9261567. voir la page 532 du tome VI..

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

John Barnaby 17/09/2018 07:17

Cet article semble avoir été traduit de l'allemand avec un traducteur aromatique. Ce qui donne un charabia pénible à lire.

Si la personne qui a fait cela comprend l'allemand, pourquoi n'a-t-elle pas traduit elle-même ?
Si elle ne comprend pas l'allemand, pourquoi a-t-elle posté ?

Anthony Le Cazals 23/10/2018 23:18

Pas le temps, on été ailleurs, on avance...